Take your chances [Feat. Danny]
Devil inside you :: The world is our playground :: The state of Montana :: Forêts
Sur Take your chances [Feat. Danny] le Dim 4 Nov - 15:15
avatar
» METIER : Médecin

» AVATAR : Sophia Bush
» CAPSULES : 585
» MESSAGES : 56
» JE SURVIS DEPUIS LE : 23/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur



image_rpimagerp


Take Your Chances

Feat. Danny & Emma

« 7h du matin, mon réveil sonnait comme tous les matins. Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt non? J'aimais cette idée et puis je ne supportais pas de rester éternellement au lit. Je n'étais pas contre une grasse matinée de temps en temps mais cela devait rester occasionnel. Rester au lit, dans le silence, sans rien faire, c'était un coup à ressasser les blessures du passé sans jamais réussir à se rendormir, et ça, il en était hors de question. Je préférais conserver une certaine hygiène de vie et un certain moral. Me lever tôt, faire ma toilette, petit déjeuner avec les autres matinaux du bunker, croiser Danny et lui voler un baiser à l'abri des regards indiscrets... puis rejoindre l'aile médicale pour m'assurer que les patients allaient bien et travailler au laboratoire. Avant que l'on ne sache ce qu'il se passait à l'extérieur de ce satané bunker, je me sentais comme prisonnière, je ne me rendais pas compte de la chance que j'avais. Mais maintenant que je sais, maintenant que j'ai vu, je remercie chaque jour la vie de m'avoir accordé le privilège d'être ici. Pour rien au monde je ne voudrais tenter de survivre à l'extérieur. Quand je pense à celles et ceux qui n'ont pas eu la même chance que moi. Celles et ceux qui doivent, à l'instant même où je vous parle, littéralement se battre contre ces monstres pour survivre... Mon coeur se serre et je culpabilise.

Voilà très certainement pourquoi je ne rechignais pas à me lever tôt chaque matin pour tenter de trouver une solution à tout cela. Pourquoi je donnais tout ce que j'avais dans l'élaboration d'un remède qui pourrait cesser de faire revenir les morts à la vie et empêcher les vivants d'être infectés. Mais même avant ces révélations sur l'extérieur, mes matinées je les passais dans le service médicale, jonglant entre laboratoire et, ce que j'aimais appeler, le dispensaire du bunker. Je ne prenais qu'une seule pause pour déjeuner dans la salle commune avant de retourner à mes recherches. Inconsciemment ou pas, j'avais préservé l'idée d'un emploi du temps alors même que je n'avais aucun compte à rendre sur les heures que je passais à travailler. Mais j'aimais ça, avoir des horaires, un planning à respecter. C'était une sorte de repère qui m'aidait à supporter l'enfermement du bunker. En fin d'après-midi, je faisais toujours la même chose, une bonne séance de sport, pour garder la forme, suivie d'une séance de yoga, un esprit sain dans un corps sain. Puis, de nouveau je faisais ma toilette et, comme presque chaque soir, je me rendais dans la salle de cinéma pour regarder un bon, ou mauvais selon la sélection, film avant d'aller me coucher.

Une routine bien rodée dont je parvenais à me satisfaire malgré l'enfermement. Mais depuis que nous avons enfin ouvert les portes du bunker, mon quotidien a légèrement changé. Comme je l'ai déjà évoqué, je travaille désormais, avec mon équipe, sur la création d'un remède contre le virus qui a créé les marcheurs et pour cela... les quatre murs d'un laboratoire ne suffisent pas. Tout le matériel mis à notre disposition ne suffit pas. Non. Pour espérer parvenir à des résultats concluants il n'y a qu'une seule chose à faire, sortir. Je dois observer ces choses, je dois les comprendre. Je dois les examiner, prélever des échantillons sur elles. Je dois avouer que la première sortie fut plus que traumatisante, et encore aujourd'hui leur présence me met mal à l'aise, mais plus je sors, plus je les étudie, plus je m'y fais. D'ailleurs, devoir être confrontée à eux, mais aussi à tous les risques qui courent à l'extérieur, m'a poussé à bousculer une fois de plus ma petite routine. J'ai décidé de sacrifier une bonne partie de mes séances de sport pour apprendre à me servir d'une arme à feu. Je ne sors jamais sans être accompagnée, les militaires m'escortant toujours à l'extérieur, je ne pensais donc pas devoir apprendre à me défendre au corps à corps. Mais depuis que j'ai vu de quoi sont capables les cadavres ambulants et les pillards, c'est devenu une obsession. Je dois apprendre à me défendre au corps à corps. J'en parlerai à Danny.

Cet après midi serait peut être l'occasion. En effet, Danny faisait parti de l'équipe militaire qui devait m'accompagner pour récolter de nouveaux échantillons. J'emmenais avec moi un de mes assistants pour ramener plus de matières et avoir un regard neuf sur le spécimen. C'était la première fois qu'il sortait et il était terrifié. Je lui avais proposé de remettre ça à une prochaine fois mais il avait refusé. Il voulait surmonter sa peur et surtout œuvrer pour l'humanité. Et puis moi, je n'en voulais pas un autre, c'était lui le plus qualifié. Nous nous étions donc rendu ensemble au premier étage, habituellement réservé aux militaires, afin de retrouver l'équipe qui allait nous accompagner dans la salle de briefing. Bien sûr, je m'étais faite remarquée dès le début en me cognant maladroitement dans le coin de la grande table de réunion. Je pinçais mes lèvres pour éviter de montrer ma douleur mais savais déjà que ce soir j'aurais un beau bleu. C'était tout moi ça, je revenais indemne d'une sortie au milieu d'une armée de cannibales alors qu'une inoffensive réunion me laissait un gros hématome. Bref, je m'installais dans un coin, histoire de la jouer discrète, et attendais sagement les instructions. Je devais avouer que j'attendais également impatiemment l'arrivée de Danny même si je savais devoir jouer l'indifférence pour ne pas éveiller les soupçons sur la véritable nature de notre relation. »

artemis | www
Take your chances [Feat. Danny]
Devil inside you :: The world is our playground :: The state of Montana :: Forêts



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: