À la croisée des chemins [Riley J. Pearce]
Devil inside you :: The world is our playground :: The state of Montana :: Forêts
Sur À la croisée des chemins [Riley J. Pearce] le Mar 9 Oct - 22:49
avatar
» METIER : En attente
» AVATAR : Serinda Swan
» CAPSULES : 215
» MESSAGES : 8
» JE SURVIS DEPUIS LE : 29/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur



À la croisée des chemins


Ft. Riley J. Pierce


C’est après une fuite de plusieurs heures à cheval que Mia Price se retrouve au milieu de nul part, autour d’elle ?!  Une route avec deux véhicules qui ont été abandonnés depuis bien longtemps, une montagne en fond  que la trentenaire admirait ainsi que de la verdure.  Il y a bien ce qui était une pâture par le passé qui ne se retrouve être plus qu’un tas d’herbes assez haute, c’est ici que la jeune femme a décidé de laisser son cheval. Ce dernier étant trop fatigué, Mia prit la décision de continuer à pieds.

C’est accompagné de Billie, son chien imaginaire, qu’elle se dirige vers un chemin. A droite, le nouvel air de jeu de l’équidé, à sa gauche une forêt.  Nous sommes en pleine journée et la vue à travers les arbres est parfaite, on y voit aucune trace de danger mais l’herbe et les ronces qui ont poussés dans cette pâture eux bloquent la vue en direction de la route.  Mia regarde à droite et à gauche mais ne voit rien de suspect, rien de dangereux mais pourtant un mauvais pressentiment s’empare d’elle.



L’ancienne militaire se sent observée, elle sait que quelque chose est autour d’elle mais n’arrive pas à l'apercevoir.  La main de la belle brune glisse à sa poche où elle attrape son couteau pour s’en armer, l’instinct de survie prend le dessus sur la beauté du paysage qui n’est plus que le cadet de ses soucis.  C’est peut être ce qu’il y a de pire, savoir que le danger est la mais ne pas le voir, juste le ressentir.  Il faut aussi dire que depuis le début de ce nouveau monde, c’est la première fois que Mia se retrouvait vraiment seule.  Ce n’est pas qu’une question de peur mais aussi d’organisation, d’habitude elle avait ses camarades et tout le monde se protégeaient mutuellement en couvrant les flancs des un et des autres, la elle devait être aux aguets puisqu’elle avait 360 degrés à surveiller seule.  Aucun bruit ne se fait pourtant entendre, le silence total si ce n’est les bruits de l’herbe qui s’écrase sous les sabots du cheval qui suit la jeune femme le long de la clôture, à son rythme.


-  Billie, tu entends quelque chose toi ?

La voilà qui parle à son chien, chien qu’elle seule voit…  C’est une façon assez originale qu’elle a eu de se protéger que la résurrection de son chien qu’elle a perdu il y a de ça plusieurs années. Une fois cet apocalypse arrivée, Mia a totalement craquée, parfois prise pour une folle, parfois laissée de côté mais jamais comprise, la jeune femme s’adresse à ce chien comme si elle le voyait et celui-ci vivait avec elle. Billie est un peu une transition avec ces périodes de danger, elle fait passer par lui sa vue du danger et sa peur, un cas qui serait bien intéressant pour un psychologue si il en restait un de vivant.  Ce Berger Australien apparait et disparait pour elle, tout ce que Mia trouve à dire pour se rassurer est qu’il s’agit d’un chien autonome, qui retrouve son chemin jusqu'à elle.  Pour ce qui est du tempérament de Billie c’est toujours pareil lorsque quelque chose se passe, qu’un combat s’engage où que la moindre action à lieu, Billie disparaît et Mia se moque de lui, le considérant comme un compagnon peureux.

La meilleure façon d’avoir des informations est de prendre de la hauteur, surtout avec ces hauts fourrés à sa droite, alors la jeune femme se dirige vers le premier arbre à branches basse, un chêne est là, en bordure de cette forêt de pins.  Mia, habile de ses mains, monte branche par branche pour prendre de la hauteur et voir autour d’elle qu’elle est cette présence qu’elle ressent toujours.  Humaine, animale, rôdeur ?!   Elle écarte assez vite cette dernière piste car cela ne sont pas ce qu’il y a de plus discrets mais bon, la méfiance est de mise.  La menace semble de plus en plus présente d’après son intuition et c’est pourquoi, la jeune femme range silencieusement son couteau dans la poche et attrape son glock…  Si elle tire, il faudra courir car le bruit attirera rôdeur et peut être humains mais on ne sait jamais de quel danger il s’agit, de nos jours l’homme est bien plus dangereux que ces morts vivants, la dernière sortie de Mia lui a prouvé.  

C’est alors qu’un craquement de branche la fait se retourner d’un coup,  la jeune femme pointe son arme dans le sens du bruit et regarde au pied de l’arbre la réaction de Billie mais le chien n’est plus la..


- Froussard…  Encore partie au mauvais moment.

Mia descend vite de l’arbre pour être à la hauteur du danger, elle n’avait aucune envie d’être une cible facile pour cette personne et encore moins de se retrouver bloqué en haut d’un arbre avec des rôdeurs se servant d’elle comme pinata en attendant sa chute.  C’est l’une des pires situations, être un Steack saignant sous le nez de ces saloperies.


Après quelques tours rapide sur elle même, aucun rôdeur, aucune personne…  Jusqu’au moment où ça craque sur sa droite, Mia se tourne et voit une silhouette qui s’est dirigé vers un tas de roche où du moins pense avoir vu, sous la pression elle ne sait plus, deviendrait-elle encore plus folle qu’elle ne l’est ?  En tout cas, vu la vitesse de déplacement, ce n’était pas un de ces morts-vivants non, c’était humain et c’est même bien plus dangereux, c’est quitte ou double…  La jeune femme pointe son glock vers le rocher en se cachant derrière le tronc épais du chêne pour se mettre à couvert et semble sur la défensive.



by FRIMELDA
Sur Re: À la croisée des chemins [Riley J. Pearce] le Dim 14 Oct - 15:16
avatar
» METIER : Chasseur

» AVATAR : Charlie Hunnam
» CAPSULES : 1340
» MESSAGES : 333
» JE SURVIS DEPUIS LE : 15/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Adminstrateur




Berserk se tient à mes côtés, fier de son statut de mâle alpha. Je regarde ce crâneur avec un sourire tout en continuant de préparer Harley pour une sortie. Mon équipement est posé au sol à côté de moi, contre la paroi de l’écurie. J’en attrape le fusil que je fourre dans le holster accroché à la selle de la jument. J’attrape également le ceinturon de mon colt et l’accroche autour de ma taille, au-dessus de mon jean et ma chemise. Je range mon couteau dans son étui à ma cuisse. Je place mon chapeau sur la tête puis je détache ma monture et tiens la sangle le temps de traverser à pied le chemin qui me sépare du grand portail. Je fais un signe de main à Hope qui me regarde par la fenêtre. Je croise en chemin Colleen. Un baiser plus tard, je lui promets que je serais de retour avant la nuit.

Une fois de l’autre côté des barricades, c’est un autre Riley, que je deviens. Plus méfiant, en état d’alerte permanent. Je grimpe sur ma monture et part au galop en direction des champs. Lukas s’est absenté et ne peut gérer cette fonction pour aujourd’hui. Je lui ai promis de le remplacé. Je devine qu’il est avec son petit ami. Cette relation ne me dérange pas, si ce n’est qu’elle le détourne parfois de ses priorités. Je sais qu’on va en avoir finis avec la dernière récolte, et qu’il va falloir préparer le champ pour l’hiver. Je rejoins le champ après avoir traversé la forêt. La charrette est déjà présente, presque remplie. La dernière. J’attache ma monture à l’enclos et rejoins le superviseur, avisant de l’avancée avec lui. Il est optimiste et pense que ce sera fini en peu de temps. Avant midi, sans doute.

Je les aide jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien à prendre dans ce champ. Nous avons été retardés quelques peu par la visite de quelques morts. Nous avons pris le temps de nous débarrasser de leurs dépouilles. L’heure du retour a sonnée. Je me place de nouveau sur ma monture. Deux personnes se mettent à l’avant de la charrette. Le superviseur et les deux autres se placent sur les flancs. Je prends la tête du convoi. Nous rejoignons la route.

Tout aurait pu si bien se passer. Tellement. Mais il faut toujours des complications. Et nous n’avons pas atteint notre quota d’emmerde avec les morts. En traversant la forêt, je ressens quelque chose. Je fais signe à mon équipe de se faire aussi silencieux que possible, la main sur la crosse du colt. Ce n’est qu’au détour d’un virage que nous voyons au loin de l’agitation : un homme s’enfonce dans les bois à vive allure. “ Continuez, je vais voir ce qu’il se passe ! Si je ne reviens pas dans l’heure qui suit, envoyez des hommes à ma recherche. ” Je rejoins la dernière position de l’homme au galop et tire sur la sangle pour arrêter Harley.

Pied à terre, je récupère mon fusil à lunette avant de m’aventurer dans la forêt. La différence de lumière ne me permet pas d’y voir clair aussitôt, mais ma vue s’habitue peu à peu, sur la défensive. “ Il y a quelqu’un? Je ne vous veux pas de… ” Le coup de feu retentit et m’évite de peu. Je me planque derrière un arbre. “ Je ne vous veux pas de mal ! Ne tirez pas ! ” Un second coup retentit. Je reconnais assez facilement le bruit d’un calibre 30. Autrement dit, c’est prévu pour du gros gibier. Je ferme les yeux un instant. Je ne vais rien pouvoir faire si je sors de ma cachette. J’aimerai tellement un coup de pouce du destin. Soudain, une voix s’élève. Celle d’un homme « Tire-toi ! Elle et son cheval sont à moi ! Passe ton chemin, où je te plombe… » L’incompréhension me gagne “ De quoi tu parles ?! Je veux juste aider ! ” « La femme ! J’l’ai vu en premier ! Si tu veux pas que j’te saigne, tire toi ! » Une femme ? Est-ce mon coup de pouce ?
Sur Re: À la croisée des chemins [Riley J. Pearce] le Dim 14 Oct - 18:52
avatar
» METIER : En attente
» AVATAR : Serinda Swan
» CAPSULES : 215
» MESSAGES : 8
» JE SURVIS DEPUIS LE : 29/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur



À la croisée des chemins


Ft. Riley J. Pierce


Alors que la tension est palpable et que Mia fixe rocher où la personne est planquée, la jeune femme n’a aucune visibilité pouvant lui permettre de se rendre compte du danger.  Les secondes sont des minutes, il y a quelques chose mais quoi ?!  Le silence pesant est interrompu par un coup de feu d’une arme bruyante qui se fait entendre.  

La surprise est grande pour la jeune femme car le tir n’a pas lieu dans sa direction, il semblerait que quelque chose soit de l’autre côté de la menace.  Un rôdeur qui arrivait dans son dos ?!  Il doit être dans un sale état le mort vivant car à l’oreille, c’était du gros calibre.  Il a du en faire du steak haché tel un lépreux dans un pressoir.

Sans comprendre ce qui se dit, Mia entends une voix dans le fond qui semble hurler sur la personne ayant tiré.  La personne ne semble pas contente, c’est là que la jeune femme comprend que ce n’est pas un rôdeur qui était la cible mais bien un humain, ce qui rend la menace encore plus dangereuse.  Si une personne est la et tire sur un homme, c’est que le risque est plus grand pour l’ancienne militaire.  Un second coup de feu retentit,  Mia pense qu’il va finir par attirer tout ce qui se trouve dans le coin mais elle est tout de même rassuré, il semblerait qu’elle ne soit pas la cible… la jeune femme s’apprête à partir à contresens mais une phrase la fait tilter de la part de l’assaillant.


« Tire-toi ! Elle et son cheval sont à moi ! Passe ton chemin, où je te plombe… »

Ah… bah il semblerait que Mia soit finalement bien la cible et cette phrase a eu le don de lui faire arrêter sa fuite qu’elle n’avait entamé que d’un pas.  La seconde voix n’est toujours pas audible pour elle mais celui qui a le gros fusil semble savoir ce qu’il veut.

« La femme ! J’l’ai vu en premier ! Si tu veux pas que j’te saigne, tire toi ! »

Il semble dangereux et motivé, l’ancienne militaire n’est pas du tout rassurée et restes derrière son arbre.  Elle percute clairement ce qui passe à travers la tête du mec, vrai que depuis tout ce qui s’est passé certains sont clairement en manque sexuel mais elle ne voulait pas servir de victime de viol.  Le soucis est que la personne hurle et Mia n’a vraiment pas envie qu’il continue son bordel en attirant tout ce qui peut passer aux alentours.  Il faut réfléchir vite, il y a ce crevard qui semble vouloir son cul et la monture de Mia mais il y a aussi l’autre personne derrière.  L’ancienne militaire devait être méfiante, le danger n’était pas que celui qui tirait mais l’autre aussi pouvait être un prédateur. Elle regarde à droite et à gauche voir si quelqu’un où quelque chose était attiré par le bruit mais rien ne semble être présent autour d’elle bien que l’observation fut furtive.

Pour le faire taire, Mia n'eut qu’une seule idée, une réaction dangereuse et risquée. Elle parle à haute voix pour être bien entendu par les deux et sort de sa cachette, le Glock tenu par le canon… qu’elle jette sur le côté pour montrer qu’elle était désarmée.


« Je confirme, je suis bien à toi… Après tant de temps, je ne dirais pas nom à un peu de chaleur humaine...  »

La jeune femme s’avance alors de quelques pas tout en ayant les mains derrière la tête avant de se mettre à genou. L’agresseur semble en confiance et persuadé de son sex-appeal, celui-ci quitte sa cachette tout en faisant face à la personne étant dans son dos, il marche à l’envers et Mia découvre le cliché d’un chasseur obèse américain.  Gros, avec un long blouson bleu marine et un chapeau plat, au détour d’un regard, elle voit qu’il a des lunettes dorées et une moustache…   Un véritable cliché sur pattes et gras comme il est, on se demande comment il a pu survivre tant que ça.  La jeune femme le pensait comme en manque depuis l’apocalypse mais vu sa gueule ça fait bien plus longtemps que ça qu’il doit être sur la béquille.   Mia le regarde venir à elle, dégouté mais serre fort quelque chose dans sa main, en effet, l’ancienne militaire a profité de la distance pour cacher un couteau dans sa manche.  Le prédateur sexuel s’approche et il s'essuie le front transpirant jusqu'à son double menton, il semble heureux d’avoir une femme à ses pieds.

« Viens ma belle, tu vas faire connaissance avec tonton Pete.  EH MEC !  JE TE LAISSE LE CANASSON ET JE FAIS CONNAISSANCE AVEC LA PETITE MIGNONNE ! »

Toujours en regardant derrière lui au cas où si l’autre personne se rapproche, le fameux chasseur arrive à hauteur de la jeune femme et lui tourne le dos. Le deuxième homme ne semble pas faire le moindre bruit, la jeune femme espère qu’il n’a pas accepté le deal car elle n’a pas envie de repartir à pieds…    Mia se penche, voit la seconde personne au loin s’approcher arme en main, il ne semble pas avoir accepté l’échange proposé par “Pete”.  Ce dernier lève son fusil dans la direction de la silhouette mais il ne semblait pas assez se méfier de Price qui plante directement son couteau dans la cuisse de l’homme qui allait tirer.  Le coup de feu part en l’air et tape dans l’arbre, au dessus du second mec alors que Mia saute en direction de son Glock et l’attrape.  Elle se retourne sur le chasseur mais tout en hurlant de douleur, celui-ci dirige le canon vers l’ancienne militaire et tire…   la jeune femme se lance à temps derrière un arbre mort, couché, dans la forêt.   Le tir à bel et bien fait mouche…  c’est le cheval qui se trouvait dans la pâture, derrière, qui se couche directement au sol.  La robe blanche de celui-ci était entachée du rouge de son sang, la balle étant partie directement dans la nuque de la bête.  

Mia est couverte d’insultes par le chasseur qui a un couteau de dépeçage planté dans la cuisse.  Il s’adosse contre un arbre car il ne peut poser le pied au sol, serrant les dents à cause de la douleur.  Il vise l’endroit où la jeune femme est à couvert et attends le moindre geste pour lui tirer dessus. Même si Mia est équipé d’un gilet pare-balle, cela ne suffira pas pour encaisser un tel coup de fusil, après tout c’est fait pour les grands gibiers et dans le Montana il y a depuis plusieurs années une certaine migration des élans.   La jeune femme n’a clairement pas un tel gabarit et se verrait trouée de toute part.  


« Maintenant tu jettes tout de suite ton arme au sol, de toute façon je ne repartirais pas sans mon couteau.  J’ai un glock en main, si je me lève je te promets que je suis prêt à te t…»

Un coup de fusil vient couper la jeune femme, le temps qu’elle parle, le chasseur a chambrer une cartouche qui est venu s’éclater contre le chêne derrière lequel est cachée Mia. La balle a pénétré l’arbre pourrie et la cachette n’est pas la plus sécure possible pour l’ancienne militaire.  Celle-ci est allongé, sous pression, sous les feux et avec sous ses yeux son cheval, couché, suffoquant et mourant…    

by FRIMELDA
Sur Re: À la croisée des chemins [Riley J. Pearce] le
Contenu sponsorisé


À la croisée des chemins [Riley J. Pearce]
Devil inside you :: The world is our playground :: The state of Montana :: Forêts



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: