Into the wood
Devil inside you :: The world is our playground :: The state of Montana :: Forêts
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sur Into the wood le Sam 8 Sep - 12:30
avatar
» METIER : Chanteur du groupe de rock japonais Eternal Mind

» AVATAR : Masato David Hayakawa (coldrain)
» CAPSULES : 955
» MESSAGES : 185
» JE SURVIS DEPUIS LE : 02/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur


Ellie & Noham

Into the wood

L'homme est capable de s'adapter aux situations les plus difficiles, les plus insurmontables. Dans l'idée, il est tout à fait apte à survivre dans des milieux hostiles en faisant preuve d'une grande intelligence, d'un immense instinct de survie. C'est peut-être pour cette raison dérangeante, dans le fond, que Noham arpente toujours les terres de cette Amérique détruite. Les bombes nucléaires ont tout rasé sur leurs passages, laissant à la place de l'humanité des monstres incroyables. Les Z sont une espèce qui relève davantage de la science-fiction que de la réalité ; pourtant ils sont bel et bien là.
Cela fait cinq années que Noham est coincé en Amérique. D'abord enfermé plusieurs longs mois dans un bunker, le temps que les "choses se tassent", il a fini par en sortir. Cela a clairement causé la perte de ceux qui l'ont recueilli, accueilli, parmi eux, lui faisant une place trop honorifique dans leur communauté pour lui. Aujourd'hui, l'asiatique se retrouve tout seul au milieu de cette jungle, mais il ne pense pas que cela soit plus mal. N'a-t-il pas engendré toutes ces pertes ? D'abord son frère, puis cette petite famille, sa petite-amie à laquelle il s'est lié... Tous ces gens seraient encore en vie s'il avait fait d'autres choix.
Cette nouvelle vie est son défi, son repentir. Il pense qu'il a déjà eu un rôle à jouer dans sa propre vie, qu'il a lamentablement échoué et que son tour est passé. La roue finira sans doute par tourner, son tour reviendra, mais il doit terminer quelque chose auparavant. C'est la seule solution qui lui arrive dans l'état actuel des événements.

Aujourd'hui, ce sont dans les bois que rode Noham. Aussi étrange que cela puisse le paraître, la forêt est à la fois son pire cauchemar et l'endroit dans lequel il se sent le plus en sécurité. Les Z sont bien sûr dans le coin, parfois plus ou moins bien cachés, et Noham tâche de créer un périmètre pour sa propre sécurité. Il les élimine un par un, ou par deux, faisant de son mieux afin de ne pas en attirer trop à la fois. Malgré son maniement du sabre, il n'en reste pas moins un humain aux capacités réduites à cause de la famine qui le tiraille la plupart des jours.
Perché sur la branche d'un arbre, Noham abandonne un soupir avant d'étirer ses bras et de laisser glisser son sac au sol. A son tour, il atterri par terre, enfile son sac et installe son sabre sur son côté. Sa gourde est presque vide et il sait qu'il lui sera impossible de vivre sans eau.
Son ascension débute donc, en quête d'un courant d'eau, mais il est vite interpelé par un bruit à quelques mètres d'où il se tient. Ses sens entrent en alerte et il s'immobilise quelques secondes afin de localiser d'où vient le bruit. Un instant plus tard, sabre dégainé, il débarque face à une demoiselle aux prises avec un de ces fameux infectés. Elle semble bien se défendre, mais Noham a l'impression de devoir s'approcher davantage pour trancher d'un coup sec le crâne de l'inhumain. Le corps tombe aussitôt au sol dans un bruit sec.

« Est-ce que tout va bien ? » demande Noham à son interlocutrice.

Il se penche au-dessus du cadavre pour essuyer la lame de son sabre sur ce qui reste de ses vêtements.

Code by Fremione.

Sur Re: Into the wood le Sam 8 Sep - 17:39
avatar
» METIER : Ex collégienne

» AVATAR : Alycia Debnam Carey
» CAPSULES : 1785
» MESSAGES : 326
» JE SURVIS DEPUIS LE : 25/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur



Into the wood


ft. Noham


Cher journal,

Enfin, je trouve un peu de mon temps pour écrire entre tes lignes si précieuses. Mon ami de papier, tu m’as manqué mais j’avais un individu de type chewing gum collé aux godasses depuis quelques jours… et maintenant qu’il dort paisiblement, j’ai enfin du temps pour toi.
Glenn n’est pas un mauvais garçon, loin de là ! Il est juste beaucoup plus collant qu’un morceau de scotch double face. En fait, s’il me suit partout s’est surtout parce que ma sœur lui fiche la frousse, mais j’ai prévu de le laisser seul à seul avec Zoe un de ces quatre, ça pourrait être amusant à observer.
Toujours est-il que je ne t’ai pas ouvert uniquement pour te parler de Glenn et de Zoe. Non, bien au contraire… A vrai dire, cela fait trois jours que je n’ai pas fait le moindre cauchemar et je dois reconnaître que ça a son côté apaisant. Non, à la place de ces horribles rêves, des souvenirs beaucoup plus doux de mon passé. Pas mes parents, mais un garçon que j’ai connu longuement… Te souviens-tu du grand frère de ma meilleure amie, April ? Je me souviens d’à quel point j’étais amoureuse de lui malgré mon jeune âge ! En y songeant de nouveau, ça me fait sourire. Aujourd’hui, est-il mort ou bien lui aussi survit-il de son côté ? Il y a tellement de personne dont le statut vital est un vaste doute et j’essaie autant que possible de ne pas y penser mais ça devient difficile parfois.


Je referme mon journal et le range dans le fond de mon sac. Il ne fait pas nuit, mais la journée est tout de même assez avancé. Et si je sortais un peu ? J’ai une envie de baie et puisque Glenn dort comme un loir et que ma chère sœur est partit chasser, je pourrais m’aventurer un peu dans les bois tout en veillant à ne pas m’éloigner de trop de notre nouveau campement. Après avoir quitté la cabane de garde-chasse, nous avons élu domicile dans une vieille maison à moitié en ruine et qui comportais deux chambres… en bordure de forêt, caché par la végétation. Le parfait endroit pour trois solitaires.
Les seuls bruits audible autour de moi, à présent que je m’enfonce au beau milieu des arbres, sont ceux des feuilles et branches qui craquent sous mes pas. Je me fais aussi discrète que possible, mon arc à la main. Ainsi, je serais prête si un de ces satanés Z pointent le bout de son nez en décomposition. Parfois, j’aimerais pouvoir me balader dans les bois sans avoir à me méfier constamment que les morts viennent m’attaquer. Et aujourd’hui n’a pas l’air d’être mon jour de chance quand deux zombies sortent de nulle part pour se planter droit sur mon chemin. Ni une, ni deux j’abats le premier, une femme qui n’était plus que l’ombre d’elle-même, d’une flèche en pleine tête. Elle s’écroule parmi les feuilles, morte à tout jamais. Pas le temps de me perdre dans mes pensées, j’arme déjà mon arc d’une deuxième flèche, prête à abattre le second infecté quand un type surgit de nulle part et le tue avec son katana. Un peu abasourdie, je mets quelques secondes avant de comprendre qu’il vient de me poser une question. Mon regard croise le sien et je hoche la tête.

« -
O…Oui, ça va. Merci. »

Même si j’aurais pu le tuer toute seule, c’est assez gentil de la part de cet inconnu d’être venu me filer un coup de main. Habituellement, un survivant endurci ayant perdu la plus grosse partie de sa gentillesse au cours du temps m’aurait laissé me débrouiller seule.




by FRIMELDA
Sur Re: Into the wood le Dim 9 Sep - 12:48
avatar
» METIER : Chanteur du groupe de rock japonais Eternal Mind

» AVATAR : Masato David Hayakawa (coldrain)
» CAPSULES : 955
» MESSAGES : 185
» JE SURVIS DEPUIS LE : 02/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur


Ellie & Noham

Into the wood

Noham se souvient encore de la première fois où il a du abattre son arme sur l'un de ces monstres infectés. A l'évidence, il s'agissait de sa petite-amie, deux ans et demi auparavant, qui venait de se faire attraper par un véritable Z. La douleur qui vit encore en lui est insupportable, mais il sait que c'est ce qu'il a sûrement fait de mieux depuis que l'apocalypse s'est étendue sur toute la planète. Hors de question pour lui de la laisser errer dans les terres sans savoir où elle se trouvait et, surtout, dans un tel état de déshumanisme. Son arme avait fait feu, une balle en pleine tête, et il s'était enfui aussitôt avant d'entendre le corps de la jeune femme tomber au sol. Ses retrouvailles avec le monde extérieur ont été quelque peu très précises sur l'état actuel des choses.
Une fois son sabre nettoyé, l'asiatique le range dans son foureau pour s'approcher de la jeune femme à l'arc. A l'évidence, c'est la première fois qu'ils se croisent et il sait qu'il doit rester sur ses gardes, autant qu'elle doit l'être elle-aussi de son côté en ce moment-même.

« Je m'appelle Noham, décline-t-il son identité. Tu as une sacrée belle arme. »

Il désigne son arc d'un bref mouvement du visage. Et, surtout, elle sait très bien le manier comme il a pu le voir avec le premier rodeur effondré. Malgré le jour qui décline, Noham voit le visage de la demoiselle et se dit qu'elle ne doit pas avoir plus de vingt ans. Ce n'est pas la première fois qu'il rencontre une personne aussi jeune au cours de son aventure, mais il doit bien avouer que cela lui donne toujours un pincement au coeur. A cet âge, elle devrait être en train d'envoyer des messages à ses copines pour les inviter faire du shopping, ou en boîte de nuit. Le destin en a voulu autrement et tout le monde est bien obligé de s'en accorder.

« Qu'est-ce que tu fais dans la forêt ? Tu voyages seule ? » reprend-t-il.

Non pas pour aller attaquer les siens, mais surtout pour l'information et savoir dans quelle direction se rendre ou ne pas se rendre. Noham a appris à ne pas se fier à tous ceux qu'il peut croiser. Certains possèdent encore une once d'humanité barricadée au fond de leur âme, mais d'autres sont peut-être encore moins humains que ces bêtes folles. Noham, lui, pense se situer à la mince frontière entre les deux.
Il rehausse son sac sur ses épaules en jetant un rapide coup d’œil autour d'eux. Son ouïe s'aiguise aussi quelques secondes, tâchant de repérer un éventuel cours d'eau. Il ne va pas falloir s'attarder trop longtemps dans les parages s'il souhaite dénicher un endroit où dormir ce soir-là.

« Je suis à la recherche d'eau, apprend le garçon à la demoiselle, tu n'as pas vu une rivière en venant par ici ? »

Il croise son regard. L'eau est clairement la seule chose qu'il désire avec avidité dès que sa gourde est vide. Bien sûr, la nourriture est importante, mais son corps a fini par se faire à l'idée de n'avoir que de très rares repas ; contrairement à l'eau.

Code by Fremione.

Sur Re: Into the wood le Dim 9 Sep - 14:52
avatar
» METIER : Ex collégienne

» AVATAR : Alycia Debnam Carey
» CAPSULES : 1785
» MESSAGES : 326
» JE SURVIS DEPUIS LE : 25/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur



Into the wood


ft. Noham


Je conserve mon arc à la main, sans pour autant menacer de tirer sur le nouvel arrivant. Pour le moment, il ne me montre pas le moindre signe de méchanceté à mon égard mais je préfère rester méfiante tout de même. Je ne veux pas tomber dans un piège… Il suffit qu’il soit accompagné et que ses amis soient bien cachés quelque part, prêts à m’attaquer, pour que je me fasse tuer ou piller. Je n’ai pas grand-chose sur moi, c’est vrai, mais je tiens tout de même à mes affaires.
Il se présente sous le nom de Noham et complimente mon arme. Cet arc, je le trimballe avec moi depuis que j’ai onze ans. C’est le tout premier et seul que j’ai eu. Ça me fait tout drôle de songer au fait qu’un jour il sera trop usé pour que je continu à m’en servir. J’y tiens tellement, c’est le dernier cadeau que m’ont fait mes parents avant que je ne fugue de mon domicile et que la guerre nous sépare à tout jamais.

« -
Ellie, enchantée. Ton katana est plutôt stylé. »

J’ai beau être sur mes gardes, ma bienveillance n’est jamais bien loin. J’essaie de ne pas dévoiler que je n’ai aucune intention de lui faire du mal, en tout cas pas tant qu’il reste à sa place et ne tente rien pour m’attaquer. Pour l’instant, ça se passe bien. Et je me dis que s’il avait eu de mauvaises intentions, alors il s’en serait déjà pris à moi à la seconde même où nos chemins se sont croisés. C’est une chose que m’a appris ma sœur en cinq ans de survie en pleine nature. De nos jours, les autres ne prennent plus le temps d’établir un plan pour nuire aux autres qu’ils croisent à l’improviste, au contraire ils se laissent guider par leurs pulsions. Qu’elles soient meurtrières ou simplement guidaient par la faim et le besoin de confort. Je n’ai encore jamais volé qui que ce soit de vivant et j’espère ne jamais devoir le faire.

« -
Je vis dans la forêt, avec ma sœur et un gars d’à peu près mon âge. »

Je n’ai pas l’intention de lui dire où nous survivons tous les trois, ni même de donner le nom de mes camarades. Je ne donne que le strict minimum niveau informations. Comme ça, il a sa réponse et nous sommes protégés par un certain anonymat.

« -
Il y a un petit coin d’eau à quelques minutes d’ici, je dirais une dizaine. Je peux t’y conduire, mais si tu as vraiment soif, tiens. »

Ellie la gentillesse, ça pourrait être mon surnom. Malgré ma méfiance, je pose un genou à terre, mon arc à portée de main et ouvre mon sac pour en sortir ma gourde. Elle n’est pas pleine mais s’il ne boit pas tout, ça devrait me suffire pour le reste de la journée. Doucement, je tends ma main dans sa direction dans le but de lui tendre ma gourde.




by FRIMELDA
Sur Re: Into the wood le Dim 9 Sep - 16:35
avatar
» METIER : Chanteur du groupe de rock japonais Eternal Mind

» AVATAR : Masato David Hayakawa (coldrain)
» CAPSULES : 955
» MESSAGES : 185
» JE SURVIS DEPUIS LE : 02/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur


Ellie & Noham

Into the wood

L'asiatique acquiesce d'un bref mouvement du visage au compliment de la demoiselle sur sa propre arme. C'est vrai qu'il est superbe, son katana ; mais les raisons qui font qu'il est en sa possession le sont bien moins. Il ne sait pas s'il doit dire qu'il l'a volé ou bien qu'il s'est mis sur son chemin en le choisissant, lui, comme nouveau maître. En effet, après avoir abattu un Z avec son Glock, il a découvert le sabre attaché dans le dos du cadavre. Doutant qu'il ne s'en serve plus jamais, Noham a écrasé la cervelle de l'inhumain d'un violent coup de pied avant de le retourner et de s'emparer de l'arme. Dent pour dent, oeil pour oeil, n'est-ce pas ? La survie est avant tout une question d'intelligence.
Finalement, Ellie lui apprend qu'elle vit dans cette forêt avec sa soeur et un garçon de son âge. Noham ne répond pas, plutôt rassuré finalement que cette jeune fille ne se balade pas toute seule dans la nature à son image. Il a bien vu qu'elle sait se défendre, qu'elle est plus forte qu'elle n'y parait, mais une petite voix au fond de lui lui murmure que tout ceci n'est bien sûr qu'une apparence. Après tout, n'est-ce pas le cas de tous les survivants à ces bombes nucléaires ? De quelle manière le monde peut-il se redresser à la suite d'une telle catastrophe ?
Souvent, ce sont des livres de science-fiction que de pareilles histoires sont racontées. Il est dit que les humains sont toujours prêts à cette éventualité, qu'il y a des endroits pour se mettre à l'abri, de la nourriture à proximité ; sauf que c'est l'effet de surprise qui manque à tous ces écrits. On raconte que les hommes sont forts sauf qu'on omet de déclarer qu'ils sont tous aussi égoïstes les uns que les autres, peu importe leurs différences. La violence est l'essence même de l'humanité.

« Je veux bien que tu me montres cet endroit, je suis complètement à sec et il commence à faire nuit », accepte Noham.

Il la remercie pour la gourde qu'elle tend dans sa direction et se contente d'une petite gorgée, loin d'avoir en tête de la déposséder de quelque manière que ce soit. Après cette courte pause, il rend sa gourde à sa propriétaire et ils commencent leur ascension dans cette forêt sombre. Prenant garde aux racines, aux épines, aux branches parfois trop basses des arbres, ils avancent pas à pas et Noham en profite pour faire la conversation. Cela fait quelques jours qu'il n'a croisé personne.

« Tu étais dehors quand tout ça est arrivé ? » l'interroge-t-il.

Un instant, il pense à sa famille, au Japon, et se demande bien ce qui a pu se passer sur l'autre continent. A l'évidence, les bombes sont tombées partout, mais est-ce qu'il y a eu moins de victimes là-bas ? Il espère, un jour, voir les aéroports s'ouvrir et accueillir des passagers pour les rendre à leurs terres.

Code by Fremione.

Sur Re: Into the wood le Dim 9 Sep - 16:59
avatar
» METIER : Ex collégienne

» AVATAR : Alycia Debnam Carey
» CAPSULES : 1785
» MESSAGES : 326
» JE SURVIS DEPUIS LE : 25/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur



Into the wood


ft. Noham


Je me redresse pendant que Noham boit un peu d’eau. Il n’en prend pas beaucoup, juste une gorgée mais ça me fait plaisir de me dire que je l’ai un peu aidé à ma façon. Maintenant, je n’ai plus qu’à lui montrer le chemin du court d’eau. Je range ma gourde dans mon sac et reprends mon arc en main, juste au cas où d’autres zombies viendraient à croiser notre route et je me mets en marche, le jeune homme à mes côtés.
Durant le trajet, je reste sur mes gardes, l’oreille tendue vers le moindre son qui ne serait pas ma respiration, celle de Noham ou bien le bruit que font nos pas sur le sol jonché par les feuilles et petites branches. A la question de mon interlocuteur, je tourne légèrement mon visage vers lui avant de regarder à nouveau devant moi.

« -
Je n’ai jamais fait partie d’un groupe. Depuis le début de cauchemar, je survis avec ma sœur… Nous avons perdu son mari et son fils, et nous avons récemment rencontré un ado qui nous a rejoints. Mais sinon, j’ai toujours été dehors. »

Parfois, le confort d’un lit, la chaleur de quatre murs, ça me manque. Je sais bien que les groupes et communautés ne sont pas infaillibles, au même titre que nous autres solitaires, mais au moins ils ont davantage de sécurité que nous. Contrairement à nous, ils peuvent dormir tranquille, sans avoir la crainte qu’un Z ne viennent troubler leur sommeil.

« -
Et toi ? »

Par curiosité, je retourne sa question à Noham tandis que nous continuons de nous enfoncer dans la forêt. Le cours d’eau dont je parlais ne devrait plus être bien loin à présent mais la nuit tombe davantage… La nuit, il ne vaut mieux pas traîner dehors trop longtemps. Si je ne rentre pas rapidement, Zoe va s’inquiéter et elle risque de rejeter la faute sur ce pauvre Glenn qui ne faisait que dormir. Elle va m’en vouloir d’être partit comme ça, une fois de plus. Je déteste lui faire peur, l’inquiéter mais je veux simplement me rendre utile, rien de plus. Toujours est-il que le bruit de l’eau attire mon attention et je souris en trottinant dans sa direction.

« -
C’est par là ! »


Seulement, au moment d’arriver devant le petit ruisseau, une mauvaise surprise m’y attend. Une dizaine de Z, attroupé autour de l’eau. Je déglutis et me fige, poussant un juron inaudible pour eux mais sans doute pour Noham.


« -
Et merde… »




by FRIMELDA
Sur Re: Into the wood le Dim 16 Sep - 21:57
avatar
» METIER : Chanteur du groupe de rock japonais Eternal Mind

» AVATAR : Masato David Hayakawa (coldrain)
» CAPSULES : 955
» MESSAGES : 185
» JE SURVIS DEPUIS LE : 02/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur


Ellie & Noham

Into the wood

Alors qu'ils commencent à faire route vers la rivière que lui indique Ellie, Noham se permet d'être un peu curieux. Il ne peut pas vraiment s'en empêcher, espérant peut-être retrouver une sorte de normalité. Car c'est bien cela, depuis ces dernières années, la normalité n'est plus ce qu'elle a été. Aujourd'hui, plus question de sortir, de prendre le bus afin de se rendre au centre commercial pour faire du shopping. Non, tout cela n'existe plus. Aujourd'hui, si on parvient seulement à dénicher un endroit où dormir chaque nuit, c'est un luxe inestimable. Noham sait qu'il n'est pas le plus à plaindre, mais il se permet de rêvasser encore et d'imaginer comment Ellie devait être dans sa vie de tous les jours. Une étudiante, sans doute, avec des amis, des histoires, des plans pour le futur.

« Je vois, répond simplement l'asiatique aux propos de son interlocutrice. Tu as du voir beaucoup de choses. »

Il laisse passer un silence, juste le temps d'enjamber quelques branches, de pivoter d'un côté puis de l'autre et de poursuivre la route. Le soleil se fait de plus en plus bas dans le ciel ; Noham espère arriver au point d'eau avant la nuit.

« J'ai eu de la chance, lui raconte-t-il à son tour, un petit groupe de survivants m'a permis de survivre dans leur bunker le temps de plusieurs mois. Mais malgré cela, je les ai tous perdus à cause de ces horreurs qui rodent partout. »

Il ne peut pas cesser de penser à sa petite amie qu'il a du tuer de ses propres mains, n'ayant pas la moindre envie de la voir se transformer en l'une de ces bêtes immondes. Noham est certain que chaque survivant de ce monde a été dans l'obligation d'abattre une personne qui lui a été cher. C'est malheureusement devenu la terrible loi de la nature.
Le bruit de l'eau finit par se faire entendre des deux survivants et Ellie confirme l'ouïe du décoloré. Celui-ci se sent soulagé ; ce soir, il pourra au moins boire et peut-être faire bouillir un peu d'eau avec de l'herbe en guise de dîner. C'est un petit ruisseau qui se présente à eux... sauf qu'un barrage monstrueux les en sépare. Bordel... Ce n'est pas de chance. Noham fait signe à la jeune femme de venir se planquer derrière l'arbre le plus proche afin d'analyser la situation. Clairement, il a besoin de cette eau plus que tout alors il l'obtiendra.
Son arme est une arme de corps-à-corps mais qui lui permet de conserver tout de même une certaine distance avec ses adversaires. Celle d'Ellie est davantage une arme de trait, donc plus efficace à distance. A eux deux, Noham est certain de pouvoir abattre les Z.

« Je sais qu'on ne se connait pas, mais je t'ai aidé tout à l'heure, débute-t-il. Avec ton arc, tu les attirer dans ma direction pour que je m'en charge avec mon sabre. On peut arriver à les décimer si tu as confiance. »

Il tourne le visage en direction de la demoiselle et croise son regard. Si elle refuse, Noham ne se jettera pas dans la gueule du loup. Tout seul ce serait un pur suicide face à un tel groupe.

Code by Fremione.

Sur Re: Into the wood le Lun 17 Sep - 9:43
avatar
» METIER : Ex collégienne

» AVATAR : Alycia Debnam Carey
» CAPSULES : 1785
» MESSAGES : 326
» JE SURVIS DEPUIS LE : 25/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur



Into the wood


ft. Noham


Pourquoi faut-il que des morts soient là ? Habituellement, il n’y en a jamais près de ce court d’eau. J’espère seulement qu’ils n’ont pas trempé leur chair pourrie dedans, sinon ce sera impensable de boire cette flotte. En tout cas, je fais bien de me cacher rapidement derrière un arbre suffisamment gros pour nous planquer Noham et moi… En effet, un Z qui devait être une femme à la vie tranquille par le passé, vient de tourner son visage en décomposition en direction de l’endroit où je me tenais debout il y a encore quelque seconde. Dans notre malheur, c’est une chance qu’elle ne nous ait pas vues.  
Noham prend la parole à côté de moi et je hoche la tête doucement. Il a vraiment l’air de vouloir cette eau et je peux le comprendre, c’est une denrée rare de nos jours. Alors, comme il m’a aidé un peu plus tôt, je lui dois bien ça.

« -
Je te dois une fière chandelle pour tout à l’heure, alors je vais te donner un coup de pouce. »

De toute façon, c’est dans ma nature d’aider les autres. Même si je voulais refuser, une part de moi me pousserait à lui donner ce petit coup de main malgré tout. Je n’attends pas plus longtemps pour équiper mon arc d’une flèche et j’observe un peu les alentours avant de quitter ma cachette. Ma première flèche ne perd pas de temps pour se retrouver plantée dans le crâne de cette femme zombie. Elle tombe au sol, morte pour de bon. Le bruit de sa chute en attire quelques-uns et je choisis cet instant pour tirer une seconde flèche dans l’un d’entre eux, un peu au hasard. Lui aussi, meurt sous mon projectile.

« -
Par ici bande d’abrutis ! »

Je suis exposée à la vue des huit autres cadavres déambulant et, bien évidemment, ils se mettent en marche dans ma direction. Je recule, pour ne pas qu’ils puissent m’atteindre et laisse Noham en tuer une partie pendant que je me charge du reste. Au-dessus de nos têtes, la nuit tombe plus brutalement, presque au rythme des corps sans vie des zonzons qui s’étalent un par un sur le sol. Bientôt, il n’en reste plus un seul.  



by FRIMELDA
Sur Re: Into the wood le Sam 22 Sep - 11:47
avatar
» METIER : Chanteur du groupe de rock japonais Eternal Mind

» AVATAR : Masato David Hayakawa (coldrain)
» CAPSULES : 955
» MESSAGES : 185
» JE SURVIS DEPUIS LE : 02/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur


Ellie & Noham

Into the wood

Par chance pour Noham, Ellie accepte de l'aider dans sa quête d'eau. Il est certain que leur victoire est possible et n'hésite pas à préparer son arme. Il la dégaine de son fourreau tandis que la demoiselle à côté de lui bande son arc. Noham observe son interlocutrice quelques secondes, voyant ses muscles se tendre et deviner la force qu'elle possède dans ses bras ; cela fait effectivement plusieurs années qu'elle sait se servir de cette arme. Elle lui semble très adroite, experte dans son maniement, et sa conviction d'obtenir de l'eau est désormais renforcée.
La première flèche est tirée et atterri en plein dans sa cible qui s'écroule au sol. Cela permet évidemment aux autres monstres de se tourner dans la direction des deux survivants et d'avancer vers eux. Ellie les appelle et tire une nouvelle flèche avant que Noham ne s'élance à son tour. Son sabre fent l'air d'un sifflement pour s'abattre sur l'un des Z qui vient vers lui. D'un coup sec, il tranche le crâne d'un homme décomposé avant de s'attaquer à ce qui ressemblait auparavant à une femme. Derrière lui, un autre rôde et Noham l'évite en se baissant pour tailler ses chevilles, le faisant tomber à terre. Il lève son arme pour l'enfoncer dans le crâne de l'inconnu juste à temps pour frapper ensuite sur un dernier Z qui erre dans le coin.
Une fois le travail accompli, Noham jette un regard à Ellie qui a l'air d'avoir fait son affaire également. Par instinct, l'asiatique fouille les cadavres de la pointe de sa lame dans l'espoir d'y dénicher quelque chose, mais ils ne possèdent rien d'autres que des guenilles à la place de leurs vêtements. Il abandonne un soupir, essuie le sabre avant de le ranger dans le fourreau dans son dos et rejoint Ellie.

« Tu es très impressionnante avec cet arc, ça doit être des années d'entraînement, n'est-ce pas ? l'interroge-t-il, en tout cas, merci de ton aide. »

Il retire son sac pour en extirper sa gourde et s'avancer au point d'eau. Celle-ci reflète légèrement le reflet de la nuit qui tombe et Noham se doute qu'il va devoir la filtrer avant de pouvoir la boire ; mais c'est la dure loi de la survie. Il a en tout cas de l'eau pour quelques jours et cela est un véritable trésor. Autant peut-il se passer de nourriture que c'est impossible de ne pas se désaltérer. Accroupi au bord de la rivière, malgré l'odeur infecte que produisent les corps en décomposition non loin, il sait qu'un moment de répit lui est accordé.

« C'est une vraie ressource, cette rivière, se dit-il plus pour lui-même que pour faire la conversation. La nuit a fini par tomber », ajoute-t-il en se relevant pour ranger sa gourde.

Il remet le tout dans son sac et l'enfile sur ses épaules. Il ne lui restera plus qu'à trouver un endroit où dormir, mais, comme les autres soirs, il va sûrement opter pour la hauteur en grimpant dans l'un des arbres alentour. En repensant aux paroles de la demoiselle, Noham reprend la parole :

« Je te raccompagne à mi-chemin ? On doit sûrement se demander où tu es passée avec la nuit tombée. »

Code by Fremione.

Sur Re: Into the wood le Sam 22 Sep - 14:05
avatar
» METIER : Ex collégienne

» AVATAR : Alycia Debnam Carey
» CAPSULES : 1785
» MESSAGES : 326
» JE SURVIS DEPUIS LE : 25/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur



Into the wood


ft. Noham


Les morts le sont pour de bon, quel soulagement. Sans même nous connaître réellement, Noham et moi avons fait une bonne équipe sur ce coup-là, renvoyant les zombies en enfer ou bien au paradis pour ceux qui, dans leur vie passé, étaient de bonne personne. En y repensant, ça me rend triste de me dire que même les personnes justes n’ont pas échappé à ce fléau et qu’elles errent aujourd’hui sur ce monde dévasté dans l’unique but de faire de nous autres, survivants, leurs semblables affamés.
Je range mon arc, ne gardant à la main que mon couteau juste au cas où d’autres moisis viendraient se joindre à nous, chose que je ne souhaite pas le moins du monde. Pendant ce temps, Noham me complimente sur ma façon d’utiliser mon arme première, cet arc que je trimballe depuis bien longtemps maintenant malgré mon jeune âge.

« -
Merci, on me l’a offert pour mon onzième anniversaire. L’année où la guerre a éclaté, je comptais en avoir un autre… Mais je n’ai jamais eu cette occasion. Cet arc, c’est un de mes rares souvenirs de mes parents. »

Je viens de lui parler un peu de mon passé ainsi que de ma condition actuelle sans le vouloir. Il sait que je n’ai plus de parents à présent. Enfin, je lui avais déjà évoqué le fait que je ne survis qu’en compagnie de ma sœur et de Glenn, mais jamais du fait que mes parents sont sans doute morts. Je préfère ne pas me blâmer pour avoir trop parlé, si je l’ai fait c’est que quelque part je me sentais suffisamment en confiance pour le faire.
Je ne dis plus rien durant les minutes qui suivent, laissant Noham remplir sa gourde d’eau. Au-dessus de nos têtes, la nuit est de plus en plus présente. Ça ne me fait pas peur de me retrouver seule dans les bois, bien que je ne sois pas totalement seule. Après cinq années de survie en pleine nature, il n’y a plus rien d’effrayant au fait de rester dehors. Au contraire, si on fait abstraction des morts, ça a un côté apaisant, même si la civilisation me manque. Enfin, ce qui me manque le plus, ce sont des amis. A part Glenn le pot de colle que j’ai rencontré récemment, je n’ai pas vraiment d’amis.

« -
Tu n’es pas obligé de le faire. Mais, merci c’est gentil de ta part. »

Je lui souris, jetant ensuite un coup d’œil aux alentours pour m’assurer qu’aucun zombie ne traîne dans le coin. Le calme règne, ça fait du bien.




by FRIMELDA
Sur Re: Into the wood le Sam 22 Sep - 19:44
avatar
» METIER : Chanteur du groupe de rock japonais Eternal Mind

» AVATAR : Masato David Hayakawa (coldrain)
» CAPSULES : 955
» MESSAGES : 185
» JE SURVIS DEPUIS LE : 02/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur


Ellie & Noham

Into the wood

A onze ans, on lui a offert un arc, certes magnifique, mais qu'a-t-elle obtenu d'autre ? La guerre, la perte des êtres chers, l'errance, la survie. Quel enfant mérite une si grande punition ? Noham est certain qu'Ellie n'est pas mauvaise, qu'elle n'a pas le droit de subir cette histoire, mais il n'est personne pour le juger de la sorte. C'est sans doute un violent coup du destin ; et tous ceux encore en vie à ce jour peuvent en témoigner.
Il se revoit, lui, à l'âge de onze ans, avec ses rêves et ses envies de devenir chanteur, sa découverte des nombreux groupes de musique qui l'ont aidé à grandir et à se façonner. Pas un seul instant il aurait pu s'imaginer tout perdre et se retrouver à devoir se débrouiller dans cette grande jungle de l'inhumanité.

« Il ne me reste pas grand-chose non plus de ma famille, déclare-t-il à son tour comme pour la soulager dans sa confession. Mais les souvenirs sont des biens que personne ne pourra jamais nous retirer. »

Doucement, il lui adresse un sourire mais ses propres pensées sont amères. L'asiatique pense bien sûr à ses parents, mais bien davantage encore à son grand-frère. Malgré les années, la douleur est encore si vive dans sa poitrine... Il sait qu'il est à l'origine de son décès et c'est cela qui le hante, qui lui est impossible de se pardonner. Y parviendra-t-il un jour ? Cette idée demeure encore bien loin dans son esprit, persuadé qu'il a un rôle à jouer dans cette apocalypse avant de pouvoir trouver le repos.
Quoiqu'il en soit, une fois ses affaires rangées comme il le faut, il propose à son interlocutrice de la raccompagner à mi-chemin. Loin de lui l'envie de la suivre au-delà et de s'attaquer à son petit groupe ; il l'aurait déjà attaqué elle sinon.

« Cela ne me dérange pas, acquiesce Noham. Allons-y maintenant tant qu'on y voit encore un peu. »

Même si tout semble calme d'apparence, le décoloré préfère se méfier et garder la tête sur les épaules - au propre comme au figuré. Les voilà donc de nouveau tous les deux à arpenter la forêt qui s'assombrie au fur et à mesure de leur avancée. Ils tâchent de retrouver leurs traces de l'allée et cela semble plutôt être en bonne voie.

« Ça t'arrive souvent de t'éloigner de ta sœur et ton ami ? »

Simple question d'usage pour s'assurer qu'elle est véritablement aussi forte qu'elle peut le paraître.

Code by Fremione.

Sur Re: Into the wood le Sam 22 Sep - 20:53
avatar
» METIER : Ex collégienne

» AVATAR : Alycia Debnam Carey
» CAPSULES : 1785
» MESSAGES : 326
» JE SURVIS DEPUIS LE : 25/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur



Into the wood


ft. Noham


Ensemble, côte à côte, Noham et moi-même nous remettons en marche dans cette sombre forêt. Il ne fait pas trop froid ce soir mais la nuit risque d’apporter avec elle cette habituelle petite brise qui rafraîchit l’air. Un simple coup d’œil vers le ciel et je le découvre plein d’étoile. Il fera beau demain. C’est de cette façon que j’essaie de me confectionner ma propre météo à défaut de pouvoir regarder une prévision juste à la télévision. Pour le moment, je ne me suis que très rarement trompée en cinq ans.
Puis Noham me pose une question, se demandant sans doute s’il m’est habituel de m’éloigner de mes compagnons de survie. Peut-être qu’il s’inquiète un peu à mon sujet, ce que je pourrais comprendre si je me mets à sa place. Je ne suis qu’une ado, une gamine, ça peut surprendre de me trouver toute seule en pleine nature, surtout quand on sait que je ne survie pas seule.

« -
Je ne dirai pas que je m’aventure souvent seule en forêt. Disons simplement que je le fais quand j’ai besoin de solitude, ce qui soit disant passant n’est pas une mince affaire avec un Glenn pour vous coller aux godasses ! Sinon, quand je me retrouve seule comme ça c’est quand on se sépare dans un certain périmètre pour trouver des vivres. »

On est organisé pour des petits solitaires, c’est le temps et les épreuves traversées qui nous ont appris à agir ainsi. Mais je suppose que c’est le cas de toute personne qui devrait survivre en pleine nature, dans un milieu aussi hostile il faut prévoir un maximum de chose. Certes, il y a un bon lot d’imprévisible, surtout avec des morts et des pillards en pleine nature pour vous mettre des bâtons dans les roues.

« -
Et toi, tu es seul ? »


by FRIMELDA
Sur Re: Into the wood le Dim 23 Sep - 18:54
avatar
» METIER : Chanteur du groupe de rock japonais Eternal Mind

» AVATAR : Masato David Hayakawa (coldrain)
» CAPSULES : 955
» MESSAGES : 185
» JE SURVIS DEPUIS LE : 02/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur


Ellie & Noham

Into the wood

Noham esquisse un sourire aux paroles de son interlocutrice. Ah ! c'est sûr que la solitude est partout dans cette terre dévastée. Impossible de passer à côté, ne serait-ce même quand on ne la recherche pas.

« Oui, je suis tout seul, répond Noham. ça fait plus de deux ans, je crois, que je vais ici et là. Le temps ne compte plus vraiment. »

D'abord enfermé dans un bunker pendant quelques longs mois, l'asiatique s'est retrouvé à l'extérieur du jour au lendemain en sachant se débrouiller par lui-même. Son histoire est finalement banale, peut-être même similaire à tant d'autres alors il n'a pas envie de s'apitoyer sur son sort - du moins pas ce soir-là. A l'inverse, cette soirée a presque un air de fête étant donné qu'il a pu se procurer de l'eau.
Cette survie n'est pas toujours une mince affaire. Noham n'a pas toujours eu cette sorte de confiance en lui. Au début, il s'est montré timide, effrayé, de ce qui était arrivé. Qui ne l'aurait pas été ? Mais il a bien sûr été obligé de tuer pour se défendre, d'apprendre à se servir de ses capacités et à surtout oublier ce qu'il a pu être dans le passé. Sa vie de rockstar venait de toucher à sa fin, mais ce n'était pas vraiment cela qui l'inquiétait le plus. C'était de connaître les détails de toute cette guerre sans le moindre sens, de savoir s'il lui serait possible de retourner dans son pays où se trouvent ses parents ; d'ailleurs, que reste-t-il du Japon ? Toutes les communications sont coupées, aucunes informations ne sont transmises.
Noham vit désormais au jour le jour en essayant de ne pas trop se soucier du lendemain. Tel jour est bon ? Tant mieux. Tel jour est mauvais ? Tant pis, demain sera un autre jour.
Un léger soupir s'échappe de ses lèvres tandis qu'il relève la tête vers le ciel au-dessus. Qui sait ce dont demain sera fait ? Il passe une main dans sa chevelure en bataille et poursuit sa route à travers les arbres de cette immense forêt.

« Je viens du Japon, reprend-t-il tout à coup, j'espère pouvoir y retourner un jour bien que je ne me fasse pas trop d'illusions pour le moment. Les bombes ont du s'abattre sur chaque pays du monde. »

Cela ne peut être qu'une supposition, mais Noham le sent au plus profond de sa chair. Il n'a pas envie d'imaginer le pire... ni le meilleur. Après tout, il a cessé de rêver et de penser que tous les rêves sont réalisables. Certains ne le sont clairement pas.

« N'hésite pas à me dire quand nos chemins se séparent. Je n'ai pas envie de te déranger plus longtemps. »

Code by Fremione.

Sur Re: Into the wood le Lun 24 Sep - 12:02
avatar
» METIER : Ex collégienne

» AVATAR : Alycia Debnam Carey
» CAPSULES : 1785
» MESSAGES : 326
» JE SURVIS DEPUIS LE : 25/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur



Into the wood


ft. Noham


A son tour, à mesure que nous avançons encore et toujours au cœur de cette épaisse forêt obscurcie par la nuit, Noham me parle un peu de lui. Il survit seul, absolument seul et le temps d’un instant, mon visage arbore une moue triste qu’il ne peut pas voir à cause de la nuit. Si je devais me retrouver véritablement seule contre le reste du monde, je ne sais pas si j’aurais le même courage que lui. Seule, à devoir me battre quotidiennement pour avoir la mince chance de vivre une journée de plus dans ce monde où la Mort est reine, bien que je sache me débrouiller par moi-même, je doute en être capable bien longtemps. Mon journal intime ne me suffirait plus pour me confier, je deviendrai sans aucun doute barge. J’ai besoin d’avoir une présence à laquelle me confier autre que mon ami de papier, quelqu’un qui aurait le don de la parole pour me rassurer et m’aider à avancer. Je ne tiendrais jamais toute seule et Noham est bien brave, je l’admire pour ça.

Puis, il m’évoque un peu son passé. Il vient du Japon, un pays lointain que certaine de mes amies idolâtraient pour sa culture aussi bien artistique que culinaire. Moi ? Je n’ai jamais rien eu contre les autres nations mais je ne m’intéressais pas vraiment à leur culture, sans doute trop absorbé par mes diverses passions pour ça. Il aimerait retourner là-bas, dans son pays et je le comprends. Bien que je sois déjà dans mon pays, ma maison me manque. Je suis parti comme une voleuse, sur un coup de folie, en colère contre mon père pour m’avoir mentis. J’étais jeune, naïve et je ne me doutais pas que je ne reverrai plus jamais mes parents. Ils sont mon plus grand regret.

« -
Il faut garder espoir, rien qu’un tout petit peu. Les rêves, ils nous permettent de continuer à avancer, ils nous redonnent la force que l’on pense ne plus avoir. C’est comme ça que je vois les choses… Peut-être qu’un jour j’aurais la chance de retrouver la maison dans laquelle j’ai grandis, peut-être même qu’avec un peu de chance mes parents ne seront pas morts et ils m’y attendront. »

Je cesse de marcher un instant, soupirant doucement. J’ai sans doute l’air stupide à parler comme ça. Après tout, j’ai tendance à souvent l’oublier mais, je ne suis qu’une enfant aux yeux des adultes. Ma vision des choses, elles n’intéressent personne. Ce ne sont que des rêves utopiques auxquels je me raccroche pour ne pas sombrer dans la peur.

« -
Tu ne me dérange pas, ça fait du bien de pouvoir discuter avec quelqu’un. Glenn… il ne m’écoute jamais vraiment, il se contente de boire mes paroles comme si j’étais une sorte de messie. Je l’apprécie, mais c’est difficile de se confier à un quelqu’un qui ne reste près de vous que pour attirer l’attention. Et ma sœur… Je ne veux pas l’inquiéter alors je souris, je suis ce qu’elle me dit et tout va bien ainsi. »



by FRIMELDA
Sur Re: Into the wood le Dim 30 Sep - 12:35
avatar
» METIER : Chanteur du groupe de rock japonais Eternal Mind

» AVATAR : Masato David Hayakawa (coldrain)
» CAPSULES : 955
» MESSAGES : 185
» JE SURVIS DEPUIS LE : 02/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur


Ellie & Noham

Into the wood

A trente ans, Noham sait que ses rêves en se résument plus à grand chose. Oh ! bien sûr qu'il en a eu dans son adolescence. Il était un garçon plein de rêves et d'idées bien plus grandes qu'on ne peut l'imaginer. Mais, après tout, en s'étant donné corps et âme dans ses désirs, il a fini par percer dans le domaine musical, à gravir les échelons et à devenir assez connu assez son groupe pour se produire dans les scènes du monde entier. Malheureusement la guerre s'est mêlée à tout cela et le seul concert qu'ils aient donné ailleurs qu'au Japon s'est soldé par la fin du monde. Est-ce que cela peut-il avoir un rapport direct avec les rêves trop importants que les humains veulent s'accorder ? Néanmoins, les paroles d'Ellie le font doucement sourire et replonger quelques brèves secondes dans ce passé presque doré en comparaison à l'Enfer qui s'est abattu sur terre.

« Non, tu as raison, acquiesce-t-il, et je te souhaite vraiment de pouvoir retrouver ta famille. Les rêves sont la seule chose qu'on ne peut pas nous voler ces temps-ci. »

Il lui adresse un clin d'oeil complice. Noham est devenu bien pessimiste depuis que tout ceci est arrivé. Déjà pas d'un naturel très optimiste, les raisons de se ronger les sangs sont bien plus présentes aujourd'hui qu'hier. C'est un véritable problème chez Noham, mais il a fini par s'y habituer et à se donner des raisons de poursuivre sa route. Il est certain qu'il a encore quelque chose à accomplir, notamment pour venger la mort de son frère dont il est l'unique coupable.

« Ce Glenn a l'air bien ennuyant. Comment est-ce qu'il s'est joint à vous ? demande Noham, curieux. Puis, sans vouloir paraître rabat-joie, je pense que tu devrais parler à ta soeur de ce que tu as vraiment sur le coeur. C'est un véritable atout d'avoir quelqu'un sur qui pouvoir s'appuyer dans cette apocalypse. »

Ils reprennent leur route et, cette fois-ci, la nuit est belle et bien tombée. Noire et épaisse à travers les branches des arbres de cette forêt. Noham se demande quelle sera sa prochaine destination maintenant qu'il a plutôt arpenté cet endroit dans tous les sens au cours de ces derniers jours. Il sait qu'il va devoir s'aventurer dans les plaines en espérant dénicher de quoi remplir un peu son estomac. Hormis le point d'eau, il n'a rien trouvé d'autre d'intéressant dans les environs. Cela lui aura néanmoins permis de faire la plaisante connaissance d'Ellie.

Code by Fremione.

Sur Re: Into the wood le
Contenu sponsorisé


Into the wood
Devil inside you :: The world is our playground :: The state of Montana :: Forêts

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: