Sooner or later God'll cut you down.
Devil inside you :: The world is our playground :: Helena, Montana, US :: Helena's west
Sur Sooner or later God'll cut you down. le Mar 4 Sep - 19:46
avatar
» METIER : Ancien prisonnier

» AVATAR : Tom Hardy
» CAPSULES : 333
» MESSAGES : 40
» JE SURVIS DEPUIS LE : 02/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur





Encore et toujours les mêmes rêves. J’ouvre les yeux en sursautant et me débattant. Je suis sur la banquette arrière d’une carcasse de bagnole. West Helena. Ça me revient. Il me faut un moment pour le réaliser. Je me calme et me redresse, m’extirpant du morceau de taule. Je fais quelques pas en dehors et avise la rue dans laquelle je me trouve. Une flaque d’eau. C’est plus qu’il n’en faut. Je m’approche de cette dernière et avise une dernière fois les alentours pour être sûr de ne pas me faire surprendre. Je m’agenouille et regarde mon compteur Geiger. Il ne s’excite pas. Je remplis ma gourde et me passe de l’eau sur le visage, évitant avec grand soin d’en boire.

Je me redresse et avance. J’ai un de ces creux… Je tuerai de la bouffe. Si ça se trouve je vais devoir le faire ? Non. Ce serait dommage. Quoique… Je me concentre pour faire taire ces voix dans ma tête. Non. Ne. Pas. Tuer. Je dois éviter de le faire. Je m’engage dans une autre rue et voit un cadavre au sol, le ventre explosé. Vu la tête qu’il a, je devine qu’il n’a pas eu le temps d’être un de ceux qui ne vivent plus. Je vois ces asticots en masses qui se repaissent de sa chair. Faim. Tellement… Faim.

Je m’agenouille une nouvelle fois et prends une poignée de ces asticots que je mets dans ma bouche. On mastique, on avale et on recommence jusqu’à ce qu’il n’y a plus que de la chair. Vu le goût, j’ai dû en avaler. Est-ce-grave ? Non. Ça ne l’est pas. Si. Je ne sais pas. Au moins je n’ai pas tué pour ça. C’est dommage. C’est clairement une bonne chose. « Mais bordel ! Taisez-vous ! » me suis-je mis à hurler à l’encontre de mon esprit. Mon bruit à faire s’envoler un autre type de repas : des corbeaux qui réduisaient en lambeaux d’autres corps.

Je n’ai plus la tête à ça. J’allais repartir, lorsque j’entendis du bruit derrière moi. Je me retourne. J’ai été dissipé par ces voix dans ma tête et voici que deux jeunes gens se tiennent en face de moi. Le malaise. Je reste un instant figé, tout comme eux. Puis très vite ça me revient. C’est eux ou moi. Non tu ne dois pas les faire fuir. Ne te laisse pas faire, ils veulent te voler tes asticots. Tu les a déjà manger, il n’y a rien à protéger. La ferme, j’ai dit !

Je sors mon canon scié de son étui et braque les deux jeunes gens. « Réveil difficile. » leur dis-je avant de reprendre « Z’êtes qui ? »
Sur Re: Sooner or later God'll cut you down. le Mer 5 Sep - 7:18
avatar
» METIER : Collegien
» AVATAR : Dylan Obrien
» CAPSULES : 1048
» MESSAGES : 57
» JE SURVIS DEPUIS LE : 17/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Avec Ellie, c’est hot, je vous raconte même pas. C’est la limite du harcèlement tellement elle est folle de mon corps. C’est a la limite de porter plainte pour viol, tellement elle me chauffe a mon corps défendant. Pour le moment, je veux pas précipiter les choses, c’est vrai, c’est pas parce que c’est certainement une des dernières filles magnifiques encore vivantes que je dois accepter ses avances comme ça. Je préfère me faire un peu désirer avant de céder.

En attendant, je dors part terre, je la suis partout, j’essaye de capter un minimum d’attention en faisant des blagounettes méga drôle auxquels elle ne rit pas et de ne pas me formaliser quand elle me casse comme une vieille merde. Je sais bien que c’est sa méthode de drague, elle me bat a froid parce qu’elle est folle de moi, c’est tout.

Bon ok, c’est peut être pas si bien engagé que ca en a l’air entre elle est moi, mais je suis sur que c’est juste parce qu’il y a sa sœur. D’ailleurs quand Ellie a proposé d’aller chercher a manger sans la rombière, je me suis précipité pour lui proposer mon aide, tant parce que, quelque part, je suis un peu son futur petit ami, que pour échapper a Zoe. D’ailleurs, quand Ellie s’est paumée, pour lui être agréable, j’ai fait comme elle.

C’est seulement de sa faute si nous sommes en train de tourner dans ces ruines. Enfin, de sa faute, oui et non, disons que j’ai une petite idée de par ou il faudrait aller, sauf que, faute de savoir faire le coup de la panne, de nos jours, c’est le coup de la paume pour draguer. Et ca marche vachement bien, elle a arrêté de me pester dessus depuis des heures pour garder ce silence mystérieux qui prouve qu’elle est en train de craquer. Ok, peut-être pas a moi, mais la elle craque c’est sur !

« Et la le type lui réponds, monsieur, c’est un miroir !!! »


Je rigole a la chute de ma super blague en attendant enfin le moment ou femme qui sourit, femme qui veut ton zizi quand soudain, je me fige en me disant que, peut etre que finalement il se serait temps de me souvenir du chemin du retour. Y’a un mec, genre pas hyper sain, qui est en train de bouffer de la terre et parler tout seul. Je pose silencieusement ma main sur l’épaule d’Ellie pour essayer de reculer avec elle en silence histoire de laisser le foldingo délirer tranquillement sans nous. Mais on a pas fait un pas en arrière qu’il se retourne avec un air qui ne m’inspire pas, mais pas du tout. Un réveil difficile ? Sans déconner ? Qui on est ?

« Vous embêtez pas Monsieur, on est juste… heu… des passants qui passent, on va pas vous déranger hein… »


J’essaye de reculer en entrainant Ellie avec moi.
Sur Re: Sooner or later God'll cut you down. le Mer 5 Sep - 12:35
avatar
» METIER : Ex collégienne

» AVATAR : Alycia Debnam Carey
» CAPSULES : 1775
» MESSAGES : 326
» JE SURVIS DEPUIS LE : 25/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur



Sooner or later God'll cut you down


ft. Glenn & Shawn


Je ne compte plus vraiment les jours mais je peux vous assurer que ça fait pas loin de deux semaines que Glenn nous a rejoint ma sœur et moi. Comment je le sais ? Eh bien le temps peut sembler long quand un garçon vous colle aux godasses. Alors je me fais un malin plaisir à le rembarrer et lui parler comme s’il était un petit garçon de cinq ans. Au moins, je m’amuse et lui il rame comme un malade. Je ne suis pas dupe, j’ai bien remarqué qu’il essai tant bien que mal d’attirer mon attention en me suivant partout et en racontant des blagues qui ne me font jamais rire. Du coup, j’en profite pour le faire mariner parce que je préfère penser à ma survie plutôt qu’à un garçon. Le seul avantage dans tout ça, c’est qu’il m’aide… Je ne pense pas qu’il le fasse avec l’idée première de me venir en aide mais plutôt pour ne pas me perdre de vue mais au moins, il se rend utile d’une façon ou d’une autre. Alors quand je lui ai proposé de m’accompagner pour aller chercher à manger, c’est sans surprise qu’il m’a dit oui.
Seulement voilà, j’ai l’habitude de sillonner les routes avec ma sœur ou bien seule, pas avec un garçon qui passe son temps à ma balancer des blagues stupides. A force de lui dire de se taire, parce que mine de rien on est jamais seul dans la nature, j’ai perdu de vue notre chemin principal et nous nous sommes paumé. Agacée, je reconnais avoir pas mal râlé et pesté contre Glenn… Et ce n’est pas pour autant qu’il a cessé de me raconter des bêtises qui ne font rire que lui. Je crois que je ne pourrais jamais comprendre le fonctionnement d’un garçon.

« -
Tu ne peux pas te taire cinq minutes ? »

C’est tout ce que je trouve à dire. Mes yeux se posent à nouveau sur notre route que je tente de retrouver parce que j’ai horreur de me perdre et j’ai encore plus horreur qu’on me prenne la tête quand je me concentre. Et là, devant nous, un inconnu nous fixe. Il n’a pas l’air d’être tout seul dans sa tête et je dois reconnaître qu’il ne me rassure pas le moins du monde. Je ne pense pas que j’aurais pu songer à une chose pareille un jour, mais je préfère largement supporter Glenn et ses blagues pourries plutôt que de devoir faire la parlote avec ce type bizarre. Seulement, les trucs improbables ça vous tombe toujours sur le coin du nez dans un monde comme celui-ci. Ou alors c’est juste Glenn qui me porte la poisse.

« -
On cherchait simplement notre route, navrée de vous avoir dérangé. »

Je reste poli, reculant doucement en même temps que ce cher Glenn qui, j’en suis presque certaine, est en train de se pisser dessus. Tout en faisant marche arrière, j’esquisse un sourire poli et me glisse derrière mon camarade de façon à avoir une main sur mon couteau, celui que je porte à ma ceinture et qui ne me quitte jamais. Ainsi, le taré ne peut pas me voir en train de saisir mon arme et si ça peut permettre à Glenn de se sentir pousser des ailes un instant… Autant être sympa.



by FRIMELDA
Sur Re: Sooner or later God'll cut you down. le Jeu 6 Sep - 21:42
avatar
» METIER : Ancien prisonnier

» AVATAR : Tom Hardy
» CAPSULES : 333
» MESSAGES : 40
» JE SURVIS DEPUIS LE : 02/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur



Ces types. Ils flippent. Je ressens leur peur. Je plonge mon regard dans la personne ayant le plus de courage ici : la fille. Ce gars est un couard. Je le sens. Tue-les. Il parle trop vite ce type. Il va se faire dessus. Il ne mérite pas de vivre. Elle non plus. Ils ne t’ont rien fait. Laisse-les. Non. Ils t’ont vu. Ils savent qui tu es. Ils voient ce voleur en toi. Tueur. Voleur. Je souris à la phrase du jeune « T’es un marrant, gamin. Boucle-la. Laisse papa et maman parler. » La fille parle beaucoup plus calmement. En une certaine mesure elle me rappelle cette fille…

Cette fille que j’ai tué pour quelques dollars. Elle mérite le même sort. Tue-la. C’est le moment de se racheter, elle ne t’a rien fait. Tue-la. « Y’a assez de routes par ici. Pas besoin d’en chercher plus. »

Je vois qu’elle fait un geste lent derrière le couard. Faux-jeton. Il ne mérite pas de survivre. Tue-le. Je donne un ordre d’un ton sec « Vous n’irez nulle part. Toi. Donne ton arme ! » dis-je en tendant ma main libre vers la fille tout en gardant mon canon scié sur les deux.

Oh je connais cet élan de témérité dans ce regard. Elle se fiche bien de ce qu’il peut lui arriver en cet instant car elle pense avoir toucher le fond. Elle pense que si elle déconne, elle va perde. « J’ai encore rien décidé à vot’ sujet. Faites rien de stupides, ou je vais devoir agir en conséquence. Dépose ton arc, tes flèches, et ce truc que tu sors de ton sac. Et ça vaut aussi pour toi, merdeux ! » Ouaip. Pour sûr qu’il se chie dessus et mérite ce surnom. Et si on vérifiait ce qu’il a dans les tripes ?

Oh non. Je ne veux pas tuer. Pas aujourd’hui. Pas après le petit-déjeuner. Je ne suis pas sûr de trouver une autre flaque d’eau pour me décrasser. Ce serait salissant. Tue-les. Non. Ils doivent vivre. Je me concentre pour faire taire ces voix dans ma tête. Beth. Ce nom se répète en boucle dans mon esprit. Mes… Mes autres mois le disent à l’unisson. « J’vais pas vous tuer, bordel, alors faites rien de con ! J’ai… Vous avez de l’eau ? » Mes yeux s’écarquillent. J’en ai assez de boire l’eau des flaques bouillies. Je veux de l’eau.

J’attrape le couard par l’épaule et le tire vers moi, le tournant de manière à ce qu’il regarde son amie droit dans les yeux. Je garde mon canon sur sa tempe et lâche un « Où est ta flotte. T’as d’la flotte ? Elle est où… ELLE EST OU BORDEL ?! » Mon écho résonnait dans la rue. Je l’avais un peu poussé, fouillant dans son sac. « Réponds moi, ou je boirais ton sang. »

Sur Re: Sooner or later God'll cut you down. le Mar 11 Sep - 13:36
avatar
» METIER : Collegien
» AVATAR : Dylan Obrien
» CAPSULES : 1048
» MESSAGES : 57
» JE SURVIS DEPUIS LE : 17/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Ellie est moi on est trop en phase. Je veux dire en peu de temps, c’est tellement l’harmonie dans nos têtes que je sens qu’il faudra pas des lustres avant qu’on se finissent les phrases de l’un ou l’autre. Ouai, la c’est pas un trip cucul romantique qui nous unis mais bien le fait que le mec qui pu la mort devant nous, c’est pas le type qu’on a envie de croiser. On serait dans un jdr, je dirais même que c’est un échec critique sur notre table de rencontre.

On commence tous les deux a reculer pour partir sagement quand le type commence a ouvrir sa bouche pleine de … heu… j’espère que c’est que de la terre. En même temps, bouffer de la terre, c’est pas très sain. Étonnement, il ne nous parle pas des plus poliment pour nous souhaitez une agréable journée et nous inviter à passer notre chemin. Franchement, c’est gênant de voir que plus ca des muscles et moins c’est polis un survivant de nos jours.

Sauf que je me glace dès qu’il ouvre la bouche et d’instinct, je reste devant Ellie qui a déjà trouvé refuge derrière mon corps massif. Mainetnant vua la taille de son gros fusil, s’il a des balles, je suis pas sur que l’épaisseur de mes muscles saillant lui offre une grosse protection.

J’essaye de rester calme et concentrer pour comprendre ce que veux vraiment le type, ouai, ce que veulent les femmes, a part moi, je sèche encore (comme elles peut être) mais les fous, d’ordinaire, je gère pas trop mal.

Je lève mes mains en évidence en restant bien devant Ellie. Faut qu’on arrive a se barrer d’ici. Je pose ma batte au sol gentiment. Leçon numéro un, ne pas énerver un mec qui a un gros gun et visiblement pas toute sa tête. Je fais signe a Ellie de m’imiter. Leçon numéro deux ne pas le mettre en face de ses incidences, parce qu’entre « je sais pas ce que je vais faire de vous » et « je vais pas vous tuer », perso, j’entends pas la même finalité. D’ailleurs, j’ai pas le temps de philosophé mentalement dessus que je me fais empoigner comme un vulgaire ta de guenille et braqué facon « c’est un hold up de vampire ». Mais putain il se calme le soiffard !! Mon tonton Dédé, alcolo dans le bayou, il était pareil quand il avait le godet vide : pas agréable. On dirait lui et son bro fusionné en fin de soirée quand le barman veut plus les servir. Je regarde Ellie en essayant de lui faire comprendre de se barrer.

« Déjà baissez votre arme, si on est tous d’accord que personne ne va tuer personne, on va se calmer de suite. Ensuite, j’ai ma gourde dans mon sac, vous avez qu’a la prendre. Et si vous voulez de la bouffe je sais vous conduire a un buisson plein de mures juteuses pas loin et je peux vous conduire a un ruisseau aussi. On y va tous les deux tranquillement pendant que ma petite amie va rester reposer sa cheville ici. Ca vous va ? »

Lecon numéro 3…. Ben en fait j’en sais rien. Je regarde Ellie dans les yeux en espérant qu’elle sera plus maligne que les autres foufounes et sautera sur l’occasion pour se barrer si le psychopathe mord a l’hameçon.
Sur Re: Sooner or later God'll cut you down. le Mar 11 Sep - 14:44
avatar
» METIER : Ex collégienne

» AVATAR : Alycia Debnam Carey
» CAPSULES : 1775
» MESSAGES : 326
» JE SURVIS DEPUIS LE : 25/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur



Sooner or later God'll cut you down


ft. Glenn & Shawn


Tout un tas d’astuces que Zoe m’a apprises ces cinq dernières années refont surface, se bousculant dans ma tête alors que mon regard ne quitte pas le type qui nous braque Glenn et moi. Je conserve mon sourire poli, je ne montre pas ma peur. Ça me demande un gros travail sur moi-même mais je sais faire, il n’est pas le premier malade qui croise ma route depuis le début de ce cauchemar. Bien au contraire !  
En douceur, je fais ce qu’il me demande et lui donne mon arc avant de poser au sol mon couteau par la suite. Voilà qui est fait et qui devrait convenir au type. Il n’a vraiment pas l’air d’être tout seul là-haut, ça me ferait presque de la peine si seulement il n’était pas en train de s’en prendre à Glenn et moi. En tout cas c’est évident, le taré n’a aucune idée de ce qu’il va faire par la suite, comme s’il était déstabilisé. Je note ça quelque part dans un coin de ma caboche, ça peut toujours servir… Parce que honnêtement, un mec qui vous dit qu’il ne sait pas s’il va vous tuer ou non et qui change d’avis une minute plus tard en clamant qu’il va vous laisser la vie sauve, c’est vraiment qu’il a un pète au casque.
Je lève les mains en évidence au-dessus de ma tête et laisse le pauvre Glenn se faire bousculer et menacer de près par l’arme du fou. Si ça peut le punir un peu pour m’avoir gonflé tout le trajet avec ses blagues merdique… Non, je n’ai pas le droit de penser ça alors que le mec qui tient le canon est vraiment malsain. Alors, quand Glenn le relou prend la parole, je tâche de rentrer dans son jeu. Je suis quasiment certaine que le type va trouver qu’il parle trop et pour le coup, je suis d’accord avec lui. Je lui ferais payer le fait de me faire passer pour sa copine, blessée à la cheville en plus, mais pour le moment j’ai autre chose à penser.
Doucement, je me rapproche des deux mecs de la situation en boîtant… Doux Jésus, pourquoi faut-il que ce soit moi qui me retrouve dans un pétrin pareil avec les pires exemples du genre masculin ? Super. Toujours est-il, que je tends mon sac à l’individu, sac ouvert et qui dévoile ma gourde presque pleine et un peu de nourriture dans un vieux sachet plastique que je traîne depuis des mois.


« -
Prenez tout, allez-y. Vous mourrez de faim et de soif, on n’est pas des monstres, on ne va pas vous laisser crever comme ça. Alors allez-y, servez-vous.»

Je renifle ensuite, posant mon regard le plus triste possible sur Glenn. Mes yeux bleus brillent, comme si j’allais me mettre à pleurer d’une minute à l’autre… J’ai toujours été douée pour jouer la comédie de façon convaincante. Et là, je viens de trouver mon début de vengeance envers ce cher Glenn…Un joli surnom bien ridicule.

« -
Mais s’il vous plaît, ne faites pas de mal à mon petit Glennichouroudoudou… »


by FRIMELDA
Sur Re: Sooner or later God'll cut you down. le Jeu 13 Sep - 23:44
avatar
» METIER : Ancien prisonnier

» AVATAR : Tom Hardy
» CAPSULES : 333
» MESSAGES : 40
» JE SURVIS DEPUIS LE : 02/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur



Il a des couilles ce petit. Pas si couard que ça, on dirait ! Rien que pour ça je devrai… Non. Ne recommence pas. Rappelle toit ce que ça te coûte à chaque fois. Gourde ? Sac ? Non. Ça ne me va pas comme plan. Ça sent le piège. Mais la jeune femme me montre le contenu de son sac remplis de victuailles. Pour un piège, c’est vraiment trop tentant. Elle ajoute même un surnom qui m’aurait fait marrer dans d’autres temps. Mais je suis trop occupé à convoiter mentalement ses biens. « C’est ce que tu m’offres pour la vie de ton mec ? Il vaut autant que ça ? On croirait pas… » Oh j’allais tomber dans ce piège. Vraiment. Mais pour l’instant, je n’en vois pas la dangerosité. Et puis j’ai l’habitude de me sortir des mauvaises passes.

Sauf que le son de nos voix n’a pas servi qu’à communiquer, loin de là. Je relève les yeux vers le visage de la jeune femme et par-dessus son épaule je vois ces marcheurs avancer doucement, mais sûrement vers nous.

Vous vous demandez sans doute pourquoi j’ai vécu autant de temps dans le désert de sel, au volant de ma caisse et à combattre des pillards ? L’adrénaline. Rien de plus. C’est la seule chose qui sache faire taire ces voix dans ma tête et me faire redevenir normal.

Et vu la tête que je tire, elle doit bien se douter que quelque chose se trame derrière elle. Je lâche même un « Merde… » Je me recule et attrape le col du couard pour le forcer à aller derrière moi. Je fais signe à la jeune femme de le suivre en lâchant « Posez pas de question. On s’tire. Et vite. » Je m’avance et tire également la jeune femme par l’épaule pour la forcer à avancer avec son compagnon, fermant la marche.

Je pointe du doigt un magasin dont la porte a été condamnée par une grille et un cadenas. Il y est encore, c’est sécurisé, non ? « Là-bas ! » dis-je en m’avançant vers la grille. Je pète le cadenas à l’aide de la crosse de mon fusil et ouvre la grille avant de péter le vitrage fêlé par le temps et leur faire signe de passer. « Faites pas de bruit. » Je les suis et rentre à mon tour dans la boutique, plaçant une étagère pour revue people devant l’entrée que je viens de créer.

Je me recule et leur fait face. Je devine qu’ils ne sont pas en confiance, et que je ne leur ai pas trop laissé le choix quant à la fuite mais c’est ainsi. J’avise mon arme dans ma main et la range dans son étui accroché à ma cuisse. « On parlera après. Juste… Ce que vous avez vu de moi dehors. C’était pas vraiment moi, d’accord ? »

Sur Re: Sooner or later God'll cut you down. le Sam 15 Sep - 23:00
avatar
» METIER : Collegien
» AVATAR : Dylan Obrien
» CAPSULES : 1048
» MESSAGES : 57
» JE SURVIS DEPUIS LE : 17/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Je crois que tout le drame qui se passe arrive, soudain, en très très très arrière-plan au regard de cette déclaration d’Ellie. Bien sûr que je savais et que je m’attendais a ce qu’elle craque. Un beau mec comme moi, avec de bonnes dents, pas moisi pour deux sous et surtout mieux dans sa tête que l’autre qui va nous tuer (mais ca, c’est un détail), c’est évident que je suis un piège a filles. En tout cas, le fait qu’elle avoue, ENFIN, aux yeux du monde son amour en ne m’abandonnant pas, une première, ou en me donnant déjà un petit surnom me tire presque la larme à l’œil. Je suis son petit Glennichouroudoudou tout ému.

« Ellie…. »

Mais v’la que l’autre tartuffe il me laisse même pas avoir notre séquence émotion. Lui, ca va clairement pas etre mon pote, et pas seulement parce qu’il me menace avec son gros flingue et qu’il risque de me buter. Au moins il a bien compris les choses. Ouaiiii je suis son mec !!! Trop trop la classe. Dommage que Jimmy et Marc ne soient pas là pour entendre ça.

Mais heu… il se passe quoi là ? Le type me ture par le colbac avec cette façon bien a lui de nous montrer que dans sa tête il a trop d’idée en même temps. J’essaye de protester quand je me vois chopper Ellie aussi.

« Faut qu’elle reste là !! On avait un deal !! »

Et puis je vois ce qui le fait réagir comme ça et change de suite d’avis.

« Oula… ok… finalement on va rester ensemble. »


Comme disait ma mère, les problèmes se gèrent les uns après les autres. On le suit pour ne pas dire qu’il nous traine dans une boutique avant de verrouiller comme il peut la porte. Je l’aiderais bien mais je vais plutôt m’assurer qu’Ellie va bien avant de rester entre elle et lui.

J’essaye de le suivre sur le « ce que vous avez vu dehors c’est pas vraiment moi » et je suis pas trop sur que ca me rassure. Je choppe des vivre dans mon sac et lui envoi. Avec les chiens sauvages, vaut mieux faire copain copain.

« Bah mon pote, je sais pas trop qui t’es mais je crois que t’as quand même de sacrés problèmes. Je te propose un truc, on partage la bouffe et l’eau et quand c’est fini tu nous laisses partir bien tranquillou et nous on évite de dire a notre groupe comment ça a mal commencer entre nous ? Ils ont tendance a etre un peu cons quand ils nous pensent en danger. Ca te va ?»


Le pire c’est que je dis comme si on avait vraiment l’armée entier comme potos et qu’on était les gosse du big boss des porteurs d’armes.
Sur Re: Sooner or later God'll cut you down. le Dim 16 Sep - 15:39
avatar
» METIER : Ex collégienne

» AVATAR : Alycia Debnam Carey
» CAPSULES : 1775
» MESSAGES : 326
» JE SURVIS DEPUIS LE : 25/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur



Sooner or later God'll cut you down


ft. Glenn & Shawn


J’ignore totalement Glenn quand il m’appelle. Je n’ai fait que rentrer dans son jeu et désolée pour lui, mais je joue la comédie. Sauf que ça, il n’a pas l’air de l’avoir compris. Si seulement on pouvait acheter des neurones, je lui en aurais filé gratuitement et je lui aurais demandé de partager avec l’autre malade. D’ailleurs en parlant de lui, il affiche une tête à faire peur. Pas besoin d’être Einstein pour se douter que quelque chose se trame dans mon dos… Bientôt, les rugissements peu rassurants des Z me parviennent aux oreilles et je me dépêche de ramasser mon couteau et d’arracher mon arc des mains du fou avant de me faire traîner par ce dernier loin d’ici.
Enfin loin, pas tant que ça. Nous voilà coincé dans une vieille boutique dont il a bloqué l’entrée. Je dois dire que je suis loin d’être rassurée… Le mec a toute une armée de personne coincée dans le ciboulot et voilà que Glenn et moi sommes enfermés entre quatre murs en sa compagnie si peu charmante.  Ca fait froid dans le dos ! Surtout quand il nous regarde dans le blanc des yeux pour nous annoncer que dehors, il n’était pas vraiment lui. Genre ? Il a été possédé ? On n’est pas dans un film d’horreur, bien que le décor si prête parfaitement. On est dans la réalité, tout ce qu’il y a de pur et dur. Alors si dehors il ne se sentait pas lui-même, il va falloir se barrer d’ici et le plus vite possible sera le mieux !

« -
Je vais voir s’il n’y a pas une issue de secours pendant que vous faites amis-amis. »

Et je n’attends pas qu’on m’en donne l’autorisation. Je commence déjà à fouiller la boutique à la recherche d’une porte qui ne débouche pas sur un nid de zonzons affamés. Pour ça, je garde l’oreille tendue vers l’extérieur. L’endroit est si calme, surtout quand Glenn arrête de parler pour se la jouer warrior de la survie, qu’entendre les grognements des moisis, ce n’est pas une tâche bien compliqué, même avec des murs pour nous couvrir. De toute façon, les bâtiments ne sont plus très solides de nos jours.
Mais peine perdue, aucune autre porte ne mène dehors. On va devoir attendre sagement que les Z se barrent d’ici en quête d’un autre sandwich. Super ! Moi qui me réjouissais à l’avance de passer du temps avec un malade mental et un Glenn bien collant ! Je soupire, m’asseyant en tailleur sur le sol, dos au mur.

« -
On est coincé ici jusqu’à ce que les morts se décident à aller camper ailleurs… Je propose que vous fermiez vos bouches cinq minutes, sinon je vais avoir une migraine, merci. »

Pas très poli, mais entre un gars qui raconte des blagues à chier et un autre qui pourrait tenir un dialogue tout seul tellement ils sont nombreux là-haut, merci bien mais je veux du calme.


by FRIMELDA
Sur Re: Sooner or later God'll cut you down. le Lun 17 Sep - 0:44
avatar
» METIER : Ancien prisonnier

» AVATAR : Tom Hardy
» CAPSULES : 333
» MESSAGES : 40
» JE SURVIS DEPUIS LE : 02/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur



Ils trop buggé sur le « ce que vous avez vu dehors… », il faut croire, mais ils ne pigent pas quoi dans le fait qu’on parlera après ? Le jeunot se met à déblatérer depuis que je ne pointe plus mon flingue sur lui, ce qui lui vaut un regard froid malgré la bouffe qu’il m’envoie. La petite, quant à elle, elle nous laisse faire « amis-amis ». Je regarde ce qu’il m’a envoyé comme nourriture. Merde. Vu son gabarit, il n’a pas fini sa croissance. Je lui renvoie sa bouffe « Garde ça pour toi, p’tit. Ton groupe n’a pas à s’en faire. Me forcez juste pas à prendre ce canon scié pour le pointer de nouveau sur vous, et là ça m’ira. » En disant ça, je tapote la crosse de mon arme, bien rangé dans son étui.

Ce qu’ils ignorent, c’est comme j’ai obtenu cette arme et ce que j’ai dû faire pour la protéger ainsi que le peu de bien que j’ai toujours eu. La jeune femme me sort de mes pensées en nous demandant de la fermer le temps que les morts aillent camper ailleurs. Je m’approche de la vitrine et jette un coup d’œil discret Ils nous ont vu et tente de rentrer. Ils ne sont pas prêts de décamper de là. Je regarde vers l’arrière-boutique. J’avise autour de nous des objets qui pourraient être utiles. Une boite de visse, une vieille boite de conserve défoncée et de la cordelette. Royal. Je m’adresse à la jeune femme « Désolé de l’ouvrir, mais vu vos tronches, je doute que vous vouliez qu’on meurt ici tous les trois. Vous avez plus l’air de vouloir vite retourner à votre campement pour tirer un coup. Et honnêtement… Bah… J’suis pas si méchant que j’en ai l’air. Vous n’avez qu’à me voir comme Cupidon, les ailes au cul en moins. »

Tout en faisant mon discours, j’avais glissé les visse dans la boite de conserve que j’ai refermé à l’aide de la cordelette. Je fais un signe vers la porte du fond. « Les boutiques comme ça ont un accès direct aux toits. C’est pour la maintenance des extracteurs d’air. Je vais monter là-haut et faire en sorte que ces moisis dégagent rapidos. Je ne crache pas sur un coup de main. Je ne sais pas sur quoi je vais tomber et je ne suis pas du genre fin et délicat avec mon flingue. » Moins j’en bute, mieux je me porte surtout. « Je peux vous éloigner assez vite de cet endroit et vous ramener en lieu sûr parmi ces morts. Mais pour ça, va falloir que vous y mettiez du vôtre et que vous me fassiez confiance. Alors. Amis-amis ? » Dit comme ça, ça sonne toujours aussi con, mais paraphraser la jeune femme me fait sourire. Je tends ma main au couple, attendant de voir qui acceptera mon offre en premier.
Sur Re: Sooner or later God'll cut you down. le Mar 25 Sep - 14:44
avatar
» METIER : Collegien
» AVATAR : Dylan Obrien
» CAPSULES : 1048
» MESSAGES : 57
» JE SURVIS DEPUIS LE : 17/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur

La définition d’une fille selon Jimmy : être lunatique, versatile, aux réactions aussi illogiques qu’imprévisible. Aime reprocher aux autres de ne pas les comprendre alors qu’elles ne se comprennent pas elles même. Bah pour le coup, à la réaction d’Ellie, j’ai presque envie de commencer a penser qu’éventuellement je devrais envisager que peut être il se pourrait que potentiellement… bah le Jimmy il est raison. Mais pourquoi elle s’énerve comme ça ?

Quand les filles disent qu’elles ont la migraine je crois que ça veut dire un truc sauf que je sais plus trop quoi ? C’est pas leur langage codé pour dire qu’elle veulent aller faire pipi avec d’autres filles ? Sauf que là... ca va être un peu compliqué de lui trouver des copines. Pas que je ne veuille pas faire plaisir a ma petite amie mais je tiens quand même a mes bijoux de famille.

Notre compagnon est quand même suicidaire : il a pas respecter le silence que demandait Ellie, c’est pas bien. J’arrive a balbutier un : Quand le type refuse ce que je lui tends, je commence a me dire qu’il correspond aussi la définition de Jimmy pour les greluche. Oh Putain !!! On m’avait bien raconté des histoires affreuses de femmes a barbe tellement velues qu’on les prenait pour des mecs, mais je pensais que c’était des conneries. Pourtant… il est imbitable, pas cogérant et tout le tralala… et puis Ellie bien de claquer le code pour un pipi entre coupines. Oh merde !! Comment j’avais pas capté ca des le début.

Je me sens quand même a rougir quand il dit que ca se voit qu’on veut faire la bête a deux dos Ellie et moi.

« On aime prendre notre temps vous savez… »


Mais ca reste a peine audible et ca m’aide pas a me concentrer sur son plan. Il vaut quoi là ? Enfin, pardon, elle veut quoi en cet instant-là ? Oui parce que j’ai quand même réussi a imprimer qu’il ou elle n’était pas tout seul dans sa tête et qu’a tout moment ca pouvait repartir dans un « je vous tue pour boire votre sang ». Plus j’y pense plus je m’en veux de pas avoir deviner que c’était un travelo. Un mec c’est quand même vachement plus stable et constant que ça.

Heu là elle est pas en train de me dégager du truc mine de rien pour rester en tête a tête avec Ellie sur les toit. Oh merde… en plus c’est une broute gazon !! En même temps avec sa tronche de mec et le coros qui va avec, j’aurais du devinez ca aussi. Ca me fait chier d’etre aussi lent.

« Heu si on dit ok pour le amis amis on est d’accord que personne ne menace plus personne hein ?


Je préfère m’assurer du truc. Je ne laisse pas le temps a Ellie de repondre.

« C’est moi qui vais vous aider. Faut juste m’expliquer votre plan un peu mieux parce qu’a part aller sur le toit je suis pas sur d’avoir bien compris la suite.»


J’attrape doucement la main d’Ellie avec un sourire qui se veut rassurant. Ouai je kiffe pas ma vie d'aller sur les toits avec la folle.

« Des que tu as une ouverture, je veux que tu cours te mettre en sécurité. Tu ne t’inquiètes pas pour moi, d’accord? Je reviendrais vers toi des que je pourrais. »
Sur Re: Sooner or later God'll cut you down. le Mer 26 Sep - 14:24
avatar
» METIER : Ex collégienne

» AVATAR : Alycia Debnam Carey
» CAPSULES : 1775
» MESSAGES : 326
» JE SURVIS DEPUIS LE : 25/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur



Sooner or later God'll cut you down


ft. Glenn & Shawn


Voilà que celui qui murmurait à sa propre oreille tellement il y a de monde dans sa caboche se croit être cupidon. Ah oui quand même, ils sont si nombreux que l’ange de l’amour squatte parfois son ciboulot ! C’est peut-être pour ça qu’il voulait me piquer mon arc tout à l’heure ? Rien de sérieux là-dedans, évidemment, mais je ne suis pas certaine de vouloir qu’il tire une flèche qui me ferait tomber amoureuse de Glenn. Non lui, il est dans la friendzone comme le disait les jeunes d’avant la guerre. A la rigueur, un frère mais rien de plus. De toute façon, du peu que je connais l’animal, il est beaucoup trop pot de colle pour moi.

« -Loin de moi l’idée de faire quoique ce soit, je suis très pieuse. »

Mensonge, bien entendu mais je dis ça avec conviction, un sourire aux lèvres, les mains jointes comme si j’envoyais mes paroles à ce seigneur qui, selon moi, n’existe pas le moins du monde.
Attention mesdames et messieurs, dans un instant, Glenn vous donnera une folle envie de le gifler en faisant passer la nana de la situation, à savoir moi, pour une grosse faible de service. Et… Bingo ! Je n’ai pas le temps de proposer gentiment mon aide qu’il me coupe dans mon élan pour se porter volontaire à ma place. Ce qui signifie grosso merdo, que je vais devoir rester en bas comme une quiche à surveiller que les zonzons ne se tapent pas une séance de shopping improvisée pendant que messieurs vont les faire fuir depuis le toit. Je croise les bras, soupirant. J’imagine que de toute façon, je n’ai pas d’autre choix ?  

« -J’imagine que je vais rester ici sagement… »

Je suis presque déçue de ne pas pouvoir me rendre utile un minimum. C’est vrai quoi ! Ce n’est pas parce que je vis principalement dans les bois depuis cinq ans que je suis dans l’obligation de faire la plante verte. Mais bon, je n’ai pas mon mot à dire. Et la main de Glenn se glisse dans la mienne, ce qui me surprend assez. Il est du genre à me suivre partout c’est vrai, mais je ne le connaissais pas tactile. Je tourne mon visage vers lui et soupire de nouveau.

« -T’es tellement malchanceux, comment veux-tu que je ne sois pas rongée par l’inquiétude sombre crétin ? »

C’est ma façon à moi de lui faire comprendre que, même s’il m’agace, je l’apprécie tout de même dans le fond. Puis, il est drôle lui ! Peut-être qu’il me verra filé depuis le toit, mais comment va-t-il me retrouver ? J’ai pas de gps intégré.



by FRIMELDA
Sur Re: Sooner or later God'll cut you down. le Sam 29 Sep - 0:15
avatar
» METIER : Ancien prisonnier

» AVATAR : Tom Hardy
» CAPSULES : 333
» MESSAGES : 40
» JE SURVIS DEPUIS LE : 02/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur



Rien que les premiers mots qui suivent du fameux Glennichou me font soupirer. Mon regard s’arrête un instant sur la jeune femme qui a l’air de se mordre l’intérieur de la joue. Et rétorque simplement qu’elle est très pieuse. Je manque de me marrer lorsque mon regard s’arrête sur de l’acide pour chiottes. Je me relève d’un bond et m’en approche. Glennichou se met à douter des mots que j’ai dit. Ouai je les ai menacés, mais je travaille là-dessus. Sauf qu’il se pisse dessus ce con. Faudrait peut-être le tuer pour ça ? Oh te revoilà toi… Tu n’as pas eu assez d’adrénaline ? Tiens, regarde ça. Mon regard s’arrête un court instant sur la vitrine et je vois ce tas de morts, ce qui remonte le niveau d’angoisse. De quoi faire taire les voix de nouveaux. « Putain… Si tu parles toujours autant, je ne suis pas sûr de réussir à me contenir niveau menace ! » Il n’a pas besoin d’exprimer sa peur sur son visage. Je la ressens. Rien qu’avoir haussé le ton légèrement a suffi. J’étais si proche de lui. Je me mets à me marrer souffle « T’es mignon quand tu te pisses dessus. Ces conserves, ça va les attirer loin de l’allée par laquelle on va sortir. Depuis le toit on pourra repérer où débouche la porte de service. Et ça… » je montre l’acide et de l’aluminium alimentaire que j’avais ramassé un peu plus tôt. « C’est pour les ralentir. Tu comprendras quand tu entendras les kaboom… »

Je prépare une boule d’aluminium et vide un peu d’acide pour chiottes. Je place des vis et des clous dedans et suspend la boule d’aluminium au-dessus grâce à une cordelette. Je m’approche de la porte et tends la cordelette de façon à ce que dés qu’elle s’ouvrira, la boule tombe dans l’acide. Sérieusement, niveau chimie, je suis une merde. Mais sans les clous et les vis, ça nous servait de pétard et laissait une belle déflagration. Avec des projectiles en plus, ça défonce le dessous des bagnoles. Et par chance, la visserie est en acier. Je prépare de quoi faire un second piège. Je relève les yeux vers Glenn « T’as pigé le plan ? Parce que sans dec… C’est pas compliqué… Toi. » Je me tourne vers la jeune femme. « Recule toi un maximum de l’entrée et va vers la porte de service. Dés qu’on descend, on décampe. » Je vois le brun prendre la main de la jeune femme et faire une promesse à l’eau de rose.

Je soupire et lève les yeux vers le ciel, Je fourre les trois boites de conserves que l’on a dans mon sac et fixe le second piège avant de m’approcher de la porte menant aux escaliers. « Quand vous voulez les amoureux. Mais si vous ne le sentez pas, restez ici tous les deux. » Je grimpe les deux étages et ressort sur le toit. Je remercie le ciel de ne pas avoir placé un Z sur ma route.
Sur Re: Sooner or later God'll cut you down. le
Contenu sponsorisé


Sooner or later God'll cut you down.
Devil inside you :: The world is our playground :: Helena, Montana, US :: Helena's west



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: