TRILLIAN KOVACS ≡ Are you scared of the fuckin' boogeyman? I'm not.
Devil inside you :: Welcome to the family :: Hello my name is... :: Survivors accepted
Sur TRILLIAN KOVACS ≡ Are you scared of the fuckin' boogeyman? I'm not. le Dim 2 Sep - 21:46
avatar
» METIER : ex-tueur à gages

» AVATAR : Jason Momoa
» CAPSULES : 526
» MESSAGES : 10
» JE SURVIS DEPUIS LE : 02/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur



TRILLIAN KOVACS


35 ans - serbe - tueur à gages - célibataire - solitaire





CARACTÈRE
Ses anciens collègues pourraient aisément dire de lui qu’il est le chasseur habile, celui qui attend avec une patience infinie que sa proie ne commette sa dernière erreur pour l’achever. Le calme placide tandis qu’il prend son temps, ne joue jamais de précipitation, analyse tout ce qui se trouve à sa portée, joue de déductions logiques pour ce qu’il ne peut observer, il est le renard qui pénètre dans le poulailler sans aucune crainte de se faire repérer, joue de mots et de gestes pour assurer que tout va bien, ses couvertures sont telles qu’on ne saurait douter de ses bonnes intentions. Sourire charmeur, rire facile, attitude hédoniste, il sait vers quelle femme se tourner pour obtenir ses informations en retour de faveurs, il se veut bon amant, et tout aussi excellent tueur. Curieux de nature, amoureux de la culture, il aurait pu passer sa vie dans les musées, autrefois, aujourd’hui, il se contente de jouer les touristes sur des contrées qu’il ne connaît pas, grave les images dans sa mémoire qui n’est pas si mauvaise, perfectionne ses maigres connaissances en survie. Solitaire dans l’âme, la fin du monde ne l’a pas tant attristé, seulement dépassé. Son instinct de survie a sans aucun doute prit le dessus sur sa bonne éducation, le rendant plus sauvage que civilisé. S’il se fait défenseur de la veuve et de l’orphelin à certains moments, il n’éprouve aucune pitié pour ceux qui se font ses ennemis, et laisse sa marque sur l’épiderme de ceux qui ont osé croiser sa route. La bougeotte au bout des orteils, il reste rarement au même endroit, incapable de demeurer là où il estime que l’on a pas besoin de lui. Qui voudrait d’une bête comme lui comme compagnon de toute manière ? Il n’est plus l’homme qu’il était autrefois, ours mal-léché qui n’hésite pas à voler pour survivre. Il n’y a jamais eu qu’une seule règle dans l’histoire de l’humanité, et il s’applique naturellement à s’y tenir : « seuls les plus forts survivent. »


PHYSIQUE
» PHYSIQUE & PARTICULARITÉS La peau basanée, sans aucun doute le résultat d’une union entre un géant serbe et une hawaïenne aux formes affriolantes, il ne passe pas tout à fait inaperçu et attire malgré lui les rêveries des jeunes femmes à la recherche de l’exotisme. Il a de même hérité de la taille de son paternel, flirtant à 7 centimètres près avec les deux mètres, de quoi passer encore moins inaperçu. Ironie lorsque l’on sait que son métier lui impose l’inverse. Une tignasse brune autrefois bien coiffée, bien taillée, aujourd’hui délaissée, libre au vent, tout autant que sa barbe qu’il lui arrive parfois de couper, lorsque l’envie l’en prend, hélas bien trop rarement ces derniers temps. Un visage qui paraissait autrefois intimidant ? Avenant ? Tout dépendait naturellement de la situation. Aujourd’hui, étincelle sauvage dans le regard, rictus au lieu d’un sourire bienveillant. Il n’est plus tout à fait l’homme bien sur soi, attirant. Il n’est que le reflet de ce qu’il fut autrefois. Lui qui portait de beaux costumes ne porte plus que ce qu’il trouve, vêtements volés, débraillé. La plupart laissent entrevoir les tatouages qu’il arbore avec une certaine fierté, corps recouvert et que de nombreuses créatures aux courbes délicieuses ont put admirer au détour de quelques nuits sauvages. Tout en muscles, il continue de prendre soin de lui, et possède un sens de l’hygiène, surtout dentaire, irréprochable.

• Arme principale : Un fusil sniper type Barret M95 accompagné de son trépied et une crosse de joue, histoire d’éviter de s’éclater la gueule à chaque tir. [Nul besoin de lunette qui est déjà d’office sur ce type d’armement.] Il était détenteur de cette arme avant que l'apocalypse ne frappe à la porte du monde. Toutefois, il est rare qu'il montre ce type d'arme à tout le monde. La plupart du temps, elle est enterrée dans son sac, quelque part autour de l'endroit où il squatte.

• Stuff secondaire : Une hachette de survie, trouvée dans un bon magasin abandonné depuis des lustres, et surtout, bien caché. Elle se trouve le plus souvent à sa ceinture, idéale pour couper du bois ou fendre le crâne de quelques Z.

• Objet de survie :
- Kit de premiers secours
- Réchaud à gaz
- Gourde

• Objet confort/plaisir :
- Cigarillos
- Sac à dos militaire
- Sac de couchage
- Savon
- Vêtements de rechange

• Objet personnels : Il se trimballe avec un briquet [zippo] qui lui a été offert par son paternel il y a bien plus de vingt ans et avec lequel il allume ses cigarillos, une carte qui lui permet de se repérer [et qu'il annote à l'aide d'un stylo], cinq pièces en or [dont lui seul connait la réelle signification], une petite bonbonne de gaz pour remplir son zippo, un collier qu'il porte autour de son cou, cadeau d'une tierce personne, un carnet avec des noms dessus [sans aucun doute les noms de ses contrats, ses contacts etc...], ainsi que pour son hygiène dentaire, une brosse à dents et son dentifrice.


HISTOIRE
« Па сине? Како иде посао? » Son vieux géant de père lui avait posé cette question, cinq ans et des poussières plus tôt. Comment se portait son travail ? Officiellement, et aux yeux de son paternel, il travaillait comme agent de sécurité dans une compagnie privée. La vérité était toute autre. Il travaillait bien pour du privé, mais certainement pas comme agent de sécurité. Quoi que. Il avait fait l’armée, comme beaucoup de jeunes de son âge à l’époque, où il ne s’était pas spécialement démarqué des autres, mais où il avait appris à manier le fusil de précision. En aucune façon son arme de prédiction. Il était plutôt adepte du corps à corps. Mais il était suffisamment bon calculateur, capable d’anticiper pour partir sur un autre corps de métier. Son mentor l’avait repéré, comme il repère tous ceux qu’il estime capable de devenir autre chose. Il était entré dans un monde sombre, souterrain, visible aux yeux de tous, et pourtant parfaitement caché, celui des assassins. Son premier contrat ? Il ne l’oublierait pas. C’était celui qui lui avait presque coûté la vie, mais il était toujours là, et avec son mentor, il avait apprit, il s’était perfectionné, jusqu’à devenir l’un des meilleurs. Sa mère en aurait eu le cœur brisé si elle l’avait apprit. Elle espérait le voir devenir un jour père de famille, il estimait ne pas avoir le temps pour ces conneries. Raison pour laquelle il ne ramenait jamais de femme à la maison, ni à Noël, ni pour quelconque autre fête. Ça évitait les faux-espoirs. À la place, il se contentait de créatures éphémères, la plupart, du même acabit que lui, au moins, ça réduisait le champ des possibilités. Un tour de manège, on gagne le pompom et ça s’arrête là. Au mieux, on remet ça plus tard. Pas la vie de rêve, certainement pas la vie parfaite, mais au moins, le salaire était là, et ça lui permettait d’aider les vieux sans qu’ils n’y trouvent quoi que ce soit à redire. Parfois, il changeait de pays, ce qui lui valait l’obligation d’apprendre à parler la langue locale, et sa culture s’en trouvait renforcée, sa curiosité, assouvie. Il prenait toujours le temps de trainer deux ou trois jours de plus pour satisfaire son côté touriste. A ce jour, Paris demeure sa ville favorite, mais qui ça intéresse maintenant ? Maintenant… Il n’y a plus rien, la désolation, le chaos, et plus de morts à tuer que ce qu’il prévoyait de mettre six pieds sous terre en une vie. Il se trouvait à New-York quand tout ce merdier à commencé. Sa cible achevée une bonne fois pour toute, une balle entre les deux yeux. Ce con pensait que le double-vitrage le sauverait certainement de toute attaque sournoise. Quelques heures plus tard, le monde partait en vrille, et lui, il n’avait pas l’intention de rester dans la grosse pomme pour le voir. Son avion s’était trouvé annulé, il irait voir dans un autre aéroport. Il n’avait pas perdu de temps à grimper sur une harley achetée à la va-vite, direction l’ouest. Son vieux démon Tourisme l’avait rattrapé, l’obligeant à faire des haltes, à photographier mentalement le paysage, à goûter la saveur locale, puis un beau jour, plus grand-chose. Un beau jour, il est tombé en rade d’essence, et les stations étaient à sec. C’est à ce moment là qu’il a compris que le monde ne tournait plus rond du tout. Il a fait ce qu’il devait faire, siphonné les voitures pour aller un peu plus loin, continué sa route, perdu de vue le monde. Jusqu’au premier mort, puis un second, puis un petit groupe, puis la horde. Et c’est là qu’il a su que le monde était définitivement perdu, et que lui aussi il l’était tout autant. Il a commencé à perdre en patience, en civilité, en humanité. Le dandy s’est mué en pillard solitaire. Il ne volait que l’utile, ce qui lui permettrait d’avancer. À la recherche de quoi ? Aucune foutue idée. Parfois, il faisait preuve d’humanité en croisant quelques solitaires comme lui, partageant un repas, une histoire, laissant un truc derrière lui. D’autres fois, il jouait au con, plus particulièrement face à ceux qu’il estimait faibles et qui ne survivraient pas. Il ne s’est jamais trompé. D’autre fois, il s’incrustait chez des pillards, quelques jours, avant de se barrer avec du matos. Entre temps, il a perdu la moto, s’est trouvé un canasson, a perdu le canasson, s’est trouvé un VTT, a crevé le VTT. Les rollers ne le tentaient pas des masses, il a fini par continuer à pieds, jusqu’au Montana. C’est ce que la carte lui disait, tout autant que les panneaux. Après randonnées et journées en forêt, il s’est retrouvé à Townsend, ville déserte, et dans laquelle il a plus ou moins élu domicile. Il s’est installé dans la plus belle maison, et a protégé l’endroit du mieux qu’il a pu. Il en a fait un point d’ancrage, celui vers lequel toujours revenir quand il se baladait autour. C’est temporaire, il le sait bien.


O.DREAM
Dans le monde réelle on m'appelle Tiphe. J'ai xx ans, et je viens de France. J'ai découvert DIY grâce à partenariat, et j'ai cédé à m'inscrire parce que on m'a obligé sir ! Mon personnage est un inventé et j'autorise le staff à tuer mon personnage si je disparais. Je suis prêt(e) pour rejoindre l'aventure et embêter Riley, piler MJ, et picétout.  
PS : Le code du réglement est :



FICHE (c) SUNHAE DE LIBRE GRAPH


Dernière édition par Trillian Kovacs le Mar 4 Sep - 10:50, édité 4 fois
Sur Re: TRILLIAN KOVACS ≡ Are you scared of the fuckin' boogeyman? I'm not. le Dim 2 Sep - 22:26
avatar
» METIER : armurière

» AVATAR : margot robbie
» CAPSULES : 766
» MESSAGES : 117
» JE SURVIS DEPUIS LE : 29/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Fondatrice
Re-Bienvenue Monsieur !
Tu est vraiment trop sexy avec Momoa **
Sur Re: TRILLIAN KOVACS ≡ Are you scared of the fuckin' boogeyman? I'm not. le Lun 3 Sep - 12:13
avatar
» METIER : Militaire

» AVATAR : Luke Pasqualino
» CAPSULES : 895
» MESSAGES : 29
» JE SURVIS DEPUIS LE : 23/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re bienvenue a toi. Ralalalala cet avatar!!! bon courage pour ta fiche.
Sur Re: TRILLIAN KOVACS ≡ Are you scared of the fuckin' boogeyman? I'm not. le Mar 4 Sep - 10:56
avatar
» METIER : Ex collégienne

» AVATAR : Alycia Debnam Carey
» CAPSULES : 1785
» MESSAGES : 326
» JE SURVIS DEPUIS LE : 25/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Rebienvenue !! :D
Sur Re: TRILLIAN KOVACS ≡ Are you scared of the fuckin' boogeyman? I'm not. le Mar 4 Sep - 11:10
avatar
» METIER : Serveuse dans un dîner à Helena

» AVATAR : alicia vikander
» CAPSULES : 880
» MESSAGES : 320
» JE SURVIS DEPUIS LE : 19/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Fondatrice
Bravo, tu es validé !
J'ai hâte de te voir commencer à prendre Trillian en main. Amuse toi bien !
Maintenant que tu es validé, il va falloir que tu te trouves des potes de survie via les journaux de bord. Que tu te trouves une occupation par ici. Tu pourras faire du commerce avec les autres groupes dans le marché du forum qui se trouve ici. Te chercher des partenaires de rps ou répondre à des sujet libres. Tu pourras pimenter ton jeu grâce aux dés du forum.

Sur Re: TRILLIAN KOVACS ≡ Are you scared of the fuckin' boogeyman? I'm not. le Mar 4 Sep - 11:19
avatar
» METIER : ex-tueur à gages

» AVATAR : Jason Momoa
» CAPSULES : 526
» MESSAGES : 10
» JE SURVIS DEPUIS LE : 02/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Tsss. Même pas tu me valides avec MJ.
Je suis en intense déception.

Merci à tous !
Sur Re: TRILLIAN KOVACS ≡ Are you scared of the fuckin' boogeyman? I'm not. le Mar 4 Sep - 11:37
avatar
» METIER : Serveuse dans un dîner à Helena

» AVATAR : alicia vikander
» CAPSULES : 880
» MESSAGES : 320
» JE SURVIS DEPUIS LE : 19/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Fondatrice
Rohhhh mais je vais commencer notre rp pour me faire pardonner
Sur Re: TRILLIAN KOVACS ≡ Are you scared of the fuckin' boogeyman? I'm not. le
Contenu sponsorisé


TRILLIAN KOVACS ≡ Are you scared of the fuckin' boogeyman? I'm not.
Devil inside you :: Welcome to the family :: Hello my name is... :: Survivors accepted



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: