Sur Fox on the run. le Jeu 30 Aoû - 10:53
avatar
» METIER : armurière

» AVATAR : margot robbie
» CAPSULES : 1060
» MESSAGES : 123
» JE SURVIS DEPUIS LE : 29/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Fondatrice



fox on the
run
Certes c’est très pratique d’être à Clancy pour continuer de faire vivre ma passion pour les armes. Beaucoup plus qu’au ranch même si celui-ci me manque de plus en plus. En revanche, j’ai un léger souci en ce qui concerne du matériel pour continuer à fabriquer ou même rénover certaines armes. Je pense que ce n’est pas pour un rien que le matos est resté de côté pendant un bon moment... Enfin je crois vu qu’il y avait de la poussière dessus. Donc au milieu de la matinée, je me suis pointé dans le quartier militaire pour voir le Sergent Brighton. Beaucoup n’apprécie pas cet homme mais, perso je lui trouve un certain charme et il a quelques choses dans le regard qui à tendance à me captivé. Enfin bref. Après avoir discuter avec lui un petit moment de mes plans pour récupérer du matériel que l’on stocker dans mon ancienne boutique. Clive Brighton m’invite à le suivre pour me présenter à un homme Edward Estevez, que j’ai déjà aperçu plus d’une fois depuis que je suis ici. Le Sergent lui donne quelques instructions, et nous voilà partit avec à pied jusqu’en ville. Heureusement qu’Helena n’est pas si loin que cela de Clancy sinon, nous n’étions pas prêts d’arriver à la capitale du Montana.

Depuis notre départ de Clancy, je crois que je n’ai pas entendu mon coéquipier. Serait-il muet avec les femmes ? Bonne question ! Je dois bien avouer que je déteste le silence, surtout lorsque je suis en compagnie d’une personne. D’habitude, je suis assez bavarde et j’ai tendance à communiquer ma bonne humeur. Mais, je ne sais pas quoi lui dire. Je finis par soupirait avant de lui dire :

« Tu sais, le sergent Brighton ne tu n’as pas interdit de me faire la conversation. » Je viens à fronçais les sourcils avant de rajouter : « Bon, okey ! Il ne tu n’as pas non plus imposé de me parler. Mais là je crois qu’un zombie serait d’une meilleure compagnie de toi ! »

Dis-je en rigolant. Bon c’est une tentative comme une autre. Maintenant, Edward a les dès en mains. C’est à lui de les saisir.

Edward Estevez & Mary-Jane Pierce
La mort est un vêtement que tout le monde portera.
Pando
Sur Re: Fox on the run. le Jeu 30 Aoû - 12:44
avatar
» METIER : Militaire

» AVATAR : Luke Pasqualino
» CAPSULES : 1170
» MESSAGES : 31
» JE SURVIS DEPUIS LE : 23/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Les civils… ils sont la fois la raison d’être des militaires et leur malédiction. D’un coté on a tous été civil un jour, il y a longtemps, avant de devenir un homme (ou une femme, je ne suis pas sexiste) ayant le sens des responsabilités, du devoir, des priorités, acceptant un cadre (oui même Owen, au fond il respecte les règles, c’est juste qu’il a plus de mal avec certaines). Protéger et servir. Un engagement que j’ai prêté sur le drapeau de mon pays. Depuis cinq ans, j’ai eu le temps de me poser des questions sur le véritable sens ce serment fait avec ferveur à l’école militaire. Protéger et servir qui ? La nation ? La patrie ? Mais maintenant qu’est que la nation ? L’ensemble des habitants de Clancy ? Les civils qui n’ont pas l’air de comprendre que nos décisions, aussi dures soient elles, relèves du bon sens pour notre survie a tous. Il n’y a plus de place pour les demies mesures et les esprits fantasques qui rêvent d’une vie cotonneuse « comme avant ». Pour le moment, a mes yeux, ils sont comme des enfants capricieux et dangereux dans cette poudrière qu’est devenu Clancy.

Aussi, autant dire que j’ai pas fait la danse de la joie quand Brigthon m’a demandé d’aller avec Owen escorter une civile a Helena. Super, Owen il est où ? il a encore gastro ? Ben non il a Angie. Bref, j’ai rien dit, j’attendrais qu’on me demande et d’être plus calme pour mentir, ENCORE, pour son cul. Je ne discute pas les ordres et, après avoir méthodiquement préparé mon matos en espérant qu’Owen se pointe avant le départ, ce qui n’est pas arrivé, nous sommes allés a Helena. Je reste concentré et professionnel tout le long du chemin, je pense savoir gérer seul, mais on est jamais trop prudent. C’est moi ou celle qui est avec moi est nerveuse ? Elle n’a pas confiance en mes capacités peut-être ? De toute façon, c’est une civile, comment saurait elle évaluer mon professionnalisme.

Je tique quand elle commence a me parler que le sergent ne m’a pas interdit de lui parler. Je vais lui répondre qu’il ne pas ordonner de le faire non plus mais elle me coupe l’herbe sous le pied. Ca a le mérite de m’arracher un sourire, mais je me reprends bien vite. On n’est pas la pour une promenade de complaisance.  Je m’arrête pour faire face a cette petite impertinente.

« Madame, sauf votre respect, ma mission est de vous escorter à Helena et de vous ramenez saine et sauve.  Alors, si vous vouliez de la compagnie de zombie, il fallait le dire au sergent-chef Brighton, comme cela il ne m’aurait pas ordonné de tuer tout ceux qui s’approcheront de vous.»

Je me retourne pour reprendre la route et mon travail. Mais, je ne peux m’empêcher d’ajouter, un peu pince sans rire :

« Quand vous noterez votre séjour avec moi, n’hésitez pas a mettre un 0 dans la partie ambiance et a en parler à vos amis. »

Oui la j’ai le sourire. Dommage qu’Owen n’ait pas été la pour voir cette repartie de fou. Quoique… lui il aurait été capable de lui tenir la main et de lui faire la causette sur le chemin. J’aime mon Bro, mais des fois, il m’énerve.
Sur Re: Fox on the run. le Sam 1 Sep - 22:47
avatar
» METIER : armurière

» AVATAR : margot robbie
» CAPSULES : 1060
» MESSAGES : 123
» JE SURVIS DEPUIS LE : 29/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Fondatrice



fox on the
run
C’est peut-être con à dire comme ça ! Mais je crois que je suis tomber sur le plus con des militaires présents à Clancy. Même le Sergent-Chef Brighton est plus agréable que ce type. J’ai beau être super cool avec tout le monde, mais je crois que si j’étais sûre de faire le poids face à ce type, il aurait eu le droit à une petite remise à niveau. N’empêche que je suis adresse un large sourire en reprenant mon chemin.

« De base, j’aurais préféré m’y rendre en solitaire ou au pire avec Brighton ou Carrington. Mais, bon… Visiblement, il a dû penser que de vous faire sortir vous ferez du bien ou alors, il en avait marre de vous avoir dans les pattes. Que sais-je ! » Dis-je en roulant des yeux. « Loin de moi, l’idée de vous mettre un zéro. Vous aurez le droit au minimum à un deux ! Un point pour votre sourire et un autre pour votre ironie. »

En effet ! Je pense que j’aurais été mieux avec Carrington et pourquoi pas avec Brighton. Enfin Carrington à compris que j’étais neutre dans les soucis entre les civils et les militaires. Après tout, j’étais là pour continuer à manipuler des armes pour leur donner une seconde vie, les améliorer ainsi que pour leur donner de quoi servir : des munitions. Cela étant, je n’ai pas envie de perdre espoir avec Edward ! Cependant, je n’ai jamais vraiment compris pourquoi les militaires et les civils sont arrivés à un tel point de désaccord. Il est vrai que je n’ai jamais vraiment chercher à vraiment comprendre. Le peu que je sais... C’est mon cousin et certains habitants de Clancy qui m’ont a parler. Perso, je trouve cela dommage qu’ils soient arrivés à ce stade…

« Cela étant, ce qui est sûre… C’est que si vous êtes aussi froid avec tous les habitants de Clancy… Enfin, tout le monde n’est pas contre les militaires. » Dis-je doucement. Je le regarde avec un petit sourire : « Ce serais dommage de vous mettre les derniers habitants neutres à dos. » Je finis par rajouter doucement : « Je ne suis pas une survivante qui ne sait pas e défendre… Au contraire… J’ai tout appris d’un militaire qui… »

Je ne continuai pas plus loin ma phrase. Je m’apprêtais de parler de mon ex… Enfin, celui qui m’as été arracher à cause d’une horde de Z. Tony… Je n’ai pas reparlé de lui depuis mon arrivé au Ranch. Je prends une bonne bouffée d’air frais avant de regarder devant moi. Nous commencions à atteindre les premières maisons d’Helena.

Edward Estevez & Mary-Jane Pierce
La mort est un vêtement que tout le monde portera.
Pando
Sur Re: Fox on the run. le Lun 3 Sep - 14:32
avatar
» METIER : Militaire

» AVATAR : Luke Pasqualino
» CAPSULES : 1170
» MESSAGES : 31
» JE SURVIS DEPUIS LE : 23/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Je l’écoute et, si je dois lui reconnaitre au moins une qualité, si on sait dire que cela en est une, c’est qu’elle ne se démonte pas. Je me demande si elle n’est pas en train de me confirmer qu’elle s’imagine aller en balade champêtre là pour me faire la liste des accompagnateurs qui aurait été meilleure dans le rôle de porte ombrelle que moi. Pas de bol pour elle, comme pour moi, c’est tombé sur ma tronche. En plus, j’avoue le fait qu’Owen ne soit pas là ne m’aide absolument pas a relevé le coté sympathique de ma petite personne, si si si je vous jure, une fois par an, je fais des efforts.

Je lève les yeux au ciel avec un sourire cynique quand elle me dit qu’elle aurait préféré y aller solo. Ca résume un peu trop tout le problème des civils de Clancy, ils ne se rendent pas compte de notre utilité et s’imaginent qu’ils pourraient survive facilement sans nous. Ils ne bitent pas notre boulot pour faire régner un semblant d’ordre dans leur bordel de civils et le travail de nettoyage de zone que l’on fait pour leur cul. Ca m’énerve.

Elle parle beaucoup, trop pour moi qui avait envie de bougonner dans ma tête. Au moins sa complainte a le mérite de me faire ricaner. Que cela soit sur l’idée que les militaires seraient froids avec les civils alors que c’est eux qui se braquent comme des gosses quand on leur donne des règles pour faciliter notre survie à tous. Des Gamins… on en est rendu à ça, protéger des gamins rebels d’eux même en plus du reste. Mais elle s’imagine quoi, que l’on veut se présenter a des élections ? Qu’on est en opération de séduction des civils ? On a déjà Owen qui y travaille trop activement, et ça fait plus de merde qu’autre chose.

Je ne l’écoute pas finir sa phrase et plisse les yeux vers l’horizon. Il y a de la poussière qui se soulève anormalement ainsi que des oiseaux qui s’envolent derrière le virage devant nous. Et ça se rapproche vite, à mon gout. Je n’ai aucune envie de tombé nez a nez avec quoique ce soit alors que nous ne sommes que 1,5n ouai pas 2, faut pas deconner, c’est une civile.

On peut me reprocher pas mal de chose sur mon caractère, mais pas sur mon professionnalisme. Sans prendre le temps de lui laisser finir sa phrase, ou de la prévenir, j’attrape la pipelette par la taille et la prend, sans ménagement, avec moi, dans la végétation du bas-côté. Je me fous presque sur elle, pas seulement pour la coincer au sol, de peur qu’elle est une réaction à la con, de civile quoi, mais aussi pour la camoufler et la protéger. Au-delà de la couleur de mes fringues plus passe partout, si ça canarde elle ne sera pas la plus exposé des deux. Je garde les yeux rivés entre la végétation et je n’ai pas trop à attendre pour voir un cortège passer. Un groupe de type, pas à la dégaine très accueillante, sauf si on aime le style tribal déco os humain peinture de guerre et armes blanches apparentes, passent. Franchement coté manque de sympathie, qui que ce soit ces gens, je pense qu’ils me battent haut la main.  Je ne sais pas qui s’est, mais je miserais sur des pillards. Il ne reste plus beaucoup de gens agréables qui se baladent en meute armée, de nos jours. Je ne m’attarde pas plus sur la question, du moment qu’ils ne vont pas vers Clancy et qu’ils ne nous ont pas vus, ça me va.

J’attends, un peu tendu, qu’il s’éloigne avant de libérer, doucement, ma compagne en faisait bien gaffe de ne pas m’en prendre une dans les valseuses. Je me doute que, dans son illogisme de civil, elle risque de me reprocher de faire mon travail et de lui sauver la vie. Avant de me « redresser d’elle » je la regarde dans les yeux.

« Madame, je vais être direct avec vous. Ni vous ni moi n’avons à juger les ordres du lieutenant, qu’il ait pensé que vous étiez du genre a vous surestimer et a ne pas vous rendre compte de ce qui se passe dehors ou que cela soit pour une autre raison, les règles sont claires : On ne sort pas seul en mission. Que cela soit pour les militaires ou des civils. Alors au risque de vous décevoir, je préfère vous ramener vivante et très remontées après moi, que morte en étant ravie de m’avoir rencontré avant de crever ou de vous faire chopper comme un trophée de guerre. »
Sur Re: Fox on the run. le Lun 10 Sep - 20:50
avatar
» METIER : armurière

» AVATAR : margot robbie
» CAPSULES : 1060
» MESSAGES : 123
» JE SURVIS DEPUIS LE : 29/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Fondatrice



fox on the
run
Sans vraiment m’y attendre, je sens Edward m’attraper par la taille et en deux-trois mouvements, je me retrouve allongé au sol avec lui à moitié au-dessus de moi. Je comprends rapidement qu’un danger était entrain d’arriver sur nous. Chose qui se confirme lorsque j’entends les voix de personnes qui s’approche de nous mais, visiblement le groupe passe son chemin sans prêter attention à nous qui sommes planqué dans les hautes herbes. Une fois que les hommes sont passé, le militaire qui est encore sur moi reste dans la même position. Il croit vraiment que je prendrais le risque de me faire remarquer par ses types de personnes ? Déjà lorsque je me suis retrouvé en solitaire, j’ai tout fait pour les éviter donc même avec une personne à mes côtés… Enfin je ne prendrais pas de risque. Surtout que les pillards qui vagabonde dans les rues d’Helena me donne la chair de poule. Ils font vraiment peur à voir. J’écoute les propos du militaire qui me regard dans les yeux qui est encore allongé sur moi. La proximité de nos corps ne me dérange pas, je comprends parfaitement le geste qu’il a eu et je n’irais pas le lui reprocher. En revanche, il commence à sérieusement me chauffer sur ses propos. Je ne contredis pas les ordres des militaires et encore moins des deux leaders de Clancy. Je suis peut-être une civile mais, je suis loin d’être conne et insouciante. Je le laisse se redresser et je me lève à mon tour. Je jette un coup d’œil aux alentours pour m’assurer qu’il n’y a aucun danger dans les parages.

Beaucoup de militaire comme de civiles me connaisse sous mes meilleurs jours. Et même si le moral n’est pas là, jamais je n’irais le montrer. Ou peut-être à Carrington qui lui a compris comment je fonctionne. Cependant... Maintenant c’est moi qui va mettre les choses aux claires.

« Monsieur ! C’est à mon tour d’être directe avec vous à présent. Je ne contredis pas ce que vos chefs ont décider, je voulais juste discuter un peu avec vous. Carrington et Brighton sont parfaitement au courant de mon passé comme de mes aptitudes sur le terrain, surtout avec un sniper entre les mains. Vous ce n’est pas le cas. Si je suis encore en vie aujourd’hui… Je le dois surement à quelques personnes mais aussi à moi. Je ne sais pas ce qui s’est passé à Clancy pour que les militaires et les civils en arrivent à ce point et franchement je m’en bats les miches. Et je ne m’en mêlerais surement jamais ! Si je suis venue à Clancy ce n’est pour m’amuser, c’est pour vous aidez à fabriquer des munitions et à rénover vos armes. J’aurais très bien pu décider de ne rien faire et de rester au ranch à survivre avec ma famille. Mais, non ! Je suis venue ici dans un but bien précis, même si je me suis sens doute mis mon petit cousin à dos ! Et dieu sait que c’est horrible d’avoir Lukas énervé contre soi. Alors maintenant, je vous pris d’arrêter de me prendre pour une civile qui se surestime et qui est complétement idiote. Je connais mes limites en ce qui concerne la survie et je suis loin d’être le cliché de la blonde que l’on a plus souvent me coller. J’ai perdu des proches, j’ai était contrainte de tuer des personnes à qui je tenais. J’ai dû apprendre sur le terrain. Certes, je n’ai pas appris tout ce que je sais toute seule et je suis loin de tout savoir. Mais, je sais me démerder toute seule, même si je préfère être avec quelqu’un pour sortir. Mais, parfois c’est plus simple d’être seule à l’extérieur car nous n’avons pas à nous soucier de notre compagnon de route si la situation tourne mal. »

Surtout si nous sommes attachés à ses personnes. Cela fait bien longtemps que je n’ai pas parler sur un ton direct et assez froid. Mais, je n’ai pas eu le choix.

« Comme je vous l’ai dit ! Je n’ai rien contre les militaires de Clancy mais, il faut éviter de me prendre trop longtemps pour une conne. Et je n’ai rien contre vous aussi même si vous avez réussit à me mettre à bout en peu de temps. » Dis-je avec un léger sourire. « Maintenant, nous avons encore du chemin à faire. » Je commence à reprendre ma route, lorsque finalement je me retourne vers lui avec un léger sourire taquin : « D’ailleurs merci pour tout à l’heure ! Mais, si vous avez besoin d’un câlin, ce n’est pas la peine d’attendre qu’un groupe de pillard débarque pour en avoir un ! Je vous fais un câlin quand vous voulez. » Je lui fis un clin d’œil puis je reprends ma route pour finalement m’arrêter. Je vois un peu plus loin du mouvement vers une maison, je ne sais pas si c'est des Z ou des Pillards. « Edward… Regarder là-haut ! » Murmurai-je en pointant du doigt. « On contourne ? »
Edward Estevez & Mary-Jane Pierce
La mort est un vêtement que tout le monde portera.
Pando
Sur Re: Fox on the run. le
Contenu sponsorisé



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: