I cry when angels deserve to die
Devil inside you :: The world is our playground :: The state of Montana
Sur I cry when angels deserve to die le Lun 13 Aoû - 17:41
avatar
» METIER : Lieutenant dans l'armée de terre.

» AVATAR : chris evans
» CAPSULES : 1037
» MESSAGES : 234
» JE SURVIS DEPUIS LE : 06/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Fondateur



I cry when angels
deserve to die
Après avoir passer une bonne journée à Clancy pour discuter avec leur chef et aussi passer un peu de temps avec ma famille. Me voilà sur le chemin du retour vers le Bunker. J’ai eu beaucoup de mal à quitter Dolorès, Josie ainsi que mon petit dernier, Scott. Le petit garçon ne me connait encore pas en tant que père. Il apprend tout juste à me découvrir et la distance qui nous séparent n’arrange rien. J’aimerais les ramenés tous les trois avec moi au bunker mais, c’est compliqué. Que ce soit avec Dolorès comme avec Emma. Surtout que mon épouse ne sait toujours pas que… Enfin que je suis passé à autre chose, qu’Emma à réussir à conquérir mon cœur. Pour le moment, je ne sais absolument pas comme tout cela va se finir. Mais je sais que je vais devoir prendre mes responsabilités rapidement si je ne veux pas perdre Emma. Puis… Je crois que ce qui me mets hors de moi, c’est la présence de ce type. Le Sergent Brighton auprès de mon épouse. Celui-ci a vu mon fils grandir et ensemble ils partagent un vrai lien père/fils. Façon, c’est à croire que jamais j’aurais l’occasion de voir mes enfants naitre ou même voir leurs premiers pas dans notre monde.

Mon cheval se déplace tranquillement, je le guide pour passer sur un chemin de sentier battu à travers les bois. Après avoir été enfermé pendant cinq ans, j’ai tendance à apprécier ce que la nature nous offre. J’écoute le chant des oiseaux, le bruit du vent sur les feuilles, ça m’apaise et me permet de penser à autre chose qu’à ma famille. Je ne sais pas si un jour, le monde reprendra son court normal. Nous sommes revenus en groupe au moyen-âge même si quelques civilisations d’espèce humaine continuent à survivre. Mais, pour combien de temps ? Est-ce que le monde va vraiment rester ainsi ? Est-ce que les Z viendront un jour à exterminer l’espèce humaine ? Je fus sorti de mes pensés lorsque je viens à entendre un bruit de branche qui craque. J’arrête mon cheval avant de descendre de celui-ci. Instinctivement, je sors mon arme pour me diriger vers la source du bruit. Peut-être qu’il s’agit d’un Z ou dans le meilleur des cas… Un être humain.
Zoe Callaway & Danny Warren
La mort est un vêtement que tout le monde portera.
Pando
Sur Re: I cry when angels deserve to die le Mer 12 Sep - 22:09
avatar
» METIER : Lieutenant dans les renseignements

» AVATAR : Gal Gadot.
» CAPSULES : 836
» MESSAGES : 121
» JE SURVIS DEPUIS LE : 23/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur


Danny & Zoé

Ce matin, j'ai établi un nouveau camp de fortune à la lisière de la forêt d'Helena. Ce camp est en réalité, une cabane humide, sombre et trop bien trop petite pour nous trois. Une odeur de moisissure y est également tenace, ce qui est probablement dut à sa toiture abîmée. Ce n'est pas ce qu'il y a de mieux. Néanmoins, ma demi-sœur Ellie peut se reposer durant plusieurs jours en ses lieux et c'est le plus important à mes yeux. Elle est tellement fatiguée par ces marches forcées, que je lui impose tous les trois à cinq jours. Mais notre vie est ainsi faite et restée en mouvement est une des plus importantes règles, en matière de survie. Quant à la cabane, je me dois de la protéger des éventuelles menaces extérieures. Comme tout autre campement. Pour ce faire, je me suis rapidement mise à la création d'un périmètre de sécurité avec des boîtes de conserves et du fils de fer, trouvée sur la route. Ainsi, les bruits de conserves préviendront de toute intrusion sur notre base. Pendant ce temps-là, ma sœur s'occupa de bloquer les courants d'air des fenêtres grâce à des vieux draps trouvés dans le cabanon. Une fois fait, il nous resta à nos occupées du feu, de l'eau et de la nourriture. J'ai alors demandé à ma sœur de s'occuper de ramasser du bois et d'allumer un feu avant la tomber de la nuit. Je me suis ensuite mise en quête de nourriture et d'eau. En étant armée de mon berreta 92FS chargée, mon poignard et en compagnie de mon chien.

Trouvés, des vivres ne me seras pas trop compliquée. Étant donné, que mon oncle m'a appris toutes les techniques pour survivre en pleine nature. De ce fait... Je me mets rapidement à mettre des pièges pour petits gibiers au fur et à mesure, que j'avance dans la forêt. Il me sera ainsi plus facile de les trouver et les tuées. Néanmoins, posée des pièges ne fait pas tout ! Alors, je me mets également à la recherche d'autres sources de protéines telles que les chenilles, les larves de vers ou encore des fourmis. Mais aussi des fruits et des fruits à coques. Cherchant de la nourriture avec la plus grande des précautions. Je ne le faisais pas envers mes éventuelles proies, mais envers les rôdeurs et rares survivants qui me voudraient du mal. C'est la raison, pour laquelle je fis régulièrement des pauses afin d'observer et d'écouter attentivement la forêt. Il n'y avait rien à l'horizon. Du moins, jusqu'à ce que je n'entende du bruit venir en ma direction. Ce n'est pas un groupe de rôdeurs auquel cas, ils auraient poussée des gémissements à m'en glacer le dos. Ce n'est pas non plus un survivant, celui-ci aurait eu une démarche beaucoup plus légère et silencieuse. Cela ne pouvait pas non plus être un chien, renard ou autre animal de petite taille. Qu'est-ce que cela pouvait-il être ? Pensais-je, en tenant fermement mon berreta des deux mains.

Je continue de marcher en restant sur mes gardes. On ne sait jamais sur quoi, est-ce que l'on peut tomber, depuis que l'enfer s'est mis à régner sur terre. J'aperçois finalement un cowboy étant accompagné de son fidèle destrier. Quel genre d'être humain se trouve non loin de moi ? Est-ce qu'il a bon fond ou mauvais fond ? Est-ce qu'il a toute sa tête ou ferais-je mieux de l'abattre sur-le-champs ? Toutes ses questions me trottent dans la tête. Pourtant, je continue d'avancer à petite pas et en continuant d'être sur mes gardes. Quand part m'égare, je fais craquer une branche sous mes pieds... Je suis démasquée et l'homme va certainement se rendre compte de ma présence, ce qui le mettra sur ses gardes. Mais tout n'est pas encore gagné, pour lui. Car il m'a suffi d'une petite minute, pour avoir la merveilleuse idée de me baisser et d'attendre qu'il passe devant moi. Les minutes paraissent bien longues et mon cœur bat la chamade à chacun de ses pas... Je n'ai qu'à attendre sagement en observant de temps à autre mon chien, qui ne me quitte pas. L'étranger passe quelques instants plus tard devant moi. Je me relève en restant à l'affût de son arme, puis marche doucement avant de poser mon arme contre son dos.

Lâche ton arme et retourne toi doucement cowboy ! Sans quoi, je n'hésiterais pas à faire usage de la mienne...

Dis-je d'une voix à la fois autoritaire et glaciale, démontrant que je n'avais rien à perdre et espérant que cet homme fasse le bon choix !


⇜ code by bat'phanie ⇝


Dernière édition par Zoe Callaway le Ven 12 Oct - 0:14, édité 1 fois
Sur Re: I cry when angels deserve to die le Ven 5 Oct - 22:13
avatar
» METIER : Lieutenant dans l'armée de terre.

» AVATAR : chris evans
» CAPSULES : 1037
» MESSAGES : 234
» JE SURVIS DEPUIS LE : 06/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Fondateur



I cry when angels
deserve to die
En m’avançant dans la forêt, mon esprit est plutôt songeur. Je ne sais pas trop à quoi m’attendre pour la suite des évènements. Ce monde que j’ai laissé avant de m’enfermé pendant cinq longues années dans une forteresse sous terraine. Celui-ci à vraiment changer ! Plus rien n’est comme avant et si j’ai bien compris, le monde ne sera surement jamais comme avant. Tandis que je continue à m’avancer dans la forêt, je finis par entendre un bruit étrange venant de pas très loin. Peut-être un brin trop curieux, je descends de ma monture pour sortir mon arme à feu et je me dirige doucement d’où venait le fameux bruit. Par contre, je ne me suis pas attendu à me faire prendre à revers. Une voix féminine autoritaire et glaciale, ce fit entendre. Cependant, cette voix met très familière et je crois que j’aurais pu la reconnaitre parmi tant d’autres…. Je ricane doucement lorsqu’elle me surnomme cowboy, après en ce qui concerne mon arme… Je ne suis pas trop chaud pour lâcher mon arme. Surtout si une de ses foutu créature débarque de nulle part.

« Je vais ranger mon arme, donc calme toi Wonder Woman ! »

Dis-je sur un ton neutre en rangeant mon arme dans mon holster en cuir attacher à la ceinture. Je finis par me tournée doucement affichant un large sourire moqueur lorsque mon regard se pose dans le sien.

« Bah alors ! Tu ne reconnais même pas ton meilleur ami ? Je sais que tu ne m’as pas vu pendant cinq ans mais tout de même. Surtout que je n’ai pas beaucoup changer comparait à toi. »

En même temps, Zoe est beaucoup plus fine, de visage et même au niveau de sa corpulence. Zoe a la mine fatigué et affamé… C’est sans aucun doute que j’en déduit qu’elle survit en pleine nature. Pourtant avec tout les groupes qu’il y a dans les environs… Enfin peut-être qu’elle a choisit de vivre ainsi. Peut-être qu’elle est même accompagnée de Lincoln et de leur fils. Je pense qu’elle va surement me répondre assez rapidement à ma question. Je finis par m’approcher d’elle avec un petit sourire :

« Bon, tu ne compte pas me tuer dessus dès nos retrouvailles ? Je peux espérer avoir ne serait-ce qu’un petit câlin ? »
Zoe Callaway & Danny Warren
La mort est un vêtement que tout le monde portera.
Pando
Sur Re: I cry when angels deserve to die le Ven 12 Oct - 0:03
avatar
» METIER : Lieutenant dans les renseignements

» AVATAR : Gal Gadot.
» CAPSULES : 836
» MESSAGES : 121
» JE SURVIS DEPUIS LE : 23/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur


Danny & Zoé

Pourquoi est-ce que cet homme rit ? Est-il fouaillé ou sains d'esprit ? À moins, que je lui ai dit quelques choses de drôle ? Mais cela m'étonne fortement. Je n'ai jamais été réputée pour mes plaisanteries ou pitreries. Mais ses questions, s'évanouissent rapidement, lorsqu'il se met à parler. Ce timbre de voix m'ébranle. J'en ai même les larmes aux yeux, car cette voix ne met pas étrangères. Je l'ai entendu tellement souvent, que j'aurais pu la reconnaître parmi des dizaines d'être humains. Il y a quelques années de cela. Mais cela ne peut être possible... Cela ne peut être mon meilleur-ami... Danny ayant disparu de ma vie, il y a cinq ans de cela, comme la plupart des personnes que j'aimais en ce monde. Hormis ma sœur Ellie, qui a toujours été à mes côtés. Dans tous les cas, je me dois de retrouver un certain aplomb face à cet étranger.

Je suis très calme cowboy !

Dis-je en mettant doucement le cran d'arrêt sur mon arme, pour le ranger entre la ceinture et mon jean. Ma seconde main, se trouve quant à elle sur la crosse de mon poignard. Prêt à le sortir à n'importe quel moment. « On ne sait jamais » pensais-je. Quand soudain, l'homme se retourne doucement en arborant un large sourire et en plongeant son regard dans le mien. Te remettant à parler et c'est avec délice, que j'écoute mon meilleur-ami. Ta voix et ta présence m'ont tellement manqué durant toutes ses années, passés loin de toi. Pourtant, je suis comme paralysée. Je veux te parler, mais aucun mot ne sort de ma bouche. Je veux me rapprocher et te prendre dans mes bras, mais je n'y arrive pas. Quant à mon souffle, il est saccadé et mon cœur bat la chamade... Je ne réalise tout simplement pas encore, que tu te trouves à mes côtés. Je ne peux pas croire non plus, que tu sois toujours vivant. Cela fait plus de cinq ans, que je n'ai pas eu de nouvelle te doit. Autant dire, une éternité dans ce monde perdu à jamais. Je me pince alors la peau, histoire d'être bien sûre que je ne me trouve pas en plein rêve. La faim et la fatigue, me font parfois voir toutes sortes de choses. Mais pas cette fois... Et c'est brutalement, que je prends conscience que tu te trouves devant moi ! Ne pouvant m'empêcher, de couler des perles de larmes sur mon joli visage. J'esquisse un petit sourire suite à tes propos.

Qui aurait pu reconnaître Danny Warren avec cette longue barbe et ses longs cheveux ? D'ailleurs, il n'y a pas un dress code à l'armée ? Et puis, ce n'est pas vraiment cette image-là, que je m'étais gardée de toi durant toutes ses années. Cependant, tu me sembles en assez bonne santé et j'en suis très heureuse... Même, si je vais devoir me faire à ton nouveau look !

Dis-je sur le ton de la plaisanterie. Laissant à nouveau mon regard s'abandonner dans le tien, alors, que des perles de larmes continue de couler sur mes joues. Mais ce sont des larmes de joie et non de tristesse. Je suis tellement contente d'avoir retrouvée mon meilleur-ami et mon frère de cœur... Quant à moi, je préfère ne pas évoquer les raisons de ma transformation physique. Ce n'est pas des choses à raconter lors de retrouvailles. Ce genre de choses est devenu si rare par les temps qui courent. J'esquisse un second sourire, puis marche silencieusement vers toi avec de m'arrêter quelques centimètres devant toi.

Comment est-ce que je pourrais tuer mon meilleur-ami ?

Dis-je sérieusement, en passant doucement mes mains sur mes joues. Soufflant doucement. Nos retrouvailles étaient tellement forts en émotions ! Je te fais toute de même un ravissant petit sourire, en t'observant à nouveau silencieusement avant de me jeter dans tes bras au moment où tu t'y attends le moins. Mon geste me ramène d'ailleurs un cours instant à cette période de mon enfance où je me jetais dans les bras de mon oncle, lorsqu'il revenait de mission.

Je... Je croyais que tu étais mort ou que tu avais simplement disparu de ma vie, comme tous ceux que j'aimais... Hormis ma demi-sœur, qui est restée à mes côtés... Alors, tu ne peux savoir à quel point, je suis heureuse de te voir, d'être dans tes bras et que tu sois en bonne santé !

Disais-je à voix basse, avant de me faire silencieuse le temps de notre étreinte. J'avais tellement besoin de cela. De ce petit moment d'affection, comme peut l'avoir un frère envers sa sœur et vice-versa. J'en avais vraiment besoin et puis, ce n'était pas avec ma sœur que je pouvais le faire. La survie à deux n'étant pas des plus faciles. Je mets quelques instants plus tard un terme à notre étreinte, puis plonge à nouveau mon regard dans le tien. Hésitant un long moment à te demander des nouvelles de ta petite famille, mais me ravisant au dernier moment. N'étant plus habituée à dire ce genre de choses. C'est pourquoi, je me suis simplement contentée de sortir mon paquet de cigarettes de la poche arrière de mon jean. La portant ensuite à mes lèves avant de te tendre le paquet.


⇜ code by bat'phanie ⇝
Sur Re: I cry when angels deserve to die le
Contenu sponsorisé


I cry when angels deserve to die
Devil inside you :: The world is our playground :: The state of Montana



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: