Sur My only family le Dim 12 Aoû - 11:06
avatar
» METIER : Ex collégienne

» AVATAR : Alycia Debnam Carey
» CAPSULES : 1785
» MESSAGES : 326
» JE SURVIS DEPUIS LE : 25/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur



My only family


Ft. Zoe Callaway



Cher journal,
La nuit a été longue pour moi. Je n’ai que très peu dormi… La cause ? Tu la connais déjà. Mes cauchemars. Ils sont moins présents qu’au début de ce cauchemar, mais il arrive qu’ils reviennent me hanter parfois. Ils ont choisis cette nuit pour me tourmenter.
J’ai revu le visage en sang de ma mère. De sa démarche titubante, les bras en décomposition tendus dans ma direction, elle me hurlait que je l’avais abandonné, que je méritais de mourir à mon tour et que pour que cela se fasse, elle viendrait me dévorer. Le pire dans tout ça ? C’est que je n’ai pas réussi à me réveiller avant qu’elle ne me tue.
Quand j’ai ouvert les yeux, Zoe était à mon chevet, inquiète comme toujours. Elle m’a apporté de l’eau et nous avons discuté pendant plusieurs heures jusqu’à ce que le sommeil nous emporte toutes les deux jusqu’au petit matin. Bientôt, nous allons devoir quitter la cabane de garde de chasse dans laquelle nous venons de passer quatre nuits. Rester trop longtemps au même endroit, ce n’est jamais bon, il faut toujours bouger. J’ai l’impression d’être une petite fille forcée de déménager tous les six mois à cause du travail de ses parents. Ça me fait sourire… Je suis certaine que si l’une de ces petites filles est toujours en vie, elle doit regretter tous ces déménagements désormais. Ma vie d’avant me manque mais pour rien au monde je ne voudrais effacer les moments que je passe avec ma sœur depuis que le monde est partit en vrille.

Je termine d’écrire et referme mon journal. Un beau jour, je vais devoir m’en trouver un autre si je veux continuer à me confier à mon ami de papier. Celui-ci, je le possède depuis mes onze ans et s’il n’est pas encore terminé, c’est bel et bien parce que depuis la guerre je n’ai plus autant de temps qu’avant pour écrire entre ses pages vierges. Si on m’avait dit un jour que mes lignes seraient couvertes par des récits d’un monde où les morts marchent pour dévorer les vivants, je crois que j’aurais ris aux éclats. A présent, ce genre de chose fait partit de mon quotidien et j’ai l’impression que toute mon enfance n’est qu’une invention de mon cerveau pour que la vie me semble banale et paradisiaque. Or, tout ça est réel. J’avais des parents, un chien, une maison et des amis à l’école. Je faisais du sport, je croquais la vie à pleine dent. Mais tout cela me semble si étrange désormais.
Dans un soupir, je glisse mon journal ainsi que mon crayon au fond de mon vieux sac et rejoins Zoe qui est assise dehors, sur un vieux tronc d’arbre. Je n’ai pas encore mangé ce matin et mon ventre commence à gargouiller.

« -Salut ! »

Je me laisse tomber à côté de mon aîné. Prendre le petit dej en pleine nature, c’est une des choses que je préfère dans cet enfer. Il n’y a pas que des mauvais côtés à tout ça, même s’ils sont bien plus nombreux que les points positifs. Il suffit de s’y faire, tout simplement.

« -Ce matin, je vais boire une bonne tasse de thé avec quelques tartines de confiture de fraise. »

C’est un de mes jeux préférés, faire semblant que je vais avoir droit à un repas normal. Bien entendu, le thé est en vérité une bonne gorgée d’eau et les tartines de confitures un morceau de viande ou parfois quelques baies sauvages trouvaient en pleine forêt.


by FRIMELDA


Dernière édition par Ellie Dawson le Mer 15 Aoû - 12:57, édité 1 fois
Sur Re: My only family le Mar 14 Aoû - 23:21
avatar
» METIER : Lieutenant dans les renseignements

» AVATAR : Gal Gadot.
» CAPSULES : 846
» MESSAGES : 121
» JE SURVIS DEPUIS LE : 23/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur


Zoé & Ellie
14 novembre...

Ma nuit a été une fois de plus mouvementée, par mes cauchemars où je revois... Non n'en parlons pas. Ce sujet m'est bien trop douloureux pour l'écrire dans mon journal intime. Journal, que ma sœur remettra un jour à mon tendre époux, si je viens à disparaître. Il faudra d'ailleurs, que je lui parle de ça un de ses jours même si elle ne voudra probablement pas m'écouter. Bref. Pour en revenir à mes cauchemars... Ils sont devenus mon quotidien et ma pénitence, pour ne pas avoir empêchée mon fils et mon tendre époux de rester avec nous. Ma sœur et moi. Il n'est d'ailleurs pas rare, que je maudisse encore ce jour où cette horde me les a enlevés ! Faisant constamment m'interroger à leurs sujets. Sont-ils encore en vie ? Vont-ils bien ? Bien sûr. Je n'ai aucune réponse à mes questions et c'est, ce qui est le plus difficile dans ma situation. Devoir constamment faire face à l'inconnu à leurs sujets. À l'inquiétude et à la douleur de ne pas savoir, si je vais pouvoir revoir un jour mes amours tant aimés. Ce que devait probablement ressentir toutes femmes, enfants, familles ayant un être cher dans l'armée. Pourtant, je ne demande pas grand-chose si ce n'est savoir s'ils ont trouvé un abri ou dormir. Manger et boire. Vivre à nouveau ! C'est ce que je désire plus que tout au monde pour eux. Ils le méritent tellement. Même si cela veut dire, que Noah doit trouver l'amour auprès d'une autre femme et que mon fils ait une autre maman dans sa vie...



Une larme fit une tâche sur mon journal intime, alors, je décide de m'arrêter d'écrire pour le moment. Essuyant mes joues, en soupirant doucement pour chasser toutes pensées les concernant. Je pose mon stylo dans mon journal après avoir pris soin de remettre le capuchon, puis le mets dans mon sac à dos qui ne me quitte jamais. Mon moral n'est pas au top de ma forme, mais il faut que je cesse de me remémorer le passé. Ce n'est pas bon pour moi, encore moins de nos jours où seuls comptes notre force moral et physique. Ce que j'ai. Enfin, je pense... J'essaie de toutes mes forces en tout cas et mon passé de lieutenant dans les renseignements m'aide énormément à ce sujet. De plus, veillée sur une personne autre que soi-même aide à tenir le coup. Car en pensant à ma sœur et sa survie, je pense moins à ce que mon époux et mon fils sont devenus. Ellie est encore si jeune ! Elle ne devrait pas avoir à vivre tout ça... D'ailleurs, le fait qu'elle fasse autant de cauchemars m'inquiète un peu. Mais, je ne peux hélas rien faire pour soulager sa peine. Ce n'est pas quelques choses dont l'ont guérit, mais, avec lequel on apprend à vivre au fil du temps. En attendant que ce jour arrive, je me contente d'être auprès d'elle dans ses moments douloureux. Lui apportant de l'eau et une épaule sur laquelle ce confié. Cette nuit, nous avons d'ailleurs longuement parlé et ce, jusqu'à ce qu'elle s'endorme. Quant à moi, je me suis juste contentée de faire une micro-sieste de quelques minutes tout au plus. Je ne dors que deux où trois heures par nuits et préfère largement faire des micros-siestes afin de ne pas avoir de reviviscence. De plus, je dois veiller sur Ellie, son sommeil et surveillée le périmètre de notre campement.

À l'aube, j'ai tué deux rôdeurs qui se trouvaient non loin de notre habitation provisoire. La première, était une femme se trouvant entre deux âges et à qui il manquait, une partie de visage. Le second, était un homme d'une soixantaine d'années à la salopette bleue et aux viscères pendouillant. Je n'ai eu aucun mal à les éliminer à l'aide de mon poignard et pour cause, ils étaient assez loin l'un de l'autre. Cependant, ce fut nettement plus difficile lorsque j'ai dû déplacer leurs corps au loin de notre campement. Ils étaient tout deux lourds et poisseux. Ne parlons pas de leurs odeurs à m'en donner la nausée, lorsque, le vent venait me chatouiller les narines. Ce fut donc le ventre vide, que je suis revenue au plus vite à se garde-chasse. Une fois chose faite, je me suis assise sur un tronc d'arbre en déposant mon poignard à côté de celui-ci. Il faut toujours rester aux aguets. C'est l'une des premières règles de survie, après la règle des trois. Celles qui disent, que l'on peut survivre à : trois minutes sans oxygènes, trois heures exposées aux éléments en été d'hypothermie ou d'hyperthermie, trois jours sans eau et trois semaines sans nourritures. Je me suis donc assise sur mon tronc d'arbre, en ayant mon poignard à portée de main et en restant aux aguets. Restant seule avec Opium, qui venait de me rejoindre après avoir passé sa nuit auprès de ma sœur. Cela devait certainement lui rappeler le temps où il dormait avec mon époux durant ses siestes. C'était son chien et un des seuls souvenirs, qu'il me reste de lui.

- Bonjour !

Dis-je d'un léger sourire, en t'observant tombée à mes côtés.

- T'as seconde partie de nuit te fut réparatrice ?

Dis-je d'une petite voix soucieuse, en caressant Opium. Je ne suis pas très loquace le matin, surtout lorsque je ne peu où que je n'ai rien dans le ventre. Alors, j'essaie toujours de trouver des discussions pour enlever ce silence oppressant qu'il y a dans cette forêt et entre nous. Tournant quelques instants plus tard mon regard vers le tien, lorsque tu te remets à parler. Comme tous les matins, j'entre à mon tour dans le petit jeu que tu as pris l'habitude de faire au fil du temps.

- Pour moi, ce sera un bon café corsé avec un pain au chocolat... Et pour Opium, ce sera une bonne gamelle d'eau fraîche et ses croquettes, qu'il raffole !

En réalité, mon maigre petit-déjeuner est composé d'une bonne gorgée d'eau et d'insecte trouvée en forêt. Quant à Opium, il se contentera une fois de plus d'eau et de mon morceau de viande. Je fais toujours passer mon chien avant moi et cela le restera ainsi, jusqu'à la fin. Mon chien étant un membre de ma famille à part entière. De plus, il y a de nombreuses protéines dans les insectes et ce n'est pas cela, qui manque de nos jours.



Dernière édition par Zoe Callaway le Lun 17 Sep - 22:36, édité 2 fois
Sur Re: My only family le Mer 15 Aoû - 12:55
avatar
» METIER : Ex collégienne

» AVATAR : Alycia Debnam Carey
» CAPSULES : 1785
» MESSAGES : 326
» JE SURVIS DEPUIS LE : 25/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur



My only family


Ft. Zoe Callaway



« -Je crois que oui, j’ai dormis comme un bébé après le cauchemar. D’ailleurs, merci, encore, d’être venue… Tu n’étais pas obligée de le faire. »

Je souris. Depuis le début de cet enfer, Zoe et moi avons construit un lien fort. C’est mieux ainsi… Parfois, il m’arrive de songer à ce qui serait arrivé si nous ne nous étions pas entendues elle et moi. Serais-je seule ? Ou bien serions-nous tout de même toutes les deux mais avec une horrible tension pour nous déchirer constamment ? J’imagine que je ferais bien mieux de rester focalisée sur le présent. Tout va bien entre nous, nous nous entendons à la perfection, comme deux sœurs qui se seraient connues depuis toujours. Or, ça n’a pas été simple tous les jours. Au début, il était compliqué d’avoir une conversation puisque nous étions deux parfaites inconnues l’une pour l’autre mais nous avons laissé le temps faire son travail. A présent, je ne m’imagine pas capable de survivre sans Zoe à mes côtés. Il y a Opium aussi, un bon chien. Il me rappelle Toby, le chien que j’avais chez papa et maman, à la seule différence qu’ils ne sont pas de la même race.

« -
Je déteste le café ! Enfin, je n’en ai jamais bu. Tu penses que j’aimerais le goût que ça a ? »

Je détache mon regard de ma sœur pour saisir ma gourde et la vider de son maigre contenu. Aujourd’hui, il va falloir que j’aille chercher de l’eau, c’est indispensable. Je peux me passer de nourriture pendant un jour ou deux, mais pas d’eau. Ça, c’est Zoe qui me l’a appris et je fais de mon mieux pour la rendre fière de moi en appliquant ses conseils au quotidien. Ensuite, après m’être hydratée comme il le faut, je m’attaque au petit bout de viande qu’il me reste d’hier. Tous les soirs, c’est volontairement que je ne termine pas mon repas, pour qu’il m’en reste pour le matin suivant. Parfois, je donnerai n’importe quoi pour avoir un petit déjeuner normal. Ne serait-ce qu’une pomme ou un chocolat chaud ! Mais le monde s’est barré en sucette, alors on se contente de ce qu’on trouve. Heureusement que je ne suis pas végétarienne, auquel cas j’aurais brisé les règles depuis bien trop longtemps à force de manger de la viande. C’est une des seules denrées que l’on trouve en forêt.


« -Il va falloir que j’aille me chercher de l’eau dans la journée, je n’en ai plus. Tu viendras avec moi ? »

La question est sans doute stupide puisque je sais que nous avons l’intention de partir de ce campement bien assez rapidement. Si Zoe accepte de me suivre, alors c’est certain que nous dormirons ailleurs ce soir.



by FRIMELDA
Sur Re: My only family le Mar 11 Sep - 11:46
avatar
» METIER : Lieutenant dans les renseignements

» AVATAR : Gal Gadot.
» CAPSULES : 846
» MESSAGES : 121
» JE SURVIS DEPUIS LE : 23/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur


Zoé & Ellie


- Contente, que tu es passée une bonne nuit ! Tu en avais bien besoin. Tu n'as pas à me remercier Ellie... C'est normal et c'est à cela, que sers les grandes-sœurs. En effet, je n'étais pas obligée de le faire et de passer une bonne partie de ma nuit à veiller sur toi, mais je ne dormais pas... Mon esprit était ailleurs et dans ces cas-là, je préfère me rendre utile...

Je baisse la tête, me maudissant de t'avoir parlé avec un petit air désagréable. Je n'ai rien contre toi, contrairement au monde qui nous entoure et m'emplit de colère. Me rendant haineuse à l'égard de ce monde qui m'a prit mon fils, mon époux, mon oncle, ma soeur, ma mère et mon meilleur ami. Mais tu n'es fautive en rien, si ce n'est d'être victime de ce monde. Comme moi... Comme ceux qui survivent, en ayant l'espoir d'un monde meilleur. Je relève doucement la tête, puis t'observe longuement. Restant des plus silencieuses. Ne sachant que dire ou faire, pour apaiser la dureté de mes mots qui ne t'était pas destinée. Je ne suis pas la personne la plus douée, pour exprimer ce que je ressens. Je ne l'ai jamais été, si ce n'est peut-être avec Noah et mon fils. Du coup, je me contente simplement de poser avec douceur ma main sur ton bras. T'observant attentivement, en arborant un sourire à peine perceptible. Songeant à ce qu'aurait été ma vie, si tu n'étais pas subitement entrée dans la mienne. Serais-je encore de ce monde ? Je ne pense pas. Tu es celle, qui me donne le courage de me battre pour notre survie. Tu es aussi l'épaule, sur laquelle je peux me reposer quand mon moral est au plus bas. Car il n'est pas chose facile, que de survivre sans mes êtres aimés à mes côtés... La survie à tes côtés, n'a pourtant pas toujours été des plus aisées. Loin de là. Étant donné, que j'ai eut énormément de mal à accepter le fait que tu sois ma demi-sœur. Ce qui est normal, vis-à-vis de mon vécu. J'ai d'ailleurs eu de longues discussions avec Noah à ton sujet. Je ne pouvais pas non plus t'abandonner dans ce monde chaotique, alors, j'ai laissé le temps faire son travail... Et à présent, je n'imagine pas vivre ma vie sans toi.

Comment est-ce que tu peux dire que tu n'aimes pas le café, si tu n'en as jamais goûté ? Dis-je en souriant. Au début, tu trouverais cette boisson assez spéciale. Mais après avoir bu une tasse, tu ne pourrais plus t'en passer. C'est ce qu'il s'est passé le jour où j'ai fait mon entrée dans l'académie de Police. Je marque une courte pause. J'en ai ensuite bu pour savoir quel goût, est-ce que cela avait et si cela aidait vraiment à tenir le coup, ce qui est le cas. Depuis, j'en buvais plusieurs tasses par jour et cela, que ce soit lors de mes études ou de mes filatures, par exemple...

Je me lève péniblement et franchis la porte du garde-chasse, pour y prendre ma gourde. Je n'ai pas bu depuis ma virée de cette nuit et la soif commence à se faire sentir. Ma gourde en main. Je bois quelques gorgées, en savourant ce bienfait dans ma bouche avant d'avaler. Je reviens ensuite à tes côtés et m'agenouille auprès de mon fidèle compagnon. Je le caresse doucement, puis lui donne le reste de ma gourde et mon dernier morceau de viande. Je me relève doucement, puis observe Ellie en l'écoutant attentivement.

J'y ai longuement réfléchi cette nuit et la meilleure chose à faire serait de quitter rapidement cet endroit. Nous n'avons plus d'eau, plus à manger et que trop longtemps traînée dans se garde-chasse... Ce qui n'est pas bon. Dis-je sérieusement. Car comme tu le sais, l'une des plus importantes règles en matière de survie est de toujours rester en mouvement. Nous partirons vers l'ouest après ta collation... J'observe minutieusement tout autour de moi. Ainsi, nous aurons le temps nécessaire pour nous trouver une petite habitation, voir une ville en ruine avant la tomber de la nuit. Qu'en penses-tu ?

Je m'attache rapidement les cheveux et reprends mon poignard en main. Je vous observe ensuite tour à tour, avant de poser un peu plus longuement mon regard sur mon fidèle compagnon. Songeant à quitter cet endroit et cette forêt, pour partir en quête d'un nouveau lieu dans lequel nous pourrions y survivre, durant quelques jours...



Dernière édition par Zoe Callaway le Lun 17 Sep - 22:35, édité 1 fois
Sur Re: My only family le Mar 11 Sep - 14:01
avatar
» METIER : Ex collégienne

» AVATAR : Alycia Debnam Carey
» CAPSULES : 1785
» MESSAGES : 326
» JE SURVIS DEPUIS LE : 25/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur



My only family


Ft. Zoe Callaway



Si j’avais eu de l’agent à parier, j’aurais gagné. Même si ma sœur et moi avons mis du temps à nous connaître, je pourrais presque assurer que je la connais sur le bout des doigts. Il était évident qu’elle me parlerait du fait que nous allons devoir partir… J’avais raison ! Cela me fait sourire et je hoche la tête à ses mots. De toute façon, je commençais à en avoir marre de cette vieille cabane de garde-chasse. Le bois sent la moisissure et l’humidité. Je ne suis pas allergique mais ça m’arrive de renifler à cause de ça durant mon sommeil.

« -
Je pense que tu as raison. De toute façon, c’est toi l’adulte de nous deux, alors je te suis et je te fais confiance. Si tu me dis que c’est ce qu’il y a de mieux à faire, alors partons d’ici. »

C’est un peu comme si je devais déménager souvent mais avec les inconvénients en moins. Par exemple, je n’ai pas besoin de dires adieux à mes amis… Je n’en ai pas. Mais Zoe a raison, rester au même endroit trop longtemps de nos jours, c’est un risque. Or, nous n’avons pas l’intention de mourir ! Ce serait tellement bête de périr alors que nous avons traversé le pire.
Je termine mon maigre petit déjeuner et me lève à mon tour, appliquant au passage une caresse sur la tête d’Opium. Avec mon journal intime, ce chien est sans doute un de mes seuls amis. Digne de confiance, puisqu’il ne parle pas, il n’irait jamais répéter mes secrets, bien que je n’en ai plus vraiment de nos jours.

« -
Je vais ranger mes affaires ! »

Sans un mot de plus, je retourne à l’intérieur de la vieille cabane. Même si j’ai hâte de me tirer d’ici, ça me fait toujours un pincement au cœur de devoir quitter un lieu dans lequel j’ai dormis plusieurs nuits. Je soupire, ramasse mes affaires et les fourre dans le fond de mon sac à dos. Allez Ellie, c’est une vilaine habitude à présent. Tu trouveras un nouveau chez toi dans lequel tu auras toute une fourchette de souvenir avant de reprendre la route pour de plus verts pâturages ! Ma conscience me souffle de sourire et moi, je le fais, par habitude. Je ne veux pas inquiéter ma sœur, c’est la dernière chose que je veux. Je sais bien que je ne suis encore qu’une adolescente et que je prends les choses plutôt facilement, mais parfois je rêve de me poser quelque part sans plus avoir à me soucier d’un départ proche. Je veux une nouvelle maison, un toit où vivre, de la sécurité. Je suis épuisée de me déplacer constamment, mais je garde tout ça pour moi parce que je suis en vie et que c’est la seule chose qui compte vraiment de nos jours.  



by FRIMELDA
Sur Re: My only family le Lun 17 Sep - 22:33
avatar
» METIER : Lieutenant dans les renseignements

» AVATAR : Gal Gadot.
» CAPSULES : 846
» MESSAGES : 121
» JE SURVIS DEPUIS LE : 23/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur


Zoé & Ellie


Je t'écoute attentivement, mais ne prends pas la peine de te répondre. Que dire, si ce n'est que tu as raison ! C'est moi l'adulte ici et c'est à moi, que revient la lourde responsabilité de prendre toutes les décisions qui s'imposent. Qu'elles soient risquées ou non. Un peu, comme quand je me trouvais dans les renseignements de la police d'Helena. En ce temps, je devais recueillir des informations auprès de sources multiples. Observée et interrogée des suspects. Établir un plan d'action après avoir obtenu un mandat et faire une descente, en sachant que la vie de mes coéquipiers se trouvaient entre mes mains. J'ai tendance à ressentir cette même responsabilité avec ma sœur et cela en est parfois très pesant. Car depuis cinq ans, chacun de nos déplacements ce fait sur le moment et sans savoir, si la route empruntée sera emplie de dangers ou bien dégagée. C'est une des choses qui me terrifie le plus au monde. Savoir, que chacune de mes actions et prise de décision pourrait mettre ta vie en danger.

Mon regard ce pose quelques instants sur toi, t'observant terminée ton maigre petit-déjeuner et pourtant, mon esprit est ailleurs. Il n'est pas sur Lincoln, mon fils ou mon meilleur-ami... Mais sur notre prochaine destination et l'éventuel lieu dans lequel, nous allons passer la nuit. Les idées fusent dans ma tête. Ce ne sont pas les lieux, qui me manque après avoir vécu plus de dix ans à Helena. En fait, le vrai problème est qu'il n'y a aucun endroit de sûr. Cela m'inquiète. Cependant, je reste maître de mes émotions en te cachant la peur et le doute qui règne en moi. Une discipline, dans laquelle je suis passée maître en la matière. D'autant plus, que tu comptes sur moi pour que je nous trouve un endroit dans lequel y passer la nuit. Mais en attendant de trouver un lieu intéressant, je me contente de te rejoindre silencieusement dans le garde-chasse. Rangeant doucement mes affaires dans un sac à dos emprunté à un militaire. Celui-ci avait préféré se loger une balle dans la tête, que devenir une de ses choses. Ce que j'aurais probablement fait si, je me serais retrouvée à sa place. Une fois prête, je m'avance doucement vers toi et pose délicatement ma main sur ton épaule. T'observant avec un léger sourire, puis pris la parole en ayant une intonation assez sérieuse.

J'ai un plan ! Nous allons aller à Orofino Gulch, mais c'est à Helena que nous passerons la nuit. Nous pourrions dormir dans l'appartement où je vivais avec L ... Je m'interromps brusquement avant de dire son nom, puis me rattrape, comme je le peux.  Où j'ai vécu ! Nous pourrions ainsi nous changer, prendre une douche froide et peut-être, y séjourner quelques jours. L'endroit est sûr et on pourrait visiter les autres appartements pour voir, s'il y a encore à manger. Je ne pense pas que nous ayons tout emportée lors de notre départ. Sinon, on peut miser sur l'une des anciennes planques du renseignement. À savoir, que je n'ai aucune idée de ce qu'il peut y avoir en ces lieux contrairement à mon appartement.

Sur Re: My only family le Mar 18 Sep - 14:38
avatar
» METIER : Ex collégienne

» AVATAR : Alycia Debnam Carey
» CAPSULES : 1785
» MESSAGES : 326
» JE SURVIS DEPUIS LE : 25/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur



My only family


Ft. Zoe Callaway


Mon sac s’alourdit petit à petit, bien que je n’ai pas une montage d’affaire à emporter sur moi. Au contraire, je n’ai pas grand-chose qui m’appartienne et ce qui pèse le plus lourd sont bien ces quelques vêtements que je possède.  Soudain, la main de ma sœur se pose sur mon épaule, me faisant relever mon visage en direction du sien. Je la laisse parler, l’écoutant attentivement. Elle essaie de me rassurer à sa manière et ça me fait sourire. Enfin, ce sourire n’est que de courte durée. Je ne veux pas me la jouer adolescente casse bonbon, mais il y a quelque chose dans sa proposition qui me chiffonne un peu.

« -
Et si des gens malintentionnés ont élu domicile dans ton ancien appart ? Rien n’est sûr de nos jours et ça ne m’étonnerais pas que des pillards aient déjà tout dévasté. »

Je marque une pause dans mes paroles, jetant mon sac sur mes épaules, prête à partir, peu importe où nous irons.

« -
T’as peut-être encore les clés de chez toi, mais eux ils ont sans doute déjà défoncé la porte pour entrer. Je sais que tu as une part de ta vie là-bas et je le comprends, mais la ville d’Helena, ce n’est pas un endroit sûr, c’est toi qui me l’a dit. Je préfère qu’on aille chercher ailleurs, quitte à partir de nouveau demain matin. »

Le lieu sûr, ce n’est pas pour aujourd’hui et probablement pas pour la semaine prochaine non plus. Mais une part de moi garde espoir quant au fait de rejoindre un lieu sécurisé un beau jour. Je ne me fais pas de souci, tant que je suis avec ma sœur rien ne peut m’arriver, enfin je crois. Cela fait cinq ans qu’on se débrouille toutes seules mais là, il va bien falloir se poser un jour. Zoe ne me le montre sans doute pas pour ne pas m’inquiéter, mais je suis certaine qu’elle aussi est épuisée de sillonner le Montana pour rester en vie. Nous avons besoin d’un endroit où nous reposer et vite. Nous restons humaines, endurcies par la survie ou non, personne n’est infaillible face à la fatigue.  


by FRIMELDA
Sur Re: My only family le Ven 12 Oct - 1:30
avatar
» METIER : Lieutenant dans les renseignements

» AVATAR : Gal Gadot.
» CAPSULES : 846
» MESSAGES : 121
» JE SURVIS DEPUIS LE : 23/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur


Zoé & Ellie


Mon métier de policière m'a permis à plus d'un titre, de voir ce dont l'être humain était capable de faire pour sa survie... De ce fait, je sais déjà tout ce que tu viens de me dire et je suis bien consciente des risques encourus. Mais s'occuper d'une adolescente n'est pas chose aisée en ce monde perdu. Je me dois constamment de trouver la meilleure des solutions pour toi, et cela, sans pensée à ce que je désire. Je me dois également de faire face à tes nombreux changements d'humeurs d'adolescentes et crois-moi, c'est loin d'être une partie de plaisir. La fatigue et la faim, ne m'aidant en rien. Je me dois aussi de te cacher à quel point, je suis exténuée par ses nombreux déplacements ou encore par la disparition de mon époux et mon fils. Ne devant en aucun cas craquée devant toi et m'interdisant de faire mon deuil, dans l'unique objectif de te garder en vie. Mais aussi, parce que je ne dois pas baisser m'a garde en terrain hostile. Mais malgré tout cela, je m'efforce de garder le sourire pour toi. Car tu es ma petite-sœur et l'unique personne, qui me soit cher en ce monde...

C'est vrai...

Dis-je à voix basse, avant d'enlever doucement ma main de ton épaule. Je me retourne ensuite et prends appuie sur la table qui se trouve non loin de nous, en pausant la paume de mes mains sur la table. Me retrouvant ainsi, en position semi-assise. T'observant de nouveau longuement, en restant des plus silencieuses.

Je sais tout cela Ellie ! Et crois-moi, tout ce que je désire le plus dans ce monde est en aucun cas de retourner chez moi et de faire face à mon passé... Mais que tu sois en sécurité et un peu plus au chaud ! Je marque une courte pause. Et le problème dans ce monde, c'est qu'importe ce que je m'emploierai à faire... Il n'y aura plus jamais d'endroit sûr en ce monde. D'une part, parce que nous n'avons aucune idée du nombre de survivants dans le Montana et beaucoup d'entre eux sont hostiles. D'autre part, avant la troisième guerre mondiale, nous étions plus de sept milliards d'être humains en ce monde. À présent, la plus grande majorité d'entre eux sont devenus des monstres ! Je soupire longuement. La voilà notre réalité de tous ceux qui survivent ! Alors, cessons de penser à un potentiel abri où nous aurons peut-être la chance de vivre deux ou trois mois sans bouger, auprès de rares survivants... Car même si c'était le cas, ce qui nous mènera un jour où l'autre, à notre perte !

Dis-je sérieusement, avant de me redresser brusquement et de faire quelques allers-retours en songeant à mes propos. Mes paroles étaient peut-être violentes et dures à ton égard. Mais c'est ce que je pensais depuis bien trop longtemps et quelque part au fond de moi, je savais que tu y en étais également consciente. Je m'arrête quelques instants plus tard, sortant de la poche intérieure de ma veste des feuilles à rouler et du tabac. Je la roule doucement, puis l'allume avec les moyens du bord avant de tirer longuement dessus et de revenir à tes côtés.

Écoute... Je crois que nous sommes toutes les deux sur les nerfs. Je le suis personnellement... Et si tu veux rester ici cette nuit, c'est ok ! Cela me laissera davantage de temps pour trouver notre prochaine destination et peut-être, un moyen de locomotion. Ce qui serait un bon moyen pour se déplacer sans se dépenser. D'autant plus, qu'avec un peu d'imagination il y a vraiment moyen de faire un moyen de locomotion sûr. Mais on se met en route dès que le soleil se lève, et cela, que tu le veuilles ou non.

Dis-je en l'étreignant doucement avant de passer ma main dans ses cheveux. Je vérifie ensuite si mon arme à feu, mon poignard et mes deux couteaux de lancer, se trouvent sur moi. Après quoi, je prends mon sac à dos en y mettant mes cigarettes, mon duke tape, ma lampe torche, ma gourde, un comprimé de purificateur d'eau, un kit de premier secours, une boussole et ma carte IGN. Une fois prête, j'observe tendrement ma petite-sœur et lui dit d'une voix douce.

Je vais donc partir quelques heures en raid, pour nous trouver à manger et à boire. En contrepartie... Je te demanderais de faire du feu en mon absence, en prenant garde à toi. Je ne voudrais pas qu'il t'arrive quelques choses en mon absence. Je m'en voudrais le restant de ma vie. D'autant plus, que je t'ai tout appris de la survie Ellie ! Alors, rends-moi encore plus fière de toi et garde moi ce feu, le temps de mon absence. Je prends Opium avec moi, cela lui ferait du bien de se promener un peu.

Je te prends quelques instants dans mes bras, puis appelle Opium avant de me mettre en quête de nourriture et d'eau fraîche...
Sur Re: My only family le Ven 12 Oct - 11:12
avatar
» METIER : Ex collégienne

» AVATAR : Alycia Debnam Carey
» CAPSULES : 1785
» MESSAGES : 326
» JE SURVIS DEPUIS LE : 25/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur



My only family


Ft. Zoe Callaway



Sans un mot, je regarde ma sœur aînée libérer son cœur. Certains de ses propos me blessent un peu, dans le sens où j’aurais aimé qu’elle ne mette pas autant de temps à me dire le fond de sa pensée. Mais je ne dis rien, la laissant retirer ce poids de ses épaules. Mais ce qu’elle ne comprend pas, c’est qu’elle n’a pas à me couvrir autant, je ne suis plus cette petite de quatorze ans qui a débarqué chez elle sans prévenir cinq ans arrière. J’ai grandis, je suis bien plus proche de l’âge adulte que du monde des enfants désormais. Je peux me rendre utile, je peux l’aider… Elle n’a pas à s’infliger ce fardeau, je n’ai pas à être un poids supplémentaire pour elle. Je ravale ma tristesse en silence, sans en dévoiler la moindre parcelle.

« -Je vais faire du feu… Je vais faire ça. Fais attention à toi surtout, tu es ma seule famille et je ne veux pas te perdre. »

Bien qu’elle m’ait laissé avec l’amère sensation de n’être qu’un poids inutile à sa survie. Je lui souris doucement, lui donnant une dernière étreinte avant de la laisser préparer ses affaires. Opium va l’accompagner et ça me rassure un peu, c’est un bon chien et il saura la protéger en cas de danger, bien que ma sœur soit parfaitement capable de se débrouiller seule. On n’est jamais trop prudent dans ce monde bancal où tout est imprévisible.
Dans un silence complet, je regarde ma sœur quitter notre cabane, Opium sur les talons et son sac sur les épaules. Désormais seule dans notre chez nous provisoire, je soupire et m’installe sur ce vieux matelas qui jonche le sol et sur lequel je dors depuis quelques jours. Je me perds longuement dans mes pensées, les heures défilantes… Je finis par m’emparer de mon journal intime, cet ami de papier qui me suit depuis des années, bien avant même que la guerre n’éclate. J’y écris tout ce qui pèse sur mon cœur, tout ce qui noircie mes pensées et cela me soulage. Si je devais mourir, je donnerai ce journal à Zoe, lui dévoilant tous mes secrets et toutes mes pensées.



by FRIMELDA
Sur Re: My only family le
Contenu sponsorisé



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: