AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Are you even real ?
Devil inside you ::  :: Louisville, Montana, US
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sur Are you even real ? le Sam 11 Aoû - 15:24
avatar
» METIER : Militaire

» AVATAR : Bob Morley
» CAPSULES : 563
» MESSAGES : 72
» JE SURVIS DEPUIS LE : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur



   
Are you even real ?


   

Depuis que les portes du Bunker ont été ouvertes à nouveau, depuis que nous avons de nouveau la chance de sentir les rayons du soleil sur notre peau et de respirer l’air extérieur, je sors autant que possible. La seule chose qui pourrait m’effrayer, ce sont bien ces monstres cannibales. Le premier que j’ai vu, il n’y a pas si longtemps que ça, me hante encore la nuit. Comment ce pauvre type a-t-il pu devenir un monstre aussi affamé de chair humaine ? Enfin, là n’est pas la question puisque de toute façon, si une de ces créatures venait à croiser ma route je n’aurais qu’à l’abattre d’une balle en pleine tête pour qu’il meurt pour de bon. C’est donc avec évidence que j’emporte avec moi mes armes avant de quitter le bunker. Je ne sais pas vraiment ce que je vais pouvoir ramener mais une chose est sûre, je ne peux pas rentrer les mains vides. Personne ne m’en voudrait, j’en ai pleine conscience, mais c’est la mission que je me suis fixée et j’ai horreur de l’échec. Je suis un compétiteur, quitte à entrer en compétition avec moi-même comme je l’ai fait juste avant de partir. Ce sont ces petits défis qui m’occupent et me permettent de ne pas sombrer dans l’ennui.
A mesure que je m’éloigne du Bunker, hormis le son de mes pas et de mon souffle qui se mêlent à la brise ambiante et aux chants des oiseaux, un autre bruit vient briser le calme naturel. Un bruit lointain mais qui semble se rapprocher de moi à force d’avancer. Plus je me dirige vers lui, plus je comprends qu’il s’agit soit d’un animal blessé, soit d’un bébé en pleur. J’opte plus pour la première solution car je vois mal un bébé perdu tout seul en pleine nature… Enfin, les choses ne devraient plus me surprendre dans un monde aussi bancal.
Doucement, je me rapproche de la source des pleurs/plaintes animales et je me retrouve devant une vieille maison qui ne tient plus debout. Le toit de la bâtisse est à moitié arraché, la porte ouverte en grand et une vilaine odeur d’humidité me parvient jusqu’aux narines alors que je ne suis pas encore entré à l’intérieur. Je finis tout de même par prendre le risque de pénétrer dans ce vieux taudis, mon glock à la main.


« -Il y a quelqu’un ? »

Je toque volontairement contre le mur en avançant dans le salon, juste au cas où un Z se trouve ici. Mais rien, pas le moindre rugissement d’outre-tombe, pas le moindre pas traînant, juste moi et les pleurs. Ce n’est pas un animal, j’en ai la certitude maintenant que je viens d’apercevoir un petit corps en mouvement emballé dans un drap sale posé sur le vieux canapé rongé par la moisissure. Je range mon arme et soulève avec précaution le bébé. Je n’ai aucune idée de comment le calmer et pour cause, je n’ai pas d’enfant et je n’ai jamais eu de frère et sœur plus jeune que moi. D’ailleurs, de façon un peu ridicule, je dégage légèrement le drap qui couvre l’enfant pour prendre connaissance de son sexe : une petite fille et elle n’a pas l’air d’avoir besoin d’être changée, fort heureusement.

« -Chut chut…  J’imagine que t’as faim ? Ouais… Tu ne sais pas parler, j’oubliai. »

Je soupire doucement, berçant avec autant douceur que je le peux le nourrisson en pleur dans mes bras. Rien ne semble pouvoir la calmer… Si seulement j’avais de quoi la nourrir sur moi. Seulement, il va bien falloir que j’arrive à calmer sa crise de larme car à force de brailler ainsi, elle va finir par attirer les monstres. Une chance d’ailleurs que je l’ai trouvé en premier.


   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart
   
Sur Re: Are you even real ? le Sam 11 Aoû - 17:39
avatar
» METIER : Serveuse dans un dîner à Helena

» AVATAR : alicia vikander
» CAPSULES : 1378
» MESSAGES : 180
» JE SURVIS DEPUIS LE : 19/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Fondatrice



Are  
you even real ?
Comme prévue, je suis partie assez tôt dans la matinée avec ma chienne, Nikie. Le husky avait besoin de se dépenser et moi, j’avais besoin de me changer les idées. Donc, lorsque Riley m’a demandé de me rendre au Bunker pour voir comment cela se passe chez eux… J’ai bien entendu accepté. Je dois bien avouée que je suis assez curieuse de voir ce fameux bunker. Jack s’était proposé de m’accompagner. Même si, j’aurais tout de même aimé avoir Jack à mes côtés, j’avais besoin de me retrouver un peu en solitaire. Juste moi et ma chienne. Mon meilleur ami a très bien compris que j’en avais besoin donc, il n’a pas trop insisté pour m’accompagner. Façon, lorsque je ne suis pas là, c’est à lui que revient de maintenir l’équipe de la sécurité. Et j’avoue que je lui ai promis que la prochaine fois, je partirai en expédition avec lui. Histoire que l’on se retrouve aussi un peu tout les deux. Je pense que cela ne nous fera pas trop de mal.

Au bout de quelques heures de marche en compagnie de ma chienne, j’arrive enfin à Louisville. J’attrape un bout de bois pour la balancer vers une veille baraque pour que ma chienne parte récupérer le morceau. Mais, celle-ci fit interpellai par un bruit qui venait de la maison. Celle-ci se mit à grogner pour m’avertir d’un éventuel danger. Sans attendre, je sors mon piolet pour me préparer à toute mauvaise surprise mais, lorsque j’arrive à la hauteur de ma chienne… J’entends des pleures qui vient de la maison… Avec une voix masculine si je ne me trompe pas… Curieuse, je fais signe à ma chienne de ne plus faire de bruit et d’avancer avec moi. Je marche doucement, pour me rendre jusqu'à l'entrée de la maison. Dans un moment de doute, je m'arrête pour écouter ce qui se passe à l'intérieur. Après tout, le pleur entendu pourrait être un piège. Prenant mon courage à deux mains, je pénétré dans la maison sans faire le moindre bruit. Quant à mon Husky, elle s’avance dans la direction du salon avant de le mettre à grogner de nouveau. Pour le coup, la discrétion est complétement loupée. Je me rends donc dans le salon et je vois un homme avec un bébé dans les bras. Je finis par me figé lorsque je vis le visage de cet homme en face moi…

« Nolan… » Dis-je doucement. Pour le coup, je ne m’attendais absolument pas à le revoir… Et surtout pas avec un bébé entre les bras. Enfin… Cela fait cinq ans que je ne l’ai pas revu. Il s’en est passé des choses entre temps. Bon, après je suis tout de même bien contente de le revoir mais, je ne sais pas comment réagir. Je ne sais pas si la maman de cet enfant est dans les parages... Ou même s'il se rappel de moi. « C’est ton bébé ? » Demandai-je en m’approchant avec un léger sourire. Ma parole ! Quel question idiote..« Je crois qu’il a faim… »
Nolan Baker & Blake Newman
La mort est un vêtement que tout le monde portera.
Pando
Sur Re: Are you even real ? le Sam 11 Aoû - 18:17
avatar
» METIER : Militaire

» AVATAR : Bob Morley
» CAPSULES : 563
» MESSAGES : 72
» JE SURVIS DEPUIS LE : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur



   
Are you even real ?


   

Je commence à marcher dans la pièce en piteuse état, espérant que le mouvement de marche et celui de mes bras calmeront les pleurs du nourrisson. Mais ce n’est pas le cas, sans doute parce que je m’y prends comme un manche mais aussi parce que ce pauvre bébé meurt de faim. A vrai dire, je n’ai aucune idée du temps qu’elle a passé ici dans cette maison, sur le canapé. Peut-être que ses parents ne sont pas loin… Si c’est le cas, ils sont bien inconscients d’avoir laissé leur progéniture derrière eux sans la moindre surveillance, surtout dans un endroit pareil avec la porte grande ouverte. Je vais sans doute me répéter, mais cette gamine a énormément de chance que je l’ai trouvé avant qu’un Z ne vienne la dévorer.
Soudain, j’entends des grognements animaux.  Je fais volteface, le bébé en larme serré contre moi dans un geste de protection. L’une de mes mains se glisse à ma ceinture dans l’optique de saisir mon arme mais une jeune femme fait son apparition et cela semble calmer immédiatement le chien. D’ailleurs, alors que mon regard s’attarde sur la nouvelle arrivée, mon cœur loupe un battement et mon souffle se bloque le temps d’une seconde, comme si je faisais face à un fantôme. D’une voix presque inaudible, un peu perdu et complètement déstabilisé de la revoir ici, vivante, après tant d’années, je prononce son nom comme pour m’assurer que c’est bien elle qui se trouve à quelques mètres de moi.


« -Blake… ? »

Je la regarde approcher tandis que je recommence machinalement à bercer la petite qui n’a pas cessé de pleurer pendant ce temps-là. Les bébés ont vraiment une capacité pour brailler sans s’épuiser, je trouve ça à la fois fascinant et énervant. Mais je ne suis pas un monstre, j’ai un cœur et je ne pouvais pas laisser cette petite comme ça. Mon seul souci est bien de lui trouver quelque chose à manger et, en vue de son jeune âge, je doute qu’elle soit capable de manger de la compote ou même un morceau de viande. Il lui faut du lait en poudre.
Je quitte mes pensées à la question de Blake, me rappelant ainsi qu’elle est vraiment ici, désormais plus proche qu’elle ne l’était il y a une poignée de secondes seulement. Quoi ? Elle s’imagine vraiment que j’ai eu le temps et l’opportunité de pondre un môme ? A cette question, je ne peux pas m’empêcher d’éclater de rire avant de retrouver mon calme pour lui donner une réponse.

« -Non, elle n’est pas de moi. Je viens de la trouver, toute seule dans cette vieille baraque. Et ne t’en fais pas, ça fait dix minutes qu’elle me casse les oreilles, j’ai bien fini par comprendre qu’elle avait faim. Le hic, c’est que je n’avais pas prévu de trouver un bébé pendant ma sortie… Alors je n’ai rien pour la nourrir. »

Il faut dire que les bébés, en dehors des zones sécurisées qui sont déjà bien rares, ça ne court pas les rues, enfin à supposer qu’un bébé puisse courir, mais vous m’avez compris. Du coup, je suppose que Blake n’a rien sur elle qui pourrait nourrir cette pauvre petite affamée. Je ne suis pas prêt d’avoir les oreilles au calme.


   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart
   


Dernière édition par Nolan Baker le Sam 11 Aoû - 23:40, édité 2 fois
Sur Re: Are you even real ? le Sam 11 Aoû - 22:02
avatar
» METIER : Serveuse dans un dîner à Helena

» AVATAR : alicia vikander
» CAPSULES : 1378
» MESSAGES : 180
» JE SURVIS DEPUIS LE : 19/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Fondatrice



Are  
you even real ?
Pour être honnête, jamais je n’aurais pensé revoir Nolan un jour… Notre relation a été tellement rapide. Balayer d’un coup de balai par la troisième guerre mondiale qui a plongé le monde dans un épisode post-apocalyptique avec des zombies. Je ne sais pas ce que notre relation aurait pu devenir par si la guerre ne nous avait pas séparés… Mais, le peu de temps que j’avais passé avec lui, reste de très bon souvenir. Après un moment en été de choc, sans vraiment savoir si cet enfant et le sien, ou pas. Je finis par m’approcher de lui pour regarder ce bébé… Cela fait tellement longtemps que je n’en ai pas revu. Le dernier bébé que j’ai tenu dans mes bras, c’était la fille de Colleen qui est devenue une jolie petite fille. Nolan finit par rire à ma question puis il finit par me répondre, cet enfant n’est pas le sien… Donc la question est plutôt, à qui appartient ce bébé ? Cela étant, cela aurait pu être vraiment possible qu’il soit papa ! Après tout… En cinq ans, il s’en est passé de choses. Je grimace en me passant une main contre ma nuque. En même temps, qui pourrait penser à trouver un bébé lors d’une sortie ? Enfin, depuis que le monde a cessé de tourner rond… Je n’ai jamais eu l’occasion de tomber sur un bébé abandonné.

« Il faut être complétement taré pour laisser son enfant comme cela… Mise à part si s’était dans l’espoir de le protéger… » En effet, peut-être que les parents de cet enfant n’ont pas eu le choix de l’abandonné dans cette baraque complètement délabrée. Ils ont peut-être pensé qu’une personne pourrait lui venir en aide dans le meilleur des cas… Dans le second, ils auront au moins essayé. Enfin, j’espère que c’est bien cela… « Peut-être que ses parents on laisser quelques choses pour le nourrir avec quelques affaires… » Dis-je doucement avant de rajouter : « Je vais regarder. » Je commence à regarder un peu partout dans la maison. Au début mes recherches de son pas trop fructueuses, mais je fus interpellée par Nikie qui visiblement avait trouver une vieille peluche. « Nikie, tu l’as trouvé où ? » Ma chienne partit alors en directement d’une petite table dans un renforcement. Bingo !!! Je reviens alors en face de Nolan : « Ma chienne est géniale ! » Dis-je en posant le sac sur le canapé. Je regarde dans le sac et je mets la main sur un biberon déjà préparer. Je ne sais pas depuis combien de temps, il est là, mais… Pas le choix. Il faut nourrir le bébé et il ne reste pas trop de lait en poudre dans le récipient présent dans le sac. « Bon… Ça fera sûrement l’affaire. Tu veux que je lui donne ou tu t’en charges ? » Demandai-je en présentant le biberon.
Nolan Baker & Blake Newman
La mort est un vêtement que tout le monde portera.
Pando
Sur Re: Are you even real ? le Sam 11 Aoû - 23:42
avatar
» METIER : Militaire

» AVATAR : Bob Morley
» CAPSULES : 563
» MESSAGES : 72
» JE SURVIS DEPUIS LE : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur



   
Are you even real ?


   

Je ne préfère pas relever la première remarque de Blake. Qui laisserait un enfant dans une baraque quasiment en ruine qui plus est la porte grande ouverte si leur but était de le protéger ? J’en doute fort. Les parents de cette môme l’ont abandonné, à moins qu’ils ne soient morts. Je ne vois pas d’autres options et au final, le résultat reste le même : la petite a eu de la chance que je la trouve. Je continus d’ailleurs de la bercer dans l’espoir de calmer un minimum ses pleurs. Pendant ce temps-là, à côté de moi, Blake se creuse les méninges afin de savoir si les parents du bébé ont laissé quelques affaires derrière eux qui pourraient nous servir pour la petite. Du coin de l’œil, je la regarde…
En cinq ans, elle n’a pas changé. Ses cheveux sont sans doute un peu plus longs, sa peau un poil plus bronzé et elle a l’air de parfaitement s’en tirer dans ce nouveau monde foireux. Mais, si on oublie ces quelques détails, Blake est toujours la même et ça me fait tout drôle. De plus, elle s’est rapprochée de moi pour mieux voir la gamine et je ne peux nier que cette proximité me trouble bien que je ne laisse rien paraître. C’est comme si elle n’était qu’un mirage. Si j’ose tendre la main, elle va s’effacer. Alors, quand elle s’éloigne de nouveau pour fouiller l’endroit, je ne suis pas étonné le moins du monde et, pour qu’elle ne remarque rien, je fais mine de regarder aux alentours moi aussi.
Aussi ironique que cela puisse sembler, c’est le chien de Blake qui met la main -ou plutôt la patte dans ce cas là- en première sur un objet. Un ourson en peluche. La peluche est assez vieille mais il est possible qu’elle appartienne tout de même au bébé. Pendant que Blake suit sa chienne, je tente le tout pour le tout pour calmer le nourrisson et glisse mon pouce dans sa bouche… Elle se met à le téter quelques secondes avant de le relâcher pour repartir dans une crise de larmes. Au moins, j’aurais essayé !
Je relève mon regard en direction de Blake pour la voir revenir vers moi, un air triomphant sur son joli visage. Elle complimente sa chienne, ça me fait rouler des yeux mais je suis sa main du regard : un sac ! L’animal a trouvé un sac !


« -Je dirais du bien d’elle seulement s’il y a de quoi nourrir le monstre dans ce sac. »

Je n’aurais pas dû parler aussi vite. Quelques secondes plus tard, Blake brandit un biberon rempli de lait dans ma direction. Je suis à la fois soulagé par cette découverte et totalement blasé. Je vais devoir complimenter le cabot, pas le choix.

« -Okay, ta chienne est géniale. J’ai rien dit ! »

Le biberon s’agite sous mon nez. Je n’irais pas jusqu’à dire que le geste m’hypnotise mais plutôt qu’il attire mon regard sur lui. Je ferme les yeux puis reporte mon attention sur la jeune femme. Qu’est-ce que c’est que cette question ? Je n’ai jamais donné le biberon à un bébé. Je suis quasiment certain que je parviendrai à faire s’étouffer la petite… Je ne sais pas si l’instinct paternel existe mais une chose est sûre, je n’en suis pas doté.

« -Être papa de substitution, c’est un job relativement nouveau pour moi. T’es une fille, tu devrais mieux t’en sortir que moi sur ce coup-là… Enfin, si ça ne te dérange pas. »



   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart
   
Sur Re: Are you even real ? le Dim 12 Aoû - 1:05
avatar
» METIER : Serveuse dans un dîner à Helena

» AVATAR : alicia vikander
» CAPSULES : 1378
» MESSAGES : 180
» JE SURVIS DEPUIS LE : 19/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Fondatrice



Are  
you even real ?
« Tu connais le dicton : Tel chien, tel maitre ? Bah ce n’est que la vérité ! Nikie est aussi génialissime que sa maitresse. Et si tu as un doute, c’est bien de moi dont je parle… » Dis-je avec un léger sourire taquin. Bon, visiblement je vais devoir donner à boire à ce bébé. Si Nolan doit s’improvisé papa de substitution… Il faudra tout de même qu’il apprenne à nourrir bébé tout seul ! N’est-ce pas ? Mais bon, pour le coup, je vais mon occupé. Cependant, je le regarde avec de gros yeux avant de lui dire avec un sourire que je retiens avec beaucoup de mal : « Non mais, ce n’est pas car je suis une fille que j’ai la fibre maternelle ! » Bon, Colleen serait là… Je sais d’avance ce qu’elle pourrait me dire. Donc, je récupère l’enfant pour la prendre contre moi avant de mettre le biberon dans sa bouche. La petite fille avait vraiment très faim car, elle boit très vite. « Je ne sais pas depuis combien de temps, elle était toute seule mais, elle avait vraiment très faim… Elle a de la chance que tu l’as trouvé avant un zombie ou même un animal errant. » Je viens à poser mon regard sur Nolan. Les pleurs de la petite puce ont enfin cessé et bordel, cela fait du bien. Tandis que la petite boit son bébé, je me mets assisse sur le canapé qui est d’ailleurs dans un sale état. Ma chienne se met à assisse devant pour regarder le bébé tété le biberon. Tandis que mon regard se pose sur l’homme qui avait disparu de ma vie. Avec tout cela, nous n’avons même pas eus le temps de discuter un peu, je lui fis signe de s’assoir à mes côtés.

« Alors… Dis-moi, tu survie en solitaire ou tu fais partit d’un groupe ? D’ailleurs… Il n’y a pas beaucoup de lait en poudre dans le petit bocal dans le sac… Si tu as besoin… » De base, je devais me rendre au Bunker de Louisville et je sais que je ne suis pas trop loin. Donc, peut-être que Nolan fait partie de ce fameux Bunker. Enfin, je l’espère car s’il garde le bébé… Il va lui falloir un endroit qui est sécurisé. Et je finis par rajouter : « Je peux t’avoir du lait grâce au Ranch. » Je dis cela mais, je ne sais absolument pas s’il veut le garder ou même s’il a un endroit fixe pour que je puisse le retrouver… Enfin, s’il veut me revoir par la suite. Blake tu parle beaucoup trop ma petite ! Mon regard e pose sur le visage de la petite fille, elle est trop mignonne. D’ailleurs, elle commence à piquer du nez. Les bébés me surprendront toujours je crois…

Nolan Baker & Blake Newman
La mort est un vêtement que tout le monde portera.
Pando
Sur Re: Are you even real ? le Dim 12 Aoû - 10:35
avatar
» METIER : Militaire

» AVATAR : Bob Morley
» CAPSULES : 563
» MESSAGES : 72
» JE SURVIS DEPUIS LE : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur



Are you even real ?


Par peur de passer pour un imbécile, j’ai préféré m’abstenir de répondre que je ne connais pas le moins du monde son dicton. A la place, puisqu’elle venait d’accepter de nourrir la petite, je me suis contenté de lui déposer avec précaution le nourrisson entre ses bras. Voir Blake avec un bébé dans les bras, ça me fait bizarre. On ne sait pas vu pendant cinq longues années et il a fallu qu’on se trouve ici, dans une vieille baraque, avec un bébé. Un bébé… Je souris intérieurement. Peut-être que si la guerre n’avait jamais éclaté, Blake et moi aurions pu être ensemble et peut-être que ce bébé aurait pu être le nôtre. En fait, le simple fait de songer à ça me paraît bizarre. Je ne me suis jamais posé la question suivante : Est-ce qu’un jour j’ai envie d’avoir un enfant ? Est-ce qu’un jour je souhaite devenir père ? Et maintenant que j’ai trouvé cette petite fille, je me dis que je n’ai pas le choix d’endosser ce rôle malgré moi. Je ne serais jamais son père à proprement parlé, elle n’est pas de moi mais je peux prendre soin d’elle, veiller sur elle et faire en sorte que rien ne lui arrive. Serai-je doué pour ce genre de chose ? Tant de question qui se baladent dans mon petit cerveau et mon regard croise celui de Blake.
C’est à ce moment que je me rends compte que la petite a cessé de pleurer et qu’elle boit son lait comme si sa vie en dépendait. Pauvre trésor, elle mourrait de faim.


« -Je n’en sais rien non plus. La porte était grande ouverte quand je l’ai trouvé… Elle a eu beaucoup de chance, en effet. »

Si je n’avais pas entendu ses pleurs, si je n’avais pas eu la curiosité de venir jusqu’ici, je refuse d’imaginer ce qui serait arrivé à cette môme. A la place, je me focalise sur la réalité et observe Blake lui donner le biberon. Elle fait ça bien, même si elle a osé me dire un peu plus tôt qu’elle n’avait pas forcément la fibre maternelle. Je suis certain que c’était faux. Mes yeux remontent doucement, passant du bébé à Blake. Elle me regarde, ses lèvres s’entre ouvrent pour parler et je l’écoute, sans rien dire tant qu’elle n’a pas terminé.

« -Je fais partis d’un groupe… Le Bunker. Et merci pour l’info… Je pense qu’elle me sera utile. J’ai pas l’intention de laisser cette petite toute seule dans la nature… Enfin, à moins que tu ne veuilles la prendre avec toi… »
Discuter comme ça, elle et moi, après tout ce temps, c’est une sensation étrange mais qui n’est pas désagréable pour autant. Je ne sais pas pourquoi je lui ai demandé si elle désirait emmener la gamine avec elle, sans doute par courtoisie ou tout simplement parce que c’est elle qui a lui a donné le biberon. Toujours est-il que je viens prendre place sur le vieux canapé, à côté d’elle. Mon regard se pose sur le bébé qui s’endort peu à peu à mesure que le contenu du biberon diminue.

« -Alors comme ça, tu fais partis du Ranch ? »

J’ai l’impression de redevenir un adolescent boutonneux et intimidé devant la première nana qu’il croise. Pourtant, je connais Blake, nous avons passé de bon moment ensemble. C’est peut-être pour ça que nous avons du mal à parler comme deux adultes normaux. Du temps a coulé et on ne se connaît plus vraiment à présent.


- Adrenalean 2016 pour Bazzart
Sur Re: Are you even real ? le Dim 12 Aoû - 16:17
avatar
» METIER : Serveuse dans un dîner à Helena

» AVATAR : alicia vikander
» CAPSULES : 1378
» MESSAGES : 180
» JE SURVIS DEPUIS LE : 19/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Fondatrice



Are  
you even real ?
C’est sûr que cette petite puce à eut beaucoup de chance d’avoir été trouver par Nolan… Pourtant… Cela n’explique pas ce qu’il est advenu de ses parents. Il y a tellement d’hypothèse a cet abandon, que cela serait surement très difficile de savoir. Le principal c’est que ce petit ange à finit par trouver une personne pour s’occuper d’elle. Même si je ne suis pas sûre que Nolan soit vraiment prêt à s’occuper d’un petit être comme elle. De toute façon, je ne sais pas si les parents sont toujours vraiment prêts à avoir un enfant. Je finis par m’assoir sur le canapé pour continuer à donner le biberon à cette petite merveille sortie de nulle part. Mon regard se porte à nouveau sur Nolan qui me dit qu’il fait partie du Bunker. Je finis par rire doucement lorsque j’entends la fin de sa phrase. Je le regarde avec un large sourire : « Même si elle est très mignonne, je te la laisse. Après tout, c’est toi qui vient de la trouvé. » Dis-je doucement en posant mon regard sur la petite : « Le bunker… C’est là où je dois me rendre. Riley, le chef du Ranch, m’as demandé de venir faire un petit tour pour voir où vous étiez exactement et voir, si tout ce passe bien chez vous. » J’avais entendu dire qu’au Bunker, cela ne se passe vraiment pas de la même manière qu’à Clancy. Les militaires n’ont pas mis une barrière entre eux et les civiles. Comme quoi, tous les militaires ne sont pas les mêmes. Mais, ça je le savais déjà… A travers Nolan.

Le militaire vient à s’assoir à mes côtés. C’est vraiment une sensation étrange de le sentir aussi proche de moi. Et franchement, depuis que je suis arrivé… On n’a pas vraiment eu une conversation normale. Enfin, je ne sais pas c’est une sensation plus qu’étrange que j’ai. « Je suis là-haut depuis le début de la guerre. Jack est venue me chercher au dîner pour me mettre à l’abris… » Certes, nous avons été moins bien protéger que dans un bunker mais, nous avons réussit à nous en sortir. Avec des pertes… Mais, nous avons réussi. La petite fille finit par s’endormir dans mes bras, je retire délicatement le biberon et je le pose à mes côtés. « Bon… Maintenant elle dort… » Dis-je doucement. « Tu pense qu’on pourrait la ramener au bunker avant qu’elle se réveille ? Je n’ai pas envie qu’elle attire des Z ou même des gens avec de mauvaise intention. « D’ailleurs, il va falloir lui trouver un prénom à ta gamine ? » Bah oui, car pour le coup… Nolan est papa !

Nolan Baker & Blake Newman
La mort est un vêtement que tout le monde portera.
Pando
Sur Re: Are you even real ? le Dim 12 Aoû - 17:00
avatar
» METIER : Militaire

» AVATAR : Bob Morley
» CAPSULES : 563
» MESSAGES : 72
» JE SURVIS DEPUIS LE : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur



   
Are you even real ?


   

Si j’en crois Blake, je vais officiellement devoir ramener la petite avec moi au Bunker. A vrai dire, cela m’importe peu, tant qu’elle est en sécurité au final. Qu’elle aille avec moi ou bien avec Blake, cette petite fille aurait trouvé un refuge et une famille pour la couvrir d’amour et prendre soin d’elle. Moi qui me demandais avant de partir ce que je pourrais ramener, me voilà avec un bébé à charge ! Je vais devoir en parler à Danny dès mon retour, après tout c’est lui le chef. Il a le droit de savoir que son petit groupe vient de recueillir un membre en bas âge. En attendant, je prendrai soin d’elle. Qui sait, peut-être que des survivants du Bunker voudront l’adopter ?
Mon regard se pose de nouveau sur Blake lorsqu’elle me confirme faire partit du Ranch. Si je n’avais pas été forcé de me rendre au Bunker avec tous les autres, j’aurais sans doute prit soin de la protéger. Mais tout a été beaucoup trop vite ce jour-là, je n’ai même pas pu prendre des nouvelles de ma mère afin de savoir si elle avait réussi à se mettre à l’abri. Je reste cependant soulagé, et un peu jaloux tout de même, que quelqu’un ait pris la peine d’abriter la jolie brune.



« -Eh bien, tu diras à Riley que tout va bien pour nous. Mais, tu peux toujours m’accompagner là-bas pour t’en assurer de tes propres yeux. Je ne vais pas dire non à un peu de compagnie, surtout la tienne. »

J’esquisse un petit sourire. Ce genre de phrase, ça me rappelle nos discussions au dîner. Ce jeu de séduction entre elle et moi. Tout ça, c’est si loin et proche à la fois. Si on regarde sur l’échelle d’une vie, cinq ans ce n’est pas grand-chose. Pourtant, c’est comme si je ne l’avais pas vu depuis plus d’une vingtaine d’années. Même si cette sensation est étrange, ça me fait du bien de revoir Blake.
Je baisse les yeux en direction de la petite. Elle dort et je n’aurais jamais pensé un jour que je trouverai ça apaisant de voir un bébé au pays des rêves. Ce n’est que maintenant que je remarque les détails de son minuscule visage et je souris. Un peu d’espoir dans un monde détruit, ça fait toujours du bien au moral.


« -Qu’elle dorme ou non, il faudra bien la conduire là-bas de toute façon alors autant profiter de sa sieste pour le faire. »

D’après le peu de chose que je sais sur les bébés, ils ont un sommeil lourd comme du plomb. Maintenant, il suffit de vérifier si c’est bien vrai car une chose est sûre, leur cri est pire qu’une alarme de bagnole. Je n’ai vraiment pas envie que la petite alerte des Z en couinant pour X raison. Je me lève donc du canapé et vide le contenu de son sac pour le mettre dans le mien. Autant voyager léger, je ne veux pas être encombré.
Un prénom ? Mon attention toute entière se reporte sur Blake. Elle n’a pas tort, il va bien falloir trouver un prénom à cette petite. Le hic, c’est que je n’ai pas la moindre imagination quand il s’agit de trouver un nom. Dans quel pétrin me suis-je fourré ? Le bébé, ce n’est pas suffisant ? Plutôt que de me creuser les méninges, je préfère contourner le sujet.


« -On verra ça plus tard. Le plus important pour le moment, c’est de la ramener au Bunker. »


   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart
   
Sur Re: Are you even real ? le Dim 12 Aoû - 17:47
avatar
» METIER : Serveuse dans un dîner à Helena

» AVATAR : alicia vikander
» CAPSULES : 1378
» MESSAGES : 180
» JE SURVIS DEPUIS LE : 19/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Fondatrice



Are  
you even real ?
Peut-être qu’il va vraiment falloir que l’on s’active pour mettre la petite à l’abri. Une fois là-haut, je pense qu’elle bénéficiera de tous les soins possibles. Et pour être honnête, le ranch est beaucoup trop loin pour que je prenne le risque de ramener cette petite merveille là-haut. J’eus un petit sourire lorsque Nolan me confirme que tout se passe bien dans le Bunker. C’est déjà une bonne chose et je compte bien m’inviter un peu au Bunker pour m’assurer que tout s’y déroule bien. Que l’on n’ait pas de mauvaise surprise par la suite. Façon, Riley fait confiance à mon jugement. Sans même mon rendre compte, mes joues se mirent à rougir au dernier propos de Nolan. « Toujours aussi charmeur à ce que je vois… » En même temps, il avait déjà réussi à me faire craquer une fois… Enfin, Nolan est plutôt du genre de mec à qui il est assez difficile de résister. Je laisse Nolan se préparer pour partir au Bunker. J’ai vraiment hâte de pouvoir mettre cette petite puce à l’abri des Z ou même des conditions météorologiques qui peuvent être très dangereuse. Surtout lorsqu’on parle des pluies acides. Tandis que le brun met les affaires de la petite dans son sac, je fais signe à ma chienne de se lever. D’ailleurs, elle a encore la peluche de la gamine dans sa gueule et j’ai comme l’impression que j’aurais du mal à lui faire lâcher prise. Lorsque je viens à parler d’un prénom pour la petite puce, Nolan préfère éviter le sujet. Après… Ce n’est pas d’une importance immédiate. « D’accord. » Dis-je avant de me lever. Je pose la petite délicatement sur le canapé pour attraper mon sac à dos que j’avais poser un peu plus loin. Normalement, je dois avoir un petit plaid à l’intérieur que j’avais trouver lors d’une précédente sortie. Je me suis dis que cela pourrait toujours être utile et pour le cou… Cela m’aidera à transporter un peu plus facilement le bébé. J’avais dans l’idée de faire un genre d’écharpe pour mettre bébé dedans. J’ai déjà vu Colleen le faire pour la petite Hope. Parcontre je vais avoir un petit souci.… « Nolan… Tu pourrais m’aider à attacher le plaid dans mon dos ? Je vais mettre la petite dans le plaid mais, il faut l’attacher en bandoulière à l’arrière. » Je mis la petite dans le plaid est je viens la coller contre moi. C’était la meilleure solution pour la protéger et que je puisse me défendre s’il y a le moindre souci. Je viens à me tournée pour que Nolan puisse attraper les extrémités du plaid afin de faire un bon nœud à l’arrière. Et je finis par lui dire avant qu’il commence : « N’en profite pas pour faire des attouchements, soldat ! » Dis-je sur un ton taquin. Et oui ! Je ne changerais surement jamais. Et j’avoue que c’était tout simplement plus fort que moi. J’étais obligé de lui sortir… Même s’il connait déjà mon corps et qu’il l’a déjà touché… Une fois fait, je me tourne vers lui avec un léger sourire : « Merci. » Maintenant, que nous sommes prêts et que la petite est en sécurité. Nous allons enfin pouvoir prendre la route pour le Bunker. J’espère simplement que ce n’est pas trop loin.

Nolan Baker & Blake Newman
La mort est un vêtement que tout le monde portera.
Pando
[/quote]
Sur Re: Are you even real ? le Dim 12 Aoû - 18:26
avatar
» METIER : Militaire

» AVATAR : Bob Morley
» CAPSULES : 563
» MESSAGES : 72
» JE SURVIS DEPUIS LE : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur



   
Are you even real ?


   

Mon sac est prêt et, avant de quitter cette vieille baraque moisie, je m’assure que mes armes soient bien chargées. Je ne m’en suis pas servis sur le trajet précédent mais, autant bien faire les choses jusqu’au bout. Blake à l’air de vouloir porter la petite alors, même si je suis certain qu’elle trouvera un moyen de se défendre en cas de besoin même avec un bébé dans les bras, je serais le plus apte à les protéger. Le Bunker n’est pas très loin d’ici, une quinzaine de minutes tout au plus, mais le danger ne prévient jamais de son arrivée.
Je me tourne vers elle quand elle me demande si je peux lui venir en aide. Je le savais bien que la petite Blake trouverait un moyen de porter la môme tout en gardant ses bras de libre ! Elle n’a jamais été une idiote, bien au contraire et c’est une des qualités qui me plaît le plus chez elle.


« -Ça marche, je vais t’aider. »

Je repose mon sac au pied du canapé et me rapproche d’elle. Mon corps se glisse derrière le sien, si proche du sien. Je commence à peine à saisir entre mes deux mains les extrémités du plaid qu’elle me demande de ne pas profiter de la situation. Je ricane. Elle me connaît trop bien ! Alors, dans l’unique but de la taquiner comme j’adorai le faire par le passé, je me rapproche davantage d’elle, mes lèvres proches de son oreille dans laquelle je susurre :

« -Oh non, ce n’est absolument pas mon genre, Newman. »

Puis, je noue ensemble les deux morceaux de plaid, consolidant ainsi le porte bébé de fortune inventé par la jeune femme. Je me recule de deux pas, la laissant se retourner vers moi pour me remercier.

« -Pas de quoi. »

Et je jette par-dessus mon épaule le sac à dos précédemment posé au pied du canapé. Nous voilà fin prêts à quitter ce taudis pour le Bunker. Là-bas, ce sera bien plus chaleureux que cet endroit en ruine. Je me demande d’ailleurs combien de temps encore ce reste de maison va bien pouvoir tenir. Une chance qu’il ne nous soit pas tombé sur la tête. Toujours est-il que je ne dois pas m’inquiéter pour l’état lamentable de cet endroit mais plutôt pour la survie de la petite qui, pour le moment, n’a toujours pas nom. Je me demande de combien de mois elle est âgé… Moins d’un an, c’est certain et je doute également qu’elle soit capable de s’asseoir. En clair, elle n’est pas bien vieille.
Je commence à m’avancer vers la sortie de la maison, Blake et le bébé ainsi que la chienne derrière moi. Je vérifie en premier lieu qu’aucun mort ne rôde dans les parages avant de véritablement poser un pied dehors. Une petite brise vient me chatouiller le visage, ça change de l’odeur de moisissure. J’ai l’impression de devoir protéger ma petite famille. Un portrait cliché du chien, l’homme, la femme et le bébé en version post apocalyptique. Ça me fait sourire.

« -On en a pour une quinzaine de minutes à marcher. Après ça, on sera au Bunker. »

Et on devra se dire au revoir. Je n’ai pas la moindre envie de la laisser repartir. Nous n’avons pas vraiment prit le temps de discuter, sans doute à cause de la situation de nos retrouvailles, mais je suis certain qu’on a plein de chose à se dire elle et moi. Maintenant que je sais qu’elle fait partit du Ranch, j’ai des tas de bonnes raisons d’aller m’aventurer de ce côté-là.


   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart
   
Sur Re: Are you even real ? le Dim 12 Aoû - 19:14
avatar
» METIER : Serveuse dans un dîner à Helena

» AVATAR : alicia vikander
» CAPSULES : 1378
» MESSAGES : 180
» JE SURVIS DEPUIS LE : 19/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Fondatrice



Are  
you even real ?
Nolan vient à positionner derrière moi pour attacher le plaid dans mon dos. Et c’est sans doute avoir provoquer le diable de lui avoir dit de ne pas trop profiter de la situation. Nolan vient à se rapprocher un peu plus moi et vient me murmurer dans mon oreille que ce n’était pas son genre. Je ricane avec de lui répondre avec un léger sourire : « Je vais te croire, Baker ! » Et une fois qu’il a terminé, je me tourne vers lui pour le remercier. Maintenant que nous sommes tous prêt, nous allons pouvoir prendre le chemin de se fameux bunker. Après cela… Je vais surement devoir reprendre le chemin du ranch. Mes retrouvailles avec Nolan auront été plutôt brève et surtout porter sur la petite mais, je suis franchement heureuse de l’avoir revu et de savoir qu’il se porte bien. Enfin pour le moment, ce n’était pas encore terminé. Il va falloir que l’on arrive au Bunker en un seul morceau.

Je suis alors Nolan jusqu’à l’entrer de la maison. Tandis que celui-ci vérifie qu’il n’y a pas de danger immédiat, je regarde si la petite et encore endormi. Cela étant, je pense qu’elle est bien partie pour dormir un moment. Elle devait être épuiser… Nolan m’avertit que le bunker était à environ un quart de marche. « Ok. » Répondis-je avec un léger sourire. Et nous voilà en route pour rejoindre le complexe militaire. Tel une petite famille qui viendrait pour prendre refuge. Je pense que nous avons pas mal de chose à nous dire. D’ailleurs je me demande comment s’était de survivre dans un bunker pendant toutes ses années. Certes, j’ai vu des horreurs pendant c’est cinq dernières années que ce soit dans le ranch comme ailleurs. Nous avons dû faire face à pas mal de choses, comme les zombies, les pillards et les conditions météorologique. « Alors, dis-moi… Comment c’est passer tes cinq dernières années sous terre ? Ce n’était pas difficile de ne pas savoir ce qu’il se passer à l’extérieur ? Ou même de découvrir le résultat de la troisième guerre mondiale ? » Demandai-je avec petit sourire. J’avoue que j’étais vraiment curieuse de savoir comment les gens ont pu survivre en dessous de la terre.

Lorsque j’ai appris l’existence de celui-ci… J’ai cru que c’était une plaisanterie de Riley, mais finalement non. En même temps, je pense que de grand moyen a été développer pour que ce complexe tienne avec les années. Mais, les tremblements de terre ne sont-ils pas plus intenses sous terre ? Nous continuons notre chemin tranquillement, tandis que ma chienne marcher devant nous sans même prêter attention à nous. « Je suis contente de voir que tu es encore vivant. Même si je dois bien l’avouer, je ne m’attendais pas à tomber sur toi aujourd’hui… Et encore moins avec un bébé. D’ailleurs faudra que tu la présente à madame Baker ou alors que tu lui trouve une future maman. » Dis-je sur un ton plaisantin. Depuis tous ses années, il a pu s’en passer des choses pour lui. Comme pour moi, qui me suis beaucoup rapprocher de Jack, mon meilleur ami. La preuve ! Nous partageons le même lit même si nous ne sommes pas ensemble. Enfin c’est bien compliqué tout cela !
Nolan Baker & Blake Newman
La mort est un vêtement que tout le monde portera.
Pando
Sur Re: Are you even real ? le Dim 12 Aoû - 19:44
avatar
» METIER : Militaire

» AVATAR : Bob Morley
» CAPSULES : 563
» MESSAGES : 72
» JE SURVIS DEPUIS LE : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur



   
Are you even real ?


   

A mesure que nous avançons, la maison s’éloigne derrière nous pour ne devenir qu’un petit point à l’horizon. Blake choisit ce moment pour me poser une question. Je devine sa curiosité et je peux même la comprendre. Si j’avais été à sa place, j’aurais voulu savoir ce que ça faisait de vivre dans un Bunker pendant plusieurs années. Mais j’étais dans ce fameux Bunker, enfermé pendant une longue période. Je ne songe plus tellement au passé, ni même à toutes ces choses que nous avons traversé sous terre pendant cinq ans. Nous avons survécu mais à quel prix ? Beaucoup d’entre nous sont morts, dont Liza. En repensant soudainement à elle, un éclair de tristesse traverse mon visage avant que je ne soupire pour le chasser définitivement. Elle et moi, nous n’avons pas eu assez de temps ensemble, un peu comme Blake et moi. A la seule différence que Blake est toujours en vie. Liza, elle, elle est morte.

« -On pourrait croire que les choses ont été facile, mais ça n’a pas été le cas. Beaucoup de gens sont morts, à cause des tremblements de terres mais aussi de la maladie. La grippe est venue squatter notre abri, emportant avec elle une poignée de personne. »

Je marque une pause dans mon récit des événements passé, sans doute pour que Blake prenne bien le temps d’enregistrer mes mots. Ou peut-être parce que c’est difficile d’en discuter. Je suis militaire mais ça ne signifie pas que je n’ai pas de cœur.  

« -Quand on est de nouveau sortit, on s’attendait à découvrir le monde détruit mais pas à trouver des zombies en guise de population. A vrai dire, on ne savait pas grand-chose du nouveau monde. Certains avaient peur mais on n’avait pas le choix, on devait aller chercher des vivres pour continuer à survivre. Je revois encore le visage des morts la nuit… Mais j’imagine qu’on s’y fait avec le temps. »

Je cesse de marcher un instant, observant les alentours après avoir entendu un bruit suspect. Mais rien à signaler dans le coin alors je me remets bêtement à avancer, mon sac sur le dos et mon glock à la main. Lorsque j’entends Blake m’avouer qu’elle est contente de me voir vivant, ça me fait chaud au cœur et je ne peux que retrouver le sourire. Bon, la suite de sa phrase me fait carrément rire mais après tout, elle ne sait pas ce que je suis devenu et cela va dans les deux sens.

« -Pour madame Baker, on repassera. Mais je suis content de te voir, vivante et en pleine forme. C’est pas souvent qu’on a la chance de croiser la route de quelqu’un qu’on a apprécié par le passé. »

J’aurais pu lui dire qu’elle m’a manqué. J’aurais pu lui parler de cette fille que j’ai perdu tragiquement dans le Bunker. Mais je n’ai jamais été très doué pour dire ce que je ressens et Blake le sait. J’aime jouer et taquiner mais je préfère cacher mes émotions et sentiments. Alors, bêtement, je lui retourne sa question, afin de savoir ce qui a bien pu se passer dans sa vie au cours de ces cinq dernières années.

« -Et toi alors,comment as-tu vécu ces cinq ans dans le Ranch ?»


   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart
   
Sur Re: Are you even real ? le Dim 12 Aoû - 21:46
avatar
» METIER : Serveuse dans un dîner à Helena

» AVATAR : alicia vikander
» CAPSULES : 1378
» MESSAGES : 180
» JE SURVIS DEPUIS LE : 19/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Fondatrice



Are  
you even real ?
Après avoir lancer la conversation, un peu trop curieuse de savoir comment à fait Nolan ainsi que son groupe pour survivre tout ce temps sous terre… La brune écoute le petit récit de son ami sans l’interrompre. La fin du monde n’a visiblement épargné personnes. Même ceux qui s’était réfugier sous terre pour survivre. Je sais que ce n’est pas facile de parler de ce qu’il s’est passé pendant ses dernières années. Même moi… J’ai vu des personnes mourir pour diverses raisons. Quant à la découverte du nouveau que nous a laisser la guerre… Je n’ose même pas imaginer le choc que les habitant du Bunker, ont dû avoir. Les zombies nous sont aussi tombés dessus à l’improviste, sans vraiment que l’on puisse s’y attendre. En revanche, depuis leur arrivé, nous avons eus le temps de nous habituer à eux. D’apprendre à les combattre et de distingués les différents types de Z.

« Je crois que la fin du monde n’aura épargner personnes… Que l’on soit sur comme sous la terre. »

Je ne préfère rien rajouter sur ce le fait qu’il revoit le visage des morts la nuit. Pourtant j’aimerais lui dire que cela passe avec le temps. Que l’on s’habitude à la mort. Mais en vérité… Personnes n’oublie et je crois que jamais on pourra passer outre les pertes humaines. Que l’on connaît les personnes, que l’on soit proches d’eux ou de simple inconnue. Nolan s’arrête pour vérifier les alentours avant de reprendre sa route. Aurait-il entendu un bruit ? Bonne question mais, visiblement rien ne l’inquiète plus que cela. J’eus un léger sourire lorsque je l’entends me dire qu’il n’y a pas de madame Baker. Et je suis heureuse qu’il soit aussi content de me revoir. Je sais très bien que Nolan n’est pas le style de mec à parler de ses sentiments et je dois bien avouer, que je suis un peu la même.

« Comme quoi la vie peut encore nous faire de bonne surprise ! Enfin… Il faut qu’elle évite de nous faire trop de mauvaise surprise. Les bonnes surprises, il n’y a pas de soucis ! »

En effet, elle peut se garder de nouvelle race de Z. Finalement, Nolan vient à me retourner la question. En même temps, c’était sûr que je n’allais pas passer mon tour. Je réfléchis quelques minutes a tout ce que nous avons dû endurer pendant ses cinq dernières années. Je me pince les lèvres avant de poser mon regard sur Nolan.

« Nous avons fait du mieux que l’on pouvait. Lorsque je suis arrivé au Ranch, nous avons pris refuge dans des bunker de fortune pour attendre la fin de la pluie de bombe nucléaire et aussi que les éventuelles retomber radioactive diminue… Au début ça n’a pas été évident de survivre mais, les propriétaires du ranch étant des survivalistes… Ils ont pensé un peu à tout. Nous avons eu aussi pas de perte à cause des Z et aussi à cause d’une bactérie qui avait contaminé des animaux de la ferme. Enfin, nous avons des pillards avec qui nous sommes souvent en conflits. Sans compter la météo qui pour le moment reste stable mais, … Les pluies acides c’est vraiment la galère, sans compter des vents irradiants… »
Je marque un petit moment de silence avant de reprendre : « Riley a pris la tête du groupe avec son frère, lorsque leur père est décédé à cause d’un Z qui avait muter…. Et je suis passé chef de la sécurité peut de temps après. Je crois que la famille Pierce m’a adopté. » Dis-je en rigolant. « Enfin…  Nous avons appris à affronter ce nouveau petit à petit. En revanche vous… Vous n’avez pas vraiment eut le temps de vous adapter à toute cette merde. »

En même temps… Personne n’aurait pu prévoir une telle chose. Je pose à nouveau mon regard sur Nolan. J’ai oublié de préciser une chose par contre ! Et je pense que je vais lui dire avant qu’il ne me pose la question.

« Et non, il n’y a pas de monsieur Newman. Par contre, je suis dans une relation un peu étrange avec mon meilleur ami. Je ne sais absolument ou l’on va lui et moi. » Je marque à nouveau une petite pose avant de rajouter : « D’ailleurs, je ne sais même pas si nous sommes sur la même longueur d’onde. » Je finis par rire.
Nolan Baker & Blake Newman
La mort est un vêtement que tout le monde portera.
Pando
Sur Re: Are you even real ? le Dim 12 Aoû - 22:22
avatar
» METIER : Militaire

» AVATAR : Bob Morley
» CAPSULES : 563
» MESSAGES : 72
» JE SURVIS DEPUIS LE : 10/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur



   
Are you even real ?


   

En effet, la fin du monde n’aura épargné personne. La Mort est partout, elle s’est alliée avec Mère Nature pour terrasser les dernières personnes en vie. Le monde a cessé de tourner rond, il est bancal et nul ne sait si un jour il redeviendra celui que nous avons tous connu avant la guerre. J’en doute fort à vrai dire. On aura beau donner de sa personne pour le reconstruire, rien ne sera plus jamais comme avant. Le passé est mort, le futur est encore à faire naître et nos actes présents sont l’engrais de cet avenir encore incertain. Des pensées aussi philosophiques ça ne me ressemble pas en temps normal mais, je pars du principe qu’on a tous changé en cinq ans.
Mes jambes continuent de me guider en direction du Bunker. Cela fait à peine cinq minutes que Blake et moi avançons mais ça me fait du bien de discuter un peu elle, je crois même que j’ai inconsciemment ralentis mon pas uniquement pour passer davantage de temps en sa charmante compagnie. D’ailleurs, si j’interprète à ma sauce ses dernières paroles, elle trouve que mon célibat est une bonne chose. Enfin, je suis certain que ce n’est pas du tout ce qu’elle a voulu dire, mais j’aime tourner les choses à ma façon, c’est toujours plus plaisant comme ça.


« -Oui, la vie peut encore faire de bonne surprise mais elles sont tout de même rares. »

Je crois que je préfère taire le fond de ma pensée. J’adore taquiner Blake mais je ne sais pas si le moment serait bien choisi. Autant attendre encore un peu pour reprendre notre petit jeu passé ! Parce que oui, j’ai l’intention de la séduire à nouveau…
Enfin, ça c’était avant qu’elle ne me parle de ces cinq dernières années. Au début, j’étais peiné de constater qu’elle aussi avait perdu des proches et que les choses n’avaient pas été simples pour son groupe. Mais il a fallu qu’elle me parle de sa vie sentimentale. Pas de monsieur Newman à l’horizon mais un meilleur ami qui ne semble pas laisser la petite Blake indifférente. Je n’ai rien montré, comme toujours, mais intérieurement je me suis pris un véritable coup de massue en pleine poire.
Sauf que je suis compétiteur. Un autre type ? Bien, ça ne me fait pas peur. Au contraire ! Plus il y a de contrainte, plus ça me plaît. Je me lance alors intimement le défi de la conquérir, tant pis pour ce pauvre gars. Et si finalement je lui parlais de Liza ? Certes, elle est morte il y a bien longtemps maintenant. Mais je suis curieux de la réaction de Blake… Je suis puérile.


« -Je vois. C’est jamais simple ce genre de chose, encore moins maintenant. Au tout début, j’ai rencontré une fille, elle s’appelait Liza. C’était une relation un peu étrange aussi. On était proche, très proche si tu vois ce que je veux dire, presque un couple… Enfin, selon elle j’étais son petit ami. Moi ? J’en avais aucune foutue idée. Puis elle est morte… Et j’ai compris que je tenais beaucoup à elle et que si on avait eu plus de temps elle et moi, je serais tombé amoureux au final. »


   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart
   
Sur Re: Are you even real ? le
Contenu sponsorisé


Are you even real ?
Devil inside you ::  :: Louisville, Montana, US

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: