Sur This is war now. le Ven 20 Juil - 12:31
avatar
» METIER : Scientifique spécialisée dans les gènes [ancienne pornstar]

» AVATAR : Natalie Dormer
» CAPSULES : 1061
» MESSAGES : 145
» JE SURVIS DEPUIS LE : 17/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Administratrice
Introduire une goutte d’anarchie, déranger l’ordre établi et tout devient brutalement... chaotique...

La prunelle penchée sur le microscope, tu observes le développement cellulaire que tu as fait mariner pendant plusieurs semaines, tout en notant tes observations sur un énième bloc-notes. « Fascinant. » murmures-tu tout en changeant de plaquette de verre, ajustant de nouveau la lunette de ton outil de travail. Oui fascinant ce nouveau monde, fascinant cette mutation génétique de la race humaine. Évolution ou simple mutation malchanceuse ? Vos assaillants sont à l’image des hommes préhistoriques d’antan, avec peut-être une capacité d’évolution possible. Mais de quelle nature ? Tu évoques naturellement tes pensées via ton dictaphone, tu enregistres tes suppositions tout autant que tes constatations avant de te laisser aller sur ta chaise, joue des roulettes pendant que tu t’infliges de nombreuses réflexions. « Je tuerai pour un café. » marmonnes-tu tout en repensant au café à quelques pas de ton laboratoire d’autrefois. C’est dans cet endroit que tu tenais le plus souvent tes idées ingénieuses, tes avancées scientifiques. Là-bas que tu écrivais tes thèses, là-bas qu’Elias te rejoignait pour te voler du temps et te faire rire. De cette vie-là, il ne reste plus grand-chose, seulement la silhouette de ton ex-fiancé qui erre dans les rues de Clancy. Instinctivement, tu joues avec la bague de fiançailles qui orne ton index, retournée de sorte à passer pour un bijou des plus banal. Cet enfoiré pourrait presque te manquer si votre dernière dispute ne s’était pas soldée sur des insultes auxquels vous avez tous deux pensé. « Note à moi-même, trouver une solution définitive pour oublier Elias Carrington. » marmonnes-tu à ton dictaphone avant de l’éteindre et de te redresser pour mieux ranger le matériel coûteux que tu as sorti pour travailler. Tous ces outils te sont précieux, au moins autant que tes notes, tes enregistrements et les divers projets sur lesquels tu travailles.

Un petit couinement te sors de tes pensées tandis que tu ranges les boites de pétris et lamelles de microscopes. Tu t’assures que les lamelles souillées vont dans un endroit spécifique afin d’être brûlés plus tard. Ton environnement est précieux, tu ne tiens pas à le souiller avec des germes encore inconnus. De tes prunelles céruléennes, tu observes le rat gris bleu qui roule dans toute la pièce dans sa boule prévue à cet effet. « Encore quelques petites minutes Bobba et je te remets dans ta cage. » glisses-tu à son encontre avant de jeter un autre regard aux souris et rats dans le fond de la pièce, sages dans leurs cages de plastique ou de fer. Tu as fais dévaliser les animaleries pour les avoir, et ceux-là sont les descendants de tes premiers locataires. Tu n’as pas le temps d’en penser plus qu’un bruit à l’étage t’indique une visite impromptue tandis que toi, tu te trouves dans ta cave, transformée en laboratoire. Curieuse, tu t’avances vers l’escalier, jusqu’à ce que la porte s’ouvre et ne te mette en face à face avec un militaire. « Qu’est-ce que vous croyez faire ici soldat ? » grondes-tu à son encontre. Ce n’est pas la première fois que tu te retrouves en face de ces imbéciles sans cervelle, un de plus ou un de moins…. Tant que ce n’est pas Elias.
Pando


Dernière édition par Kara Hocking le Jeu 26 Juil - 22:26, édité 1 fois
Sur Re: This is war now. le Ven 20 Juil - 17:15
avatar
» METIER : U.S. Marines

» AVATAR : Scott Eastwood
» CAPSULES : 1065
» MESSAGES : 187
» JE SURVIS DEPUIS LE : 15/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur



Mon ordre du jour ? J’en grimace. Même Edward compatis, je pense. Mais c’est à moi que l’on a confié cette tâche. Pourquoi ? Je pense que mon supérieur direct a des soupçons quant à mon affinité avec les civils. Je ne laisse rien transparaître, pourtant, si ? Mes poings se resserrent sur mon fusil d’assaut.

« …Soldat ! Vous m’avez entendu ? Vous devez vous assurer de l’avancée des travaux de Hocking. Et si vous devez fouiller son laboratoire pour ça, alors soit ! Je veux une preuve, cette fois, ou vous serez de garde de nuit pendant un bon mois !
- Sergent Brighton ! Je pense que si je fouille son laboratoire, je vais la retarder plutôt qu’autre chose. Avec tout le respect que je vous porte…
- Vous êtes là pour penser ou pour exécuter mes ordres, soldat ?! Exécution !
- A vos ordres, sergent!… »

Je le salue du geste conventionnel et me fait demi-tour toute. Je sors de son bureau pour traverser la salle de débriefing, suivi de prés par Edward. Ce dernier ne dit rien mais tapote mon épaule quand notre route se sépare. Même lui n’a pas une tâche facile, mais je pense que j’aimerai échanger de place. Il doit aller nettoyer la clôture des morts que l’on a abattu cette nuit. Une tâche quotidienne mais qui nous permet d’éviter les charognards. Une fois seul, je soupire et me retrouve à traverser Clancy d’un pas décidé. Même si ce n’est clairement pas ma décision. Je jette un regard vers l’atelier d’Angie, le cœur serré. M’en prendre aux civils revient à m’en prendre à elle. Pire encore… M’en prendre à cette civile met clairement ma relation avec Angie en danger.

J’arrive dans le lieu où se trouve son laboratoire. Je m’approche de la porte du sous-sol, sous les murmures des quelques hommes qui se trouvent ici. Ils doivent se demander ce que je fais ici. Surtout en m’approchant de cet endroit. J’ouvre la porte et tombe nez-à-nez avec Kara. Je ravale ma salive et descends les escaliers.

“ Kara Hocking ! Mes respects. J’ai reçu l’ordre du Sergent Brighton de récolter le fruit de vos travaux. Je vais vous demander de me les communiquer. Dans le cas contraire, je serais contraint d’user de la force afin de les obtenir moi-même. ” Mon regard planté dans le mur face à moi, un dégoût en énonçant cette phrase. Puis-je me permettre d’être moins officiel avec elle ? Je baisse un instant les yeux, resserrant mon arme contre mon corps. J’ai peur des conséquences de mes actes. Avant qu’elle ne puisse réagir, je la regarde dans les yeux quelques secondes. Suffisamment pour lui dire “ Je suis désolé… Ce.. Ce sont les ordres, madame. ” Je détourne à nouveau mon regard. J’espère avoir dis ces mots assez bas pour que personne d’autre ne les ait entendus. Le plus compliquer est que le sergent Brighton a dû recevoir ses ordres du lieutenant-colonel Carrington.
Sur Re: This is war now. le Sam 21 Juil - 11:05
avatar
» METIER : Scientifique spécialisée dans les gènes [ancienne pornstar]

» AVATAR : Natalie Dormer
» CAPSULES : 1061
» MESSAGES : 145
» JE SURVIS DEPUIS LE : 17/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Administratrice
Introduire une goutte d’anarchie, déranger l’ordre établi et tout devient brutalement... chaotique...

L’ordre tombe et tu marques un faciès à la fois surpris et agacé face à ton détracteur du moment. Tu remarques son ton, mais aussi ses mimiques. Le soldat en face de toi n’est pas plus ravi d’être ici que toi de le voir pénétrer dans ton lieu de travail. Il ne te laisse pas le temps de répondre avant de s’excuser, et intérieurement, un sourire de triomphe nait. Si même les militaires sous les ordres de ton adversaire principal commencent à avoir du mal à répondre aux ordres, ce n’est que du bénéfice pour toi. Cependant, ton rôle ne te permet pas de jouer les mamans face aux enfants du système militaire, aussi restes-tu devant le soldat, croisant les bras tout en plantant ton regard dans le sien. « Il n’en est pas question soldat ! » Ton ton est calme, et ton visage, neutre. Tu n’as pas l’intention de te laisser intimider par les menaces explicites, voire même implicites. Tu n’en serais pas à ta première arrestation, mais tu es trop importante pour être jetée dehors, que ce soit par ton statut de scientifique ou pour le rôle que tu représentes pour les civils. Te jeter dehors signifierait une guerre civile au sein de Clancy et tu es toute aussi consciente que ton adversaire de la situation, c’est un atout pour toi, pas tout à fait un joker, mais presque. « Mettez ce bureau sans dessus-dessous soldat, et je vous promet de faire de votre vie un enfer. » Et ce ne sont pas des paroles en l’air, les siens ont déjà eu l’occasion de subir tes représailles. C’est à croire qu’on sous-estime ton imagination.

Aussi tu restes devant lui, son de boule qui roule en fond. Boba Fett semblant s’amuser comme un petit fou dans le laboratoire. Tu laisses quelques secondes s’écouler avant d’observer de nouveau ton vis-à-vis. « De qui vient l’ordre soldat ? » Tu demandes. Tu connais déjà la réponse naturellement, mais si tu entends le nom de Carrington, tu jures de lui faire vivre bien pire qu’un enfer car dès lors, il ne s’agirait en aucun cas d’une demande professionnelle, mais bien plus une vendetta des plus inutiles. « Le fruit de mes travaux. Conneries ! » Tu grondes, sans laisser le soldat avancer d’un iota. C’est peine perdu, et sans doute le sait-il déjà.
Pando


HJ : Désolée, c'est naze --'

_________________
This is an whole

new world here
ANAPHORE


Dernière édition par Kara Hocking le Jeu 26 Juil - 22:25, édité 2 fois
Sur Re: This is war now. le Dim 22 Juil - 1:06
avatar
» METIER : U.S. Marines

» AVATAR : Scott Eastwood
» CAPSULES : 1065
» MESSAGES : 187
» JE SURVIS DEPUIS LE : 15/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur



J’aurai dû m’en douter… Kara n’est pas d’accord. On ne fourre pas le nez dans ses affaires. Elle refuse de me remettre ses avancées. Et vu l’air qu’elle prend, je suis sûr que même si j’avais dit les mots magiques, elle ne voudrait pas. Oh elle a beau se planter devant moi. Je me sens tellement mal à l’aise que je trouve le moyen de détourner le regard. Je suis un type qui a de la ressource. La casquette enfoncée sur le crâne permet de cacher la prunelle de mes yeux dans son ombre. “ Je ne veux pas en arrive là, Madame, croyez-moi. Ce sont les ordres. ” Je ravale ma salive. J’ai beau me répéter elle semble ne pas l’entendre. Et je sais que ses menaces ne sont pas en l’air. Je me retourne en levant légèrement l’arme lorsque j’entend un bruit provenir de derrière. Un rat en cage. Je laisse mon arme retomber et la regarde une nouvelle fois. Elle veut savoir de qui vient l’ordre. “ Je ne suis pas habilité à vous transmettre cette information, Madame. Merci d’adresser vos doléances au sergent Brighton. ”

Je crois que je l’ai mise en rogne. Je me mords la joue. Je ne peux pas dire le quart de ce que je voudrais. Mais je peux peut-être utiliser un ton moins officiel pour lui faire entendre raison ? “ Madame Hocking, croyez-moi, je préfère ne pas en arriver là non plus… Je n’ai pas le choix. Vous n’aiderez plus personne ici s’ils vous coupent l’électricité… ” Autant parler à une porte de prison. Je soupire. Merde… Je vais devoir le faire, on dirait. Et je vais avoir des problèmes aussi. “ Je vais devoir vous demander de vous mettre dos au mur et de ne pas entraver l’intervention, où je serais obligé d’utiliser la force. ” Pour sûr que si je fais ça, ce n’est pas par plaisir du tout, mais j’ai longuement pesé le pour et le contre. Si je fais attention à ne pas tout déranger, elle m’en voudra sûrement moins non ?

Mais si je rentre bredouille auprès du sergent, je sais très bien ce qu’il va se passer… Il va envoyer plusieurs soldats moins sympas, la mettre au trou et la priver de ses fonctions. Ils ont se venger sur la population. L’électricité sera réservée aux locaux militaires et on se rapprochera un peu plus de la guerre civile. Pourvu qu’elle finisse par entendre raison. Je ne veux que le bien de tous. Et elle a de la chance qu’ils m’aient envoyés.

_________________
Like Romeo and Juliet
Sur Re: This is war now. le Jeu 26 Juil - 22:24
avatar
» METIER : Scientifique spécialisée dans les gènes [ancienne pornstar]

» AVATAR : Natalie Dormer
» CAPSULES : 1061
» MESSAGES : 145
» JE SURVIS DEPUIS LE : 17/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Administratrice
Introduire une goutte d’anarchie, déranger l’ordre établi et tout devient brutalement... chaotique...

Il a beau se cacher derrière sa casquette, tu sais pertinemment qu’il n’a pas envie de croiser ton regard, pas plus qu’il n’a sans doute envie d’être là. Tu as la réputation du vilain croquemitaine auprès des hommes de paix et de défense, et intérieurement, tu ne peux que sourire des rumeurs qui circulent à ton compte. Ce devait être bien pire lorsque tu étais en couple avec Carrington, surtout avec sa face de dog mal-luné. Cependant, ton ex n’est plus là, et tu ne doutes pas un instant qu’il n’a pas du mettre bien longtemps à te remplacer. De l’honnête fille, il y en a certainement un bon paquet ici, et c’est sans doute encore bien mieux si elle fait partie du même corps que lui. Ton détracteur jacasse, et tu esquisses une moue lasse face à ses protestations. « En attendant, vous êtes là soldat. Et si vous êtes là, c’est que vous n’avez certainement pas protesté face à l’ordre donné ! » Que tu marmonnes, avant de froncer le nez face à sa réaction. « Alors quoi ? Il a aussi été donné ordre que mes rats soient tués ? Ou bien vous avez peur que j’ai de la compagnie ? » Tu railles naturellement, avant de demander de qui vient l’ordre. Tu le sais déjà intérieurement, et dès lors qu’il te balance le nom de Brighton, tu laisses un rire jaune franchir tes lèvres roses. Brighton, bien sûr, petit ambitieux à la solde de celui-dont-tu-n’aimes-pas-prononcer-le-nom. « Le fils de Hutt ! » Jures-tu tout en citant Star Wars, ton ultime référence pour ne pas céder à la grossièreté. « Puisse t’il un jour tomber dans un nid de sarlac ! »

Tu n’as pas fini de jurer et de maudire Carrington, et les paroles de ton vis-à-vis t’effleurent à peine l’esprit. « Et quoi ? S’ils me coupent l’électricité, ils pensent peut-être que ça va les aider ? Laissez-moi rire d’accord ? » Lances-tu tout en ramassant la boule de Boba Fett. Il commence déjà à la menacer et cette fois, c’est la goutte de trop. « Et alors Higgins ? La force, vous n’avez que ce mot à la bouche, vous, les militaires ! Ici, on est pas à l’armée, on est dans une ville, un vestige de civilisation, si votre supérieur est assez con pour penser que je vais vous donner quoi ? Mes travaux ? Il n’en comprendrait pas même un dixième ! Vous savez quoi ? Il veut l’avancée de mes recherches ? Très bien, venez avec moi ! » Lances-tu avant de te diriger vers ton bureau, tout en attrapant de vieilles notes inutiles, sans doute une liste de course et des lettres d’insultes quand tu en voulais encore à ton ex. Tu ne t’arrêtes pas là, et tu attrapes une feuille vierge sur laquelle tu écris en grand « VA TE FAIRE FOUTRE E. » que tu glisses dans le milieu du paquet, avant de tendre le tout au subordonné. « Carrington n’est-ce pas ? Autant lui donner ça directement, et avec le message qui suit : quand il saura combien font 2 + 2, il pourra avoir accès à mes recherches, d’ici là, qu’il continue à s’entrainer au tir et reste aussi stupide qu’un rat lobotomisé. »
Pando

_________________
This is an whole

new world here
ANAPHORE
Sur Re: This is war now. le Ven 27 Juil - 14:28
avatar
» METIER : U.S. Marines

» AVATAR : Scott Eastwood
» CAPSULES : 1065
» MESSAGES : 187
» JE SURVIS DEPUIS LE : 15/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur



C’était à s’en douter, Kara aime à jouer de son pouvoir sur moi. Et je ne suis que le soldat merdique qui ne fait qu’exécuter son ordre. Celui qu’on a envoyé pour fouiller son laboratoire. Le maudit. Je ne réponds rien, y compris à ses railleries après le sursaut provoqué par le rat. Je me sens déjà assez mal comme ça. Je réponds simplement à sa question concernant l’origine de l’ordre et sa réaction est sans appel. Je suis d’accord avec elle : c’est débile de lui couper le jus. Et je pense que si elle trouve un remède ou fait une avancée majeure, elle nous tiendrait au courant. Son objectif est le même que le nôtre : retaper ce monde pour qu’on se tire d’ici au plus vite, non ? “ Ce n’est pas moi qui prend les décisions, Madame Hocking. ”

Mais quand j’évoque la force qui pourra être utilisée à son encontre, vu sa réaction, il faut croire que j’ai commencé à creuser ma tombe. Elle s’énerve après moi. Je dois fuir, pas vrai ? Je la vois fouiller dans ses notes, écrire un truc et me le donner. Je le regarde en me disant que c’est foutu : je ne peux pas espérer une compréhension de sa part. Ce message s’adresse directement à Carrington. Si je ramène ça, je vais finir au trou, pour sûr. Je souffle un “ Madame Hocking, je vous ai demandé de ne pas interférer avec l’opération en cours. ” Je place mon fusil dans mon dos. “ Je réitère : veuillez-vous placer dos au mur, je vous pries. ”

Je m’approche d’elle et pose mes mains sur ses épaules pour l’accompagner vers le mur prés des escaliers. Je plante mon regard dans le sien. “ Je ne suis pas votre ennemi, Madame Hocking. Je veux… Je veux que ça se passe bien des deux côtés. Je n’ai rien à gagner à ce que la situation dégénère. Mais si je n’exécute pas un tel ordre, je… ” Je m’arrête un instant, ravalant ma salive. Je n’ose même pas imaginer le visage d’Angie, si elle apprend que j’ai fini au trou et que je ne peux la retrouver. “ Croyez-moi, on s’en tirerai tous bien mieux si vous acceptez cette condition. Je m’assurerai que vos travaux vous soient rendus… Mais par pitié… N’empirez pas la situation. Si vous ne le faîte pas pour vous, faîtes le pour tous les autres civils qui apprécient avoir ces deux heures d’électricité par jour. Faites-le pour eux, Kara. ” Je me fige et me recule. Je viens de l’appeler par son prénom ? Est-ce-que je viens sérieusement de franchir cette frontière entre le solennel et le personnel ?



_________________
Like Romeo and Juliet
Sur Re: This is war now. le Dim 5 Aoû - 21:43
avatar
» METIER : Scientifique spécialisée dans les gènes [ancienne pornstar]

» AVATAR : Natalie Dormer
» CAPSULES : 1061
» MESSAGES : 145
» JE SURVIS DEPUIS LE : 17/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Administratrice
Introduire une goutte d’anarchie, déranger l’ordre établi et tout devient brutalement... chaotique...

Cette situation t’exaspère et chaque jour, tu soupçonnes Elias de te punir pour Dieu seul sait quoi. Il n’y a pas un mois que tu passes tranquillement, ton ex et lieutenant-colonel trouve toujours une nouvelle torture à te soumettre. Quand il ne s’en prends pas aux civils, c’est vers toi qui dirige son côté emmerdeur. Pour un peu, tu penserais qu’il cherche à garder une vigilance constante sur toi. Qu’espère t’il ? Trouver des plans de possible rébellion dans tes dossiers ? Tomber sur une réunion entre civils avec complot à la clé ? Tu lui as toujours dit, sur le ton de la taquinerie, mais il a tendance à regarder bien trop de fils d’actions et thriller avec théorie de conspiration. Seul bon côté, ce ne sont pas des films où tu apparais toi, ça a toujours eu tendance à te mettre mal à l’aise qu’il te mate à travers un écran. Mais très vite, tu te recentres sur ton invité indésirable. « C’est encore pire Higgins, vous les exécutez. » Et rien que pour cela, il s’attire ton inimitié, car tu en es persuadée, il suffirait certainement que les militaires élèvent un peu plus la voix contre leur représentant pour que la vie soit un peu plus douce à Clancy. Une idée à creuser, naturellement.

Pour l’heure, tu es bien trop agacée pour y songer sérieusement, bien au contraire. Brighton te tape sur le système, et par extension, Carrington, puisque l’ordre vient naturellement de lui. Alors tu joues le jeu, à ta façon. Tu sais pertinemment que Brighton ne lira pas le dossier, et que c’est à peine si Elias portera le regard sur le contenu. Au mieux, il trouvera ta note, et tu écoperas d’une charmante visite de sa part, d’une gueulante, et pourquoi pas d’un petit séjour dans une des cellules que tu connais par cœur. Heureusement que vous êtes en pleine fin du monde, tes parents seraient outrés de voir le nombre de passage par la case prison que tu écopes depuis trois ans. Mais là encore, ça ne satisfait pas ton vis-à-vis, qui décide de sortir légèrement du cadre de sa bienveillance, il insiste, et ça te rend dingue, suffisamment pour que tu lèves les prunelles au ciel.

Il te touche et instinctivement, tu te dégages de sa poigne. « Ne me touchez pas ! » Protestes-tu pour la forme mais aussi pudeur. Il n’y a jamais eu qu’un seul militaire pour poser les pattes sur toi, et ce n’est pas celui-là. Mais tu avances, et lorsque tu lèves le regard vers lui, il te parle, de nouveau et laisse entrevoir un visage qui te laisse un goût amer sur la langue. « Cette situation est ridicule soldat, et vous le savez tout aussi bien que moi. Votre chef est un tortionnaire qui abuse honteusement de sa position ! » Tu ne relèves pas le changement de formalité, au fond, tu as l’habitude qu’on t’appelles par ton prénom, et sincèrement, tu préfères. Ici, à Clancy, c’est avant tout une grande famille, terriblement dysfonctionnelle, mais une grande famille tout de même. Chacun y a sa place, quel que soit son statut. Même si pour l’heure, c’est ton côté de la famille qui en pâtie le plus. « Je ne comprends pas comment vous pouvez cautionner ça, vous ne faites qu’envenimer un peu plus les choses, et creuser plus encore le fossé qui nous sépare tous. » Le sous-entendu est jacent, à force de trop tirer sur la corde, les militaires se retrouveront avec une nouvelle révolte. « Et nous savons tous deux que votre patron ne fait cela que dans le but de m’emmerder et de me faire perdre du temps inutilement ! » Tu sais pertinemment que si le porte-paroles des civils était le maçon du coin, c’est lui qu’ils iraient enquiquiner pour le simple plaisir de le faire.
Pando

_________________
This is an whole

new world here
ANAPHORE
Sur Re: This is war now. le Mar 14 Aoû - 22:25
avatar
» METIER : U.S. Marines

» AVATAR : Scott Eastwood
» CAPSULES : 1065
» MESSAGES : 187
» JE SURVIS DEPUIS LE : 15/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur



Résultat des courses ? Je suis encore pire que mes supérieurs car j’execute les ordres… Mais qui va me protéger contre la foudre de Brighton ou de Carrington ? Le dernier qui a désobéi a fini au trou pendant un mois. Et ce n’est pas demain la veille qu’on va s’y mettre à plusieurs. Je ne suis même pas sûr qu’Edward me suive sur ce coup, alors… Je n’ai pas le choix que d’exécuter ses ordres. Je tente une approche plus autoritaire. J’ai même osé une main sur son épaule comme afin qu’elle prenne conscience que je ne suis qu’à peine un homme. Encore un gamin avant tout ça qui n’a toujours que connu ces ordres-là. Mais la fureur de Kara se fait ressentir lorsqu’elle me somme de ne pas la toucher. Je retire ma main que je place le long de mon corps.

Oui Kara admets qu’Elias est un tortionnaire, et que je suis tout autant victime de cet ordre qu’elle. Sauf que dans l’histoire, elle peut encore profiter du soutien des civils. Je n’ai qu’à peine l’estime de mes frères d’armes pour les services que je leur rends. Je tenterai bien d’acquiescer mais… Dépité, je tire mes dernières cartouches, lorsqu’elle me dit que je cautionne tout ça. Je soupire. Elle ose même ce que je ne pourrai jamais oser : dire que l’ordre n’est là que pour l’emmerder.

Soudain une idée me vient. Peut-être que Kara n’est pas d’accord pour livrer une partie de ses travaux, peut-être ai-je l’argument qui pourrai la convaincre : “ Ecoutez, je… Je vous proposer quelque chose. ” Mon ton se fait de moins en moins solennel, comme si j’allais parler d’égal à égal et non plus à la chef officieuse des civils. “ Vous me remettez ce que vous voulez de vos travaux, quoique ce soit qui nous assure de la tranquillité de ma part de mes supérieurs. Des données fausses, je n’en sais rien ! Ils ne viendront pas vérifier. En échange, je m’engage à vous ramener ce que vous voulez de l’extérieur dés ma prochaine sortie. ” Ouai… ça peut paraître plus avantageux pour elle que pour moi, cette histoire, mais… Au fond, celui qui pense ça n’a jamais eu affaire ni à Brighton ni à Carrington en colère.

_________________
Like Romeo and Juliet
Sur Re: This is war now. le
Contenu sponsorisé



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: