There is a child sleeping near his twin
Devil inside you :: The world is our playground :: Lake Helena :: The ranch
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sur There is a child sleeping near his twin le Mar 17 Juil - 2:47
avatar
» METIER : Chasseur

» AVATAR : Charlie Hunnam
» CAPSULES : 1330
» MESSAGES : 333
» JE SURVIS DEPUIS LE : 15/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Adminstrateur




Le monde s’est déchiré à une telle vitesse. Il n’a fallu que quelques secondes de secousses et de bruits pour comprendre ce qu’il se passait. Nous nous sommes enfermés, en se demandant qui avait été la lumière. Et pourtant ce déchirement a bien failli réparer ma famille. Ou presque. Il reste encore quelques zones de conflits qui subsistent entre Lukas et moi. A croire qu’il n’a pas finis sa crise d’adolescence… Elle ne s’est déjà pas déroulée normalement dans cette communauté, mais la fin du monde n’a rien arrangé.

Je sais voir en lui ce potentiel, mais je peux voir aussi la rancœur qu’il éprouve en me regardant. Je lui ai piqué sa place. J’ai remplacé Elena trop rapidement. Je l’ai rejeté. Et maintenant je le déçois à ne pas être à la hauteur de ses espérances. Assis sur les quelques marches du ranch, je le vois s’affairer au loin, s’occupant de son cheval. Et ma nouvelle fonction de chef n’aide en rien. Il faut que j’aie une discussion avec lui. Je me lève des quelques marches et m’approche de lui. Je pose ma main sur son cou de façon assez forte pour qu’il sursaute et crispe. “ Alors frangin… On n’est pas en train de baver derrière Blake aujourd’hui ? ” Je lui souris et tapote dans son dos avant d’attraper une carotte qu’il compter donner à son cheval. Vu ce qu’il a prévu pour l’animal, ça ne fera pas grande différence. Je me pose sur une botte de foin et gratte le légume à l’aide de mon couteau.

Je relève les yeux vers lui, continuant de nettoyer ma future collation en faisant glisser le fil de ma lame sur ce dernier. “ J’suis presque étonné de te voir aussi sage, en ce moment. Que se passe-t-il ? Tu n’as pas fait de vagues quand j’ai accueilli la nouvelle ! D’habitude t’aurai braqué un flingue sur sa tempe… ” Et je juge mes mots, mais je sais que si je le cherche à ce sujet, on va encore s’engueuler. Je marque donc mon visage d’un air moqueur et croque dans la carotte une fois celle-ci débarrasser se a surface crasseuse.

Alors que je mâchouille, j’essuies ma lame sur mon jean et la range dans son fourreau. J’avale ma bouchée avant de reprendre mon discours de grand frère. “ ‘paraît qu’il y a un beau morceau de viande qui traîne prés du lac. Ça ne m’étonne pas. C’est l’El Dorado pour les Wapitis, ce lac…” Je me lève et pose ma main sur son épaule. “ Alors? Tu veux qu’on se le fasse ? Toi, moi, cette nature… Je te promets de te laisser les morts qu’on croise, si tu veux jouer de la batte… ” J’attends sa réponse en croquant à nouveau dans le légume.

Sur Re: There is a child sleeping near his twin le Mar 17 Juil - 21:34
avatar
» METIER : Aucun

» AVATAR : Tom Holland
» CAPSULES : 1046
» MESSAGES : 77
» JE SURVIS DEPUIS LE : 15/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur

There is a child slepping
Near his twin
J’ai envie d’être seul, je n’ai pas envie, plus envie de voir du monde. Je veux qu’on me foute la paix. Si je ne suis qu’un sale gamin à leurs yeux, qu’un bras armé alors soit. Mais qu’ensuite il me lache! Pourtant je fais des efforts, je sais que Rey a besoin de ça aussi. Que je sois là pour l’aider à répondre aux questions, que je guide les nouveaux et les aide à trouver une place quelque soit cette place. J’ai bien essayé ce matin encore. Y avait ce type au milieu de la plantation, j’ai voulu l’aider. Je n’avais pas mon colt pas même ma batte !  Il a couiné un « je suis désolé » avant de filer ventre à terre. J’ai même dû finir ce qu’il avait commencé. Alors comme à chaque fois quand ça arrive et que je sens cette rage monter en moi, je suis parti. Je voulais voir Riley mais il était avec Colleen et leur gosse. Ce n’est pas que je ne les aime pas mais… elle était l’amie d’Elena. Et Elena je l’aimait bien. Mon neveu je l’avais porté et serré dans mes bras. Cet enfant là était déjà grand quand Colleen nous a rejoint. Je n’ai pas trouvé ma place, pas une fois en quatre ans. Alors je suis là mais pas vraiment. Je suis parti vers « chez moi » la grange que j’ai aménagé. Newton s’est allongé sur le sol à l’ombre. Hermès sur son piquet attend sa friandise. Pour l’heure c’est Ulysse dont je me soucis. J’ai récupéré des carottes du vieux pain et du foin. J’ai un potager perso et bien planqué. Riley le sait c’est tout ce que j’ai eu de notre grand père. Mais ça m’est bien utile.

Je ne l’ai pas vu arriver, trop dans mes pensées et Newton le connaît donc il ne réagit pas. Sa main s’abat sur ma nuque et me fais sursauter. Salaud qui se marre… A sa remarque j’esquisse un sourire en coin Oh non ça j’arrête, j’ai bien compris qu’elle ne bavait que sur toi… oui mon sourire est narquois, mais c’est de bonne guerre… Une carotte de voler ? Il se prend un croûton rassis « Espèce de bourrique va ! » Je ne râle pas j’en avais suffisamment de toute façon. Je reprend mon activité et flatte l’encolure de mon cheval couleur ébène. Sa remarque stoppe mon geste, je pose mon front contre celui de l’animal par peur que mes mots ne dépassent ma pensée. J’en ai peut marre de passer pour le sale môme… et puis si je flanque la trouille dès l’arrivée personne ne ratera ou ne viendra après… Puis ils vont tous venir se frotter et se plaindre à toi après… Ouais voilà c’est ça j’en ai marre d’être le méchant flic. Je crois que lui et moi on a pas envie ni l’énergie de se battre l’un contre l’autre alors on ne développe pas. On ne traîne pas sur ce sujet.

Sa proposition ? Elle le fait arquer un sourcil et sourire. A mon tour de me faire moqueur. « Tu te sens prêt à repartir à la chasse non parce que ça fait un moment que je ne t’ai pas vu sur ton canasson. Elle n’est pas trop vieille pour ce genre de virée d’ailleurs ? » Je sais que sa jugement est encore plus qu’efficace mais comme pour lui et moi, elle n’a pas la même tempérament que mon compagnon de vadrouille. Néanmoins c’est avec un sourire que j’esquisse un signe de tête « le temps de rassembler mes affaires et je suis à toi... » et après un court silence je souffle comme pour être bien certain « Juste toi et moi ? »
La colère naît d'une peur qu'on veut faire changer de maître 
Pando
Sur Re: There is a child sleeping near his twin le Mer 18 Juil - 11:46
avatar
» METIER : Chasseur

» AVATAR : Charlie Hunnam
» CAPSULES : 1330
» MESSAGES : 333
» JE SURVIS DEPUIS LE : 15/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Adminstrateur


Agrougrou, petit frère tout colère. Il tente de se contenir, mais je vois bien qu’il en a gros sur la patate. C’est mon frangin, bordel, je le connais mieux que personne. D’abord une remarque digne d’un jaloux. Mais je sais qu’il vanne. Et puis… Il sait que je n’ai d’yeux que pour Colleen. Je crois que c’est un problème pour lui d’ailleurs. Mais lorsqu’il me parle de son statut de sale môme je grimace. Je n’ai pas envie de dire du mal de notre père, c’est pourquoi je préfère ne rien dire pour le moment, le temps de formuler quelque chose de correct mentalement. Je lui propose une session de chasse. Lui et moi. Et déjà il me vanne de nouveau. Je pose le restant de carotte dans sa gamelle et ébouriffe ses cheveux. Mais il garde un moment le silence. Son regard… Je peux en sentir le poids. Et il me demande si ce n’est que lui et moi. “ Juste toi et moi, frangin. Quelques jours pour oublier le camp et se retrouver. T’es mon petit frère… Je ne peux pas m’empêcher de te voir comme un gamin mais… ” Je détourne le regard quelques secondes et le plante de nouveau dans le sien. “ Tu es en train de devenir un homme dans toute cette merde et pour ça, je suis fier de toi. Bien sûr que les gens te craignent. Tu piges le truc pour survivre. Tu ne penses pas forcément à les ménager. Tu veux qu’ils respirent encore demain, et qu’après ça, il y ait encore un lendemain encore. T’as ça dans le sang frangin. ”

Je pose la main sur sa nuque pour qu’il ne détourne par le regard. “ Tu n’as toujours connu que cette vie. T’es taillé pour survivre. Mais tu oublies parfois que tous ne le sont pas. Ils ont parfois besoin qu’on les ménage un peu. Je suis là pour ça. Crois-moi, ces gens ne te voient pas comme un gamin. T’es jeune, et ils ont du mal à encaisser que tu sois meilleur qu’eux, mais au final, ils sont bien contents de t’avoir à proximité. ” Je me recule et avise son rapace. “ Et donc, je peux te dire qu’ils vont bien chialer que nous partions quelques jours. Bordel, ça va être bon de voir leurs tronches quand on va revenir avec de la viande. ” Un sourire en coin, je ricane. “ Dépêche-toi, je t’attends dans dix minutes dans la cour. Si tu n’es pas prêt, tu vas devoir épuiser ton cheval pour me rattraper parce que je partirai sans toi. Go ! ” Dis-je en passant à côté de lui et lui claquant les fesses.

Je ressors de l’endroit et me dirige vers la grande maison où mon cheval est déjà attaché avec mon bardage dessus. Je rejoins Colleen et notre enfant le temps de leur dire au revoir d’un baiser, promettant de faire attention et de revenir en un seul morceau. Je rejoins ma monture, accompagné de ma femme. Je grimpe sur la selle et attend de voir mon frère revenir. Mon sac accroché sur le flanc de la croupe de ma jument, le fusil vers l’avant, je caresse Harley sous le regard jaloux de Berserk. Je lui fais signe de monter et le chien-loup trouve sur mes cuisses, laissant ses pattes dans le vide, et reposant sa tête contre mon genou. Je caresse sa tête en espérant que Lukas soit à l’heure.
Sur Re: There is a child sleeping near his twin le Mer 18 Juil - 23:46
avatar
» METIER : Aucun

» AVATAR : Tom Holland
» CAPSULES : 1046
» MESSAGES : 77
» JE SURVIS DEPUIS LE : 15/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur

There is a child slepping
Near his twin
Lui et moi, c’est tout ce que je voulais savoir. Tout ce que je voulais entendre. Je ne suis pas du genre jaloux, et si je dois l’avouer je suis content qu’il est retrouvé un peu de bonheur dans tout ce merdier. Je l’envie même de pouvoir se poser avec sa famille, d’avoir une famille à lui. Mais je peine toujours un peu à faire le deuil, surtout que là… Je n’ai rien compris. Je crois que lui n’en a pas pigé davantage… Enfin voilà, j’avais peu de le voir emmener tout son petit monde avec nous. Ca aurait été différent… Je ne rate pas son regard qui se détourne, comme si il soupesait chaque mots. Tout le monde fait ça maintenant avec moi… Je ne m’en soucis plus… Mais là…Il me coupe la respiration, je crois que même mon coeur vient de se figer. Notre père ne m’a jamais parlé ainsi, n’a jamais clairement exprimer sa fierté. Ce que je faisais était bien, c’était “comme ça qu’il fallait faire”, je ferai “un bon” mais jamais il n’était fier, et le choix de Riley comme successeur a été comme un coup de massue, presque de poignard. Si j’étais si bon, et lui si loin alors pourquoi mon âge ou une autre connerie du genre allait interférer ? Alors si lui est fier de moi… Mon regard dévie deux secondes, je tente de ravaler cette sensation de larmes qui montent. Je ne suis pas un faible, je ne craquerai pas.

Finalement, il doit être le seul à me comprendre, mais est-ce qu’il pourrait tout entendre ? Ca c’est une autre chose. Je ne sais pas, j’hésite… Je peine à croire qu’ils sont tous si contents de me trouver. Mais si il le dit, on va dire que je le crois… Je croise son regard, et me retourne pour regarder Hermès. A sa remarque, je ricane. « Ils vont chialer ouais ! Se chier dessus au mieux. Ils vont pas te lâcher accrochée à tes bottes, tu pourras plus pisser seul ! » Dix minutes ? Il me prend pour un bleu ou quoi ? Oh allez je vais les lui accorder. Il leur faut au moins ça pour dire au revoir à sa famille… Je crois que Colleen va me détester. Tant pis, au moins pendant quelques jours je vais avoir Riley juste pour moi. On pourra peut être parler… Entre frères. Est-ce que je saurai seulement lui dire la moitié de ce que je pense... ? Je ne sais pas…

Je prend donc le temps de seller mon cheval, mon sac est solidement attaché derrière ma selle, j’ai pris tout ce dont j’avais besoin. Je prend le gant en cuir qui me serre à tenir Hermès, mais pour leur je le laisse reposer sur le pommeau de ma selle, devant moi. Newton est à mes côté, solide sur ses pattes et ravi de gambader. Quand j’arrive Colleen est encore là avec leur fille. Je la salue du bout de la tête. je souris à… A ma nièce, je vais me forcer à le dire sinon je ne vais pas y arriver. Observant mon frère j’arque un sourcil « Mon dieu même lui devient une feignasse, il ne veut même pas marcher, tu l’élèves vraiment mal ce chien, tu ne veux pas me l’envoyer en stage commande… Il va se transformer en papy Berserk ! » Je suis là, à l’heure et prêt à en découdre. Ma batte est à portée de main, mon arme à ma ceinture. Je suis prêt…

La colère naît d'une peur qu'on veut faire changer de maître 
Pando
Sur Re: There is a child sleeping near his twin le Jeu 19 Juil - 11:23
avatar
» METIER : Chasseur

» AVATAR : Charlie Hunnam
» CAPSULES : 1330
» MESSAGES : 333
» JE SURVIS DEPUIS LE : 15/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Adminstrateur


Comme à son habitude, le frangin déforme mes propos pour aller en son sens. Etant donné qu’il rebondit à une blague, je ne peux pas lui en tenir rigueur et le laisse se préparer, le temps d’aller dire au revoir à ma famille. Je l’attends bien assez vite dans la cour devant la maison, mon chien sur les cuisses. Il me rejoint et se moque de Berserk qui semble avoir compris et couine en me regardant comme pour le protéger. Je caresse le crâne de mon chien, partageant sa souffrance semi-silencieuse. “ L’écoute pas, mon grand, il est jaloux parce que ce n’est qu’un gros patapouf et qu’il ne peut plus s’asseoir sur mes genoux sans les briser. ” Je regarde mon frère avec un grand sourire narquois avant de donner le signal du départ en tapotant les flancs du cheval. Pas besoin d’y aller comme une brute, il est réactif et part au trot.

Blake nous ouvre le portail et une fois sur le chemin, on lance le galop. Berserk tire la langue, amusé de voir le paysage défiler. Je connais bien cette route, je l’ai tellement faite. De plus, je sais exactement où est l’abri de chasse du grand-père. Une cabane certes petite mais suffisante pour s’y ressourcer le temps de la chasse. On longe le lac un bon moment lorsque je ralentis pour que l’on reprenne le trot. Je veux m’assurer que nous ne sommes pas suivis par des morts ou des pillards. Je regarde derrière nous. Rien à l’horizon. “ Sois vigilant. Si Donovan a su nous trouver, d’autres le peuvent aussi. ” Tout à l’air calme. Peut-être que je peux déjà profiter d’être à l’extérieur pour parler avec mon frangin.

“ Alors, baby Pierce, tu ne m’as pas dit. Tu as des vues sur une survivante ? Parce que ce n’est pas que ça me fasse, mais je commence à m’inquiéter ! Je compte bien devenir oncle un jour et si t’es du genre à aimer les hommes ça va être compliqué. Mais… C’est ton choix, hein ! Je le respecte ! ” Oh que oui, j’ai toujours aimé le taquiner sur sa sexualité et sa difficulté à se trouver une petite amie. Ou un petit ami ? Que sais-je. Je me fiche pas mal de son orientation sexuelle à vrai dire. Je veux qu’il soit heureux et s’épanouisse. Je sors ma poche de tabac et me roule une nouvelle clope, profitant du ralenti pour ça. Après tout, je fumais encore plus avant la fin du monde.

Je place la clope sur mon oreille pour plus tard. Tout semble calme. Si on était suivi, Berserk l’aurait remarqué et me l’aurai signalé. Mais le chien-loup semble s’ennuyer. Même les chevaux sont bien calmes. J’aime ces moments de quiétudes, hors du temps, où seule la nature respire autour de nous et nous offre ses plus beaux paysages.

Sur Re: There is a child sleeping near his twin le Jeu 19 Juil - 17:45
avatar
» METIER : Aucun

» AVATAR : Tom Holland
» CAPSULES : 1046
» MESSAGES : 77
» JE SURVIS DEPUIS LE : 15/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur

There is a child slepping
Near his twin
Moi trop lourd ? Je crois qu’il ne m’a même jamais porté sur ses genoux ou alors j’étais trop petit pour m’en souvenir. Dans la famille, les câlins ce n’était pas vraiment ça. En tout cas pas dans ma vision. Riley a connu notre mère plus longtemps que moi. Il a peut être eu la chance de l’expérimenter davantage… moi je ne souviens même plus de son visage ou de ses baisers. Je ne sais pas qui est le plus chanceux de nous deux. Quoiqu’il en soit cette remarque lui vaut un Royal doigt d’honneur assorti d’un immense sourire. Aussi narquois que le sien. On est pas des Pierce pour rien que le vieux disait.

Et finalement nous laissons le ranch au bon soin de Blake. Nous laissons derrière nous la silhouette de Colleen et de leur fille. Je laisse derrière moi mon secret bien scellé. Le galop que nous avons entrepris m’amuse particulièrement. La tête de Berserk surtout, ce chien est dingue. Le mien court ravi de cette vitesse, même Hermès déploie ses ailes comme voulant profiter de l’air, réclamant un vol que je finis par lui accorder. Il se laisse planer au dessus de nous redescend parfois pour remonter. Je reste concentré sur notre course et les abords du lac. Et finalement nous ralentissons. A son avertissement j’esquisse un signe de tête et reste sur mes gardes. Mais rien ne semble vouloir empêcher la plénitude de nous gagner. Je prends même le risque de ralentir et de passer au pas. J’aime observer le lac et cette impression d’infini.

Totalement à mes pensées je me fais surprendre par sa question. Je ne m’attendais pas à ce qu’on parle de cela si vite. Mais au fond mieux vaut entrer dans le vif du sujet. Si il doit me dire de dégager j’ai toutes mes affaires…
Mes mains se croisent sur le pommeau et je tiens solidement les rênes de cuir entre les doigts, me concentrant sur le motif de la couture. Que lui dire… <« C’est… compliqué... » ouais j’ai pas d’autres mots pour commencer… Bordel c’est vraiment le truc compliqué à balancer et pourtant j’ai envie de lui en parler quoiqu’il arrive. <« Tu te souviens un peu avant Donovan, y a un petit groupe genre cinq ou six personnes qui sont arrivées au ranch… » dans le lot ? Une fille de mon âge, deux plus vieilles, un père et ses deux fils. Un de ton âge l’autre plus vieux. Alors oui je ne l’aide pas. ça remonte à presque un an, et dans le lot il y a plusieurs possibilité. Je fronce les sourcils, et flatte l’encolure de mon cheval comme pour me donner du courage. Je vais y arriver, je peux le lui dire. Je stoppe mon cheval et fini par souffler avant qu’il n’est le temps de me couper la parole. <« Ca fait 10 mois qu’on est… Qu’on est ensemble. Si j’en parle pas c’est parce que… C’est pas… C’est pas de la honte...» Mes mains se crispent déjà sur les rênes, de nouveau cette colère, mais c’est autre chose… De la frustration, ça doit être ça… <« Je te jure que je l’ai pas calculé, que c’est pas… Ca m’est tombé dessus j’ai rien compris… » J’entend la voix de notre père comme un mauvais écho, il devait l’avoir senti, devait le savoir… J’étais bon, mais ça… Ça entachait tout le reste. Et si lui pensait pareil ? Cette idée me serre la gorge, je pourrai presque sentir des larmes brûler ma gorge alors que je parviens à lâcher sans oser le regarder « Il s’appelle Aidan… C’est le fils aîné du vieux Radbyrne… Le vieux qui passe son temps à tenter nous donner des conseils comme si il avait vécu tout ça avant nous... » Si il percute vite, il saura que Aidan à 14 ans de plus que moi…  

Bordel dans quoi je suis allé me foutre encore ? Je ferme les yeux en espérant juste ne pas me recevoir une balle pile entre les deux yeux… Et comme se doutant que quelque chose se joue, Hermès est revenu se poser sur mes mains, tandis que Newton s’est assis près de mon cheval. Voilà, la bombe est lâché. Il ne sera pas tonton, du moins pas par les voies conventionnelles. Ca doit être le cadet de ses soucis à cette seconde. Moi je me mord la lèvre si fort que je peux déjà sentir le goût de fer de mon propre sang atteindre ma langue.

La colère naît d'une peur qu'on veut faire changer de maître 
Pando
Sur Re: There is a child sleeping near his twin le Jeu 19 Juil - 20:44
avatar
» METIER : Chasseur

» AVATAR : Charlie Hunnam
» CAPSULES : 1330
» MESSAGES : 333
» JE SURVIS DEPUIS LE : 15/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Adminstrateur


Oh, le petit frère serait-il enclin à enfin me parler un peu de lui, en dehors de sa fonction de bras droit et du fait qu’on le perçoive comme un gamin ? Lorsqu’il me dit que c’est compliqué, j’ai envie de trouver ça mignon. Ouai… Tout paraît compliqué. Mais lorsqu’on n’a plus rien, tout ce qu’on avait était d’une simplicité absolue : deux êtres qui s’aiment et ne veulent plus se quitter. Là où ça se complique, c’est quand la vie arrache l’être aimé… Mais je l’écoute. Je remue la tête lorsqu’il me parle du groupe. Je n’ai pas le temps de le dire de vive voix qu’il arrête son cheval et reprend. Je tire sur les rennes du mien et l’observe droit dans les yeux. Compliqué à ce point-là ? Il va me dire qu’il a pris la plus vieille des filles ?

Je fronce les sourcils en l’entendant me dire que ce n’est pas de la honte. Au bout de dix mois, ça doit s’officialiser gentiment, non ? J’ose un sourire lorsqu’il me dit que ça lui est tombé dessus si rapidement. Le voir si tendu alors qu’il commence à embrasser le bonheur… Je profite qu’il s’arrête pour glisser quelques mots “ Bah… C’est compliqué parce que tu ne veux pas simplifier la chose mais… Qui est cette… ” jeune femme ? Pas le temps de finir qu’il me dit qu’elle s’appelle Aidan… Attends… Il ?! Je ne comprends plus rien jusqu’à ce qu’il ajoute qu’il s’agisse de l’aîné Radbyrne.

Bien sûr que je fais les gros yeux. Ça, si je m’y attendais… Et puis… Il n’est pas si jeune que ça. Le type est presque à mi-chemin des 70 piges. Je reste bouge bée un instant et vois son expression se ternir. Il faut que je détende l’atmosphère “ Bah… J’suis sûr qu’on pourra s’arranger un repas avec… Aidan et Colleen, si on trouve un bon morceau d’viande dans ces bois. Au bout de dix mois, je suis déçu que tu n’aies pas pensé à m’en parler mais… Je suis content si t’es heureux, frangin. ” Je souris sincèrement.

Quel bordel si le vieux était encore de ce monde. Et si c’est pour ça qu’il se mine, bah, le vieux il est plus là, nous si. On tient les rennes de la merde qu’il nous a laissé et on s’en sort bien. Le fils renégat qui n’a jamais eu peur de se confronter à lui, accompagné de son cadet si peu sûr de lui qu’il paraît pour un jeune tortionnaire alors que c’est un homme, un vrai. “ On en reparle ce soir, tu veux? J’ai hâte d’aller voir si la cabane n’a pas été dévalisée depuis le temps… On fait la course ? ” Mais je n’attends pas son consentement que mon cheval et moi partons au galop. Berserk aboies de joie. Je devine même qu’il nargue Newton, encore derrière nous.
Sur Re: There is a child sleeping near his twin le Jeu 19 Juil - 23:59
avatar
» METIER : Aucun

» AVATAR : Tom Holland
» CAPSULES : 1046
» MESSAGES : 77
» JE SURVIS DEPUIS LE : 15/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur

There is a child slepping
Near his twin
Si tout pouvait être aussi simple… J’aimerai que tout soit simple. Mais à cette seconde j’ai juste peur de sa réaction,qu’il ait la même que notre père. Je n’ose même pas le regarder, mon regard se fixe sur ma selle, je ne veux pas savoir, je ne veux pas l’entendre… Pourtant je sens ce regard, rien qu’à son silence. Je sais qu’il ouvre des yeux énormes. Il n’a rien vu venir… Comme moi. Pourtant… Pourtant la vérité est bien plus simple effectivement, étonnement avec lui tout est plus simple, mais cet aveu là, je ne saurai pas le faire. Le silence plane, bien trop long à mon goût,

Et puis il y a ces mots sortis de nulle part, je ne m’y attendais pas plus. Je le regarde, les yeux ronds, ouvrant la bouche comme un abruti parce qu’il est à milles lieux de ce que je pensais. Je ne peux que lâcher un rire, quelque part entre nerveux et soulagé. « J’imagine la tête de Colleen, le repas de famille va être drôle ! » Et puis il me dit regretter que je n’ai pas parlé avant. Je ne peux pas mettre ça sur le dos de sa famille, je n’ai pas le droit de faire ça parce que je sais que c’est faux. Alors je lâche avec une sincérité désarmante « Je n’arrivais pas à comprendre ce qui m’arrivait au début...Et puis après, j’ai pensé au paternel… Et ça m’a coupé l’envie d’en parler… Je sais que t’es pas comme lui mais… C’est pas le cas le plus simple… » Lorsqu’il dit être heureux pour moi, je relève la tête. Je sais que mon regard brille, je le sens mais si il savait à quel point je suis soulagé à cette seconde…

Quand il me propose d’en reparler le soir j’esquisse un signe de tête. Moi aussi j’ai hâte de poser mon sac. Le voyant partir au galop je lâche un « Hey grugeur !! » Je regarde mon compagnon à quatre pattes et alors que Berserk le fainéant se fait entendre, nous nous élançons à leur poursuite. C’est sans mal que je rattrape mon frère et son canassons. Je parviens même à le dépasser de quelques mètres avant de ralentir de nouveau. Cette fois c’est Newton qui m’a donné l’alerte en se pilant net pour grogner. Faisant signe à mon frère, je pose ma main sur ma batte tandis que j’attends ses instructions. Se stopper ou avancer, il est seul à pouvoir me donner un ordre, qu’il en profite. Du doigt je lui désigne un buisson, cela ne semble pas être un Z, mais sait on jamais. Je lui montre un chemin annexe sur notre gauche, je ne sais pas si il mène à la cabane du grand-père ou si nous devons continuer absolument par là. Et alors que ma main se resserre sur le cuir des rênes la seconde se glisse sur le manche de ma batte que je sors de son étui. Mon regard plus sombre, je reste néanmoins attentif à la suite...

La colère naît d'une peur qu'on veut faire changer de maître 
Pando
Sur Re: There is a child sleeping near his twin le Ven 20 Juil - 17:16
avatar
» METIER : Chasseur

» AVATAR : Charlie Hunnam
» CAPSULES : 1330
» MESSAGES : 333
» JE SURVIS DEPUIS LE : 15/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Adminstrateur


C’est vrai que d’imaginer le repas de famille, j’ai envie d’en rire. Et pourtant… ça me ferait plaisir qu’on se sente comme étant une vraie famille. Quand je pense que Hope n’a jamais connu de Noël ni de fêtes d’anniversaires… Puis il me parle du paternel… Rien que de penser à lui j’en ai des frissons… Il devrait être bien placé pour savoir que père et moi sommes bien différents sur bien des points. Il faut vraiment qu’on en parle plus posément. Je lui propose de le faire ce soir et on démarre dans une course. Bien sûr, il me rattrape en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Il me dépasse même. Mais alors que je suis encore loin, je peux voir un buisson s’animer drôlement. Pourtant pas un brin de vent… Il me fait signe de ralentir. Je n’ai pas eu besoin de ça pour le faire.

La tension monte chez le frangin. Je claque un coup la langue pour Berserk réagisse. Le chien bondit au sol d’un pas feutré et il rampe presque, s’approchant du buisson. Il montre les crocs. De mon côté, je glisse ma main sur le fusil. Harley est tendue. Je passe ma main sur son flanc pour la rassurer. Dans le plus grand des silences, je pose le pied à terre. Je fais signe à Lukas de tenir les rennes de mon cheval. Plus je m’approche, plus le fusil devient inutile. Je le glisse dans mon dos à l’aide de la sangle et prends mon couteau. Le buisson s’arrête de bouger. Je me fige. Berserk retient un grognement difficilement.

Deux grandes oreilles passent juste sous mon nez. Je tente de les attraper mais les rate et tombe même au sol, le nez dans la boue. Je me redresse rapidement et voit ce lapin tourner en rond, traquer par mon chien loup. Je lève mon couteau et lâche un “ Bon Dieu, Berserk ! Arrête de le faire paniquer ! ” Mais le temps de le dire et un créneau se présente. Je balance le couteau qui atterri pile dans la tête du lagomorphe. Je me tourne vers Lukas et lui dit d’un ton à la limite du rire “ Tu efface cette chute de ton esprit gamin. ” Je m’avance vers Berserk et récupère mon couteau. Le repas de ce soir pend au bout de ce dernier. Je retourne au cheval et accroche ma proie à la selle avant de ranger mon couteau. Je remonte en selle. Cette fois Berserk semble décider à faire le reste à pied.
Sur Re: There is a child sleeping near his twin le Sam 21 Juil - 12:28
avatar
» METIER : Aucun

» AVATAR : Tom Holland
» CAPSULES : 1046
» MESSAGES : 77
» JE SURVIS DEPUIS LE : 15/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur

There is a child slepping
Near his twin
Quand il parle de ce dîner en en famille, je ris au début, et puis après, je me dis que ça pourrait être possible, que ça pourrait se faire. J’ai pas pris le temps de connaître Colleen, pas pris le temps de passer du temps avec Hope. Je sais ce que c’est de vivre au milieu de tout ça, et d’y grandir.Je dois pouvoir aider cette petite d’une façon ou d’une autre. Je crois que le fait que Riley ne me juge pas, qu’il est prêt à accepter Aidan, ça m’apaise un peu. Même si on ne s’est pas tout dit. Au moins pour lui, je veux faire en sorte que ça se passe bien. Pourtant je suis d’accord, on aura assez du soir pour en reparler. Peut être que j’oserai lui parler de sa famille, d’évoquer mes craintes, et qu’il accepterait de me parler de notre mère. Mon regard se pose sur mon sac et sur la peluche qui l’orne comme un trophée de guerre. Il fait marrer Aidan, mais c’est tout ce qu’il me reste vraiment de mon enfance… Je suis sorti de mes pensée par la course lancée par Riley, mais j’avoue que ça me fait du bien.

Mais l’atmosphère change vite, devient plus pesante alors qu’un simple vient de bouger. C’est comme ça depuis que les Z et autres pillards ont émergé. Newton comme moi reste silencieux à mes côtés. Mon regard se pose sur le ciel, Hermès fait un rond large au-dessus de nous. Et quand je vois la posture de Berserk je comprend que ce n’est pas une de ces créatures qui a emporté le paternel. Je me détend, et relâche ma batte. Je tiens néanmoins solidement les rênes de Harley. Newton a mes côtés s’est tassé comme voulant se précipiter lui aussi dans cette bataille. Mais un simple sifflement l’en empêche. On a tous des animaux au ranch, alors je me suis forcé à dresser Newton, Hermès et Ulysse différemment. Afin de ne pas mélanger les sollicitations. Aidan dit que je devrais me concentrer là-dessus, que je suis doué, mais Riley a besoin de moi, et j’embrasse mon rôle de bras droit avec rigueur et fierté. Mais la scène qui se déroule devant moi me sort rapidement de mes pensées. Je retiens un fou rire en voyant Riley plonger le nez dans la boue. Il veut attraper seul cet animal qui semble le narguer. Berserk loin de l’aider affole l’animal tandis que Newton observe la scène, la tête inclinée sur le côté, se demandant lequel des trois chasse l’autre.

Son ordre ? C’est celui de trop. Et cette fois je crois que j’ai vraiment vingt ans. Un rire s’échappe de mes lèvres, un fou rire même. Incontrôlé, incontrôlable. J’en ai mal au visage, aux côtes et aux abdos. Il y a mis tant d’ardeur et de volonté, pour un si petit animal. Je crois que ça ressemble à ça un cartoon. Alors quand il me dit d’oublier cette chute, je me recale sur ma selle et continue de rire. « Tu peux t’asseoir dessus, je te jure que ta fille l’aura en version mimée.Et dans deux ans je t’en parle encore ! C’était tellement drôle ! » Ouais j’ai envie d’entendre Hope rire quand je vais lui dire que son père s’est vautré dans la boue. Rire c’est trop rare ici et en ce moment. Je passe ma main sur mes yeux. J’en pleure. Je n’ai jamais rit à ce point. Il a le temps de sangler sa prise et de remonter à cheval que je parviens seulement à me calmer. Je lui rend les rênes, en étouffant ce qu’il en reste. J’observe Berserk et alors que l’on va s’enfoncer dans le bois j’attrape mon gant en cuir et tend la main pour que Hermès revienne se poser. Regardant mon frère je lui souris encore plus amusé « Tu sais que tu l’as empêché de choper sa proie ? Il était dessus quand tu as plongé le nez dans la boue ! » Je flatte l’animal qui reste solidement sur ma main. Newton tourne un peu autour de Berserk semblant heureux de le voir marcher à ses côtés. Voilà nous nous enfonçant dans le chemin, je suis au pas à côté de Riley, il est seul à connaître ce chemin par cœur.

Encore un peu et on pourrait croire qu’il ne s’est jamais rien passé, que ces explosions n’ont pas eu lieu. Que tout cela nous l’avons rêvé….


La colère naît d'une peur qu'on veut faire changer de maître 
Pando
Sur Re: There is a child sleeping near his twin le Dim 22 Juil - 1:51
avatar
» METIER : Chasseur

» AVATAR : Charlie Hunnam
» CAPSULES : 1330
» MESSAGES : 333
» JE SURVIS DEPUIS LE : 15/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Adminstrateur


J’entends son rire. Et bordel, dans d’autres circonstances, ç’aurait été un plaisir de l’entendre se marrer ainsi. Mais je suis trop affairé à ôté la boue de mon visage à l’aide d’un chiffon. Bon, ok, je me retiens de me marrer aussi, surtout lorsque ses premiers mots vont vers ma fille. Je suis sûr qu’elle aimera ça, parler avec son oncle. Je me contente de lui faire une grimace, imitant de manière vraiment parodique son visage en train de s’esclaffer. Je remonte en selle et avant qu’on ne puisse partir il me nargue avec son aigle. “ Méfie-toi qu’on le bouffe pas pour thanksgiving, ton poulet ! ” Cette fois, c’est moi qui me marre avant de repartir au galop.

La route devient plus étroite, plus sinueuse, moins stable. Je ralenti la cadence, lui faisant signe de faire de même. On reste au trot un moment avant d’arriver à la cabane. Même s’il est difficile d’y aller, au moins, ça assure une certaine sécurité face aux morts. On s’arrête enfin. J’accroche la sangle de mon cheval et décroche le lapin, prends le fusil et entre dans la cabane avec Berserk à mes côtés. Le temps que le petit frère rassemble ses bêtes, je peux déjà commencer à déposer mes affaires.

Je ressors bien assez vite et me rends au puit pour chercher un seau d’eau que je ramène à l’intérieur. Je me décrasse assez rapidement de cette boue avant qu’elle ne sèche. Je m’approche de Lukas une fois propre et jette un coup d’œil par la fenêtre. “ Je crois que ce contre-temps nous a peut-être fait gagné un repas, mais ça nous laisse moins de temps pour que tout soit prêt pour les jours à venir. ” Je m’allume enfin ma cigarette et caresse machinalement le crâne de Berserk.

“ Je vais aller fendre du bois, puisque tu te proposes pour dépecer le lapin ! ” un sourire en coin, je ne sais pas qui est le plus gagnant dans l’histoire. J’ai peut-être la tâche la plus fatigante, mais il a la plus dégueulasse. “ Comme ça, on aura autre chose que la viande séchée de Colleen à se mettre sous la dent. ” Je grimace. Je n’en peux plus de ça, même si c’est la meilleure chose à faire pour garder la viande plus longtemps. “ Et je crois qu’on pourra s’accorder le reste de la journée pour… Tu sais bien… Parler un peu quoi… ” Je le regarde avec une certaine fierté dans le regard. “ Putain, le vieux doit se retourner dans sa tombe… Désolé de te dire ça, frangin. Mais je crois qu’il aurait préféré qu’on soit des filles sages et dociles à la place… Mais c’est pas nous… Assez parlé ! Ce bois ne va pas se couper tout seul ! ” J’ôte ma veste en cuir, restant en t-shirt.

Je replace la cigarette à mes lèvres et m’approche de la sortir, saisissant la hache derrière la porte pour sortir de l’endroit. Direction : le billot.

Sur Re: There is a child sleeping near his twin le Jeu 26 Juil - 0:03
avatar
» METIER : Aucun

» AVATAR : Tom Holland
» CAPSULES : 1046
» MESSAGES : 77
» JE SURVIS DEPUIS LE : 15/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur

There is a child slepping
Near his twin
Un doigt d’honneur plus tard, nous voilà reparti au galop, je n’ai jamais eu de mal à suivre le rythme, d’ailleurs c’est pour ça que j’ai pu monter Ulysse. Ce cheval est aussi dingue que moi… Il peine à ralentir le rythme, parce que lui et moi on sait qu’on pourrait le faire. Mais Riley connaît mieux le chemin, et si il me fait signe de me calmer alors je l’écoute. On arrive donc sans mal à la cabane du grand-père. Je crois que je ne l’ai jamais vraiment vu. Il a dû m’y emmener une fois gamin, quand j’avais 6 ou 7 ans, mais pas plus. Après c’est devenu l’antre de Riley. Pour le coup je me sens un peu comme un intrus. Mais je fais comme lui. Je sangle mon cheval, retire sa selle. Je laisse Hermès allait faire un tour dans les environs, tandis que Newton se trouve plus place à l’ombre où il s’installe en attendant de savoir où je vais me rendre. J’attrape mon sac que je place sur mon dos, quand le frangin me parle de nouveau. « On doit pouvoir se débrouiller au moins pour ce soir, et demain, après on avisera ? »

A sa répartition des tâches je lève les yeux au ciel. Encore à moi le truc bien dégueulasse. Mais bon, un peu comme au campement, ou dans notre vie, c’est mon frère, alors j’obéis sans trop gueuler. Ça doit être une de mes qualités. Le vieux disait que j’étais “un brave gamin”... Ouais fin quand ça l’arrangeait surtout… Mon sac est posé dans un coin. je ne sais pas trop encore où je peux me poser dans cet endroit. Ça aussi je verrai plus tard, pas d’urgence. Quand il parle de la viande ce Colleen je fronce le nez. Je suis dans le même état que lui, je n’en peux plus de cette viande séchée. Même si je dois reconnaître qu’elle fait ça bien, je rêve de dévorer ce lapin. Alors ouais je vais faire ça bien.

Quand il assure que le reste de la journée nous permettra de parler, je sens mon cœur accélérer dans ma poitrine. Ça devient plus réel, plus palpable, et je flippe de lui parler de tout ça, de ma vie, de celui que je deviens. Même si ce regard soudain m’intrigue. Je ne peux que murmurer un « O.K ça me va comme programme… » Brave soldat diraient certains. Comme lui je retire ma veste et la balance sur mon sac. Je chope le lapin par les oreilles, direction la cuisine, Newton sur les talons. J’ai à peine posé la bête que Riley me fait sa déclaration fraternelle. Je ne peux que ricaner à ses mots « Même pas, en gonzesse on aurait été son pire calvaire, toi à lui tenir tête et moi je serai devenue une catin ! » Je ricane mais au fond je sais qu’on aurait jamais convenu au vieux. C’est dans notre sang. Je laisse se préparer et alors qu’il va pour sortir je souffle un « Riley ? » J’attend qu’il se retourne et pourtant je baisse la tête en lâchant un peu maladroitement « Je suis content de passer quelques jours avec toi ici… »Il sait que ça me coûte. Tout gamin que j’étais je n’ai jamais exprimé le moindre sentiment. Le grand père disait que c’était dû à la mort de notre mère… Quoiqu’il en soit, voilà, je l’ai dit. Je ne m’attarde pas là-dessus et reprend mon job. Une fois fait et le lapin prêt à cuir je sors de là pour voir si il a besoin d’aide avec le bois, et surtout voir comment il veut le cuisiner son lapin… Silencieux, je prend quelques minutes pour l’observer. Cherchant des traits communs entre lui et moi… Je dois avoir l’air bien con soudainement,mais lui a l’air bien concentré donc ça devrait passer…

La colère naît d'une peur qu'on veut faire changer de maître 
Pando
Sur Re: There is a child sleeping near his twin le Ven 27 Juil - 14:50
avatar
» METIER : Chasseur

» AVATAR : Charlie Hunnam
» CAPSULES : 1330
» MESSAGES : 333
» JE SURVIS DEPUIS LE : 15/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Adminstrateur


Le petit frère croit dur comme fer que même en femme, on en aurait fait baver au vieux. En y réfléchissant… Ouai, pas mal en fait ! J’acquiesce d’un signe de tête et ébouriffe une dernière fois ses cheveux. Faux geste de sympathie. J’aime surtout l’emmerder avec sa tignasse. Je me mets en tenue plus approprié, attrape la hache et m’apprête à sortir lorsqu’il m’arrête. Je me retourne, un regard inquisiteur. Il me dit qu’il est heureux d’être ici avec moi. Je souris. C’est bête, hein? Mais je lui en ai tellement fait voir, à Lukas… Je suis heureux de voir que cette apocalypse nous a rapproché de nouveau. “ Je suis content aussi, p’tit frère. ”

Je sort à l’extérieur et avise le stère de bois. Il s’amenuise mais il a résisté à l’hiver, aux pluies acides et au mauvais temps du Montana. Je pense qu’il sera juste pour qu’on tienne tout l’hiver. Il faudra peut-être abattre encore quelques arbres pour ça. Mais je verrai ça plus tard, avec une équipe du ranch.

J’estime que la soirée va nous couter environs une bûche. Deux si on s’éternise prés du feu. Je préfère être prévoyant et comment à débiter la première bûche en quartier. Je fais de même avec la seconde. Mes huit morceaux de bois dans les bras, je m’approche de l’emplacement du feu et dépose le bois non loin. J’attrape la pelle et la brouette afin de retirer la vieille cendre. Mais au premier remous de cette terre grisâtre, je vois un morceau de papier ressortir. Je m’accroupis et l’extirpe du feu afin de l’aviser.

Ce ne peut que provenir de moi. Il n’y a aucun doute là-dessus : c’est mon sanctuaire ici. J’y ai pleuré ma souffrance. J’y ai évacué ma peine et ma rage. J’essuies le papier qui n’est autre qu’une photo à moitié consumée. La partie intacte révèle le visage d’Elena, mon bras pendant sur son épaule. Un vestige du passé. Une plaie à jamais ouverte. Je soupire et range la photo dans la poche de mon jean en me relevant.

Je continue de dégager les cendres, l’esprit assaillis par de sombres pensées. Lorsque c’est prêt pour la soirée, je dispose deux morceaux de bois et quelques brindilles et branches sèches. Je tire un peu de gnôle de mon sac et en verse dessus. Le bois va s’en imbiber. Ça aidera pour la flamme qui va animer notre soirée.

J’essuies mes mains l’une contre l’autre et reprends ma hache pour revenir dans la maison mais le petit frère me rejoint. Je regarde son visage et lâche un petit rire. “ Laisse-moi deviner… Il n’était pas tout à fait mort, c’est ça ? ” Je devine l’incompréhension rien qu’à voir son expression et fait signe vers son front. “ Tu as du sang sur la face, frangin. On dirait que tu viens de faire un cuni à une femme réglée. Désolé pour l’image, mais sans déconner… Tu t’y es pris comment ? ”

Sur Re: There is a child sleeping near his twin le Dim 5 Aoû - 15:41
avatar
» METIER : Aucun

» AVATAR : Tom Holland
» CAPSULES : 1046
» MESSAGES : 77
» JE SURVIS DEPUIS LE : 15/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur

There is a child slepping
Near his twin
Mais qu’est-ce qu’il a avec mes cheveux bordel !? J’ai toujours eu horreur qu’il fasse ça. Enfant ça me renvoyait à mon état de ”petit”, aujourd’hui ? Ca n‘a pas changé, mais en plus ça fout le bordel dans une tignasse que je contrôle déjà difficilement. Il s’en sort avec un grognement et un coup de pied au cul pour l’obliger à s’éloigner. On passe le moment émotions parce que je n’aime pas m'appesantir là-dessus. Je suis content d’être là avec lui, c’est tout ce qu’il y a à savoir.

Je fais mon taff, du moins la corvée pourrie et sanguinolente qu’il m’a donné à faire. Je lui ai emprunté son couteau pour ça, il n’en avait pas besoin pour couper le bois si ? Je suis plutôt satisfait de mon boulot. J’ai même réussi à épargner la peau. Sans le dire à Hope on parviendra peut être à lui faire un gilet un peu plus chaud pour l’automne. Ca me fait bizarre de penser à elle autrement qu’en inconnue, mais je crois que je prend facilement le pli. Accoudé au meuble de la cuisine, je regardais mon frère et c’est sa réflexion qui me sort de mes pensées. Ca y est il devient gâteux, et me parle de choses que je ne comprend pas. Du moins jusqu’à ce qu’il me montre mon front. Observant l’état de mes mains encore rouges, je comprend que j’en ai foutu ailleurs sur moi. A sa remarque je lève les yeux au ciel et pointe mon index sur lui en lâchant « C’est exactement pour ce genre de trucs bien crade que je refuse de m’encombrer d’une meuf ! » Je ne reparle pas de ce que je lui ai “avoué” j’ai fait attention à ma façon de tourner ma phrase. Et finalement je lui désigne son couteau posé sur le plan de travail « J’y peux rien moi, si il coupe rien ton truc. C’est pas un couteau ça c’est une cuillère en fait, avoue ! » J’attrape un torchon et essuie mon front en continuant « En tout cas c’est bon, on peut le faire cuir. A la broche je suppose ? »

Je l’aide à faire cuir le lapin et une fois fait je vais m’asseoir après avoir attrapé de quoi boire pour lui et pour moi. Assis à ses côtés je fais tourner le verre entre mes doigts. Je ne sais pas de quoi parler ou comment rompre le silence. Je ne suis pas doué pour ça, mais quand même, j’essaye, je fais “des efforts” « Ca n’a pas trop emmerdé Colleen que tu te barres ? Je veux dire ça doit pas être simple avec la petite toute seule, même si Blake veille au grain. » Je ne veux pas lui attirer d’ennuis avec sa femme, je suis pour la paix des ménages. Et puis au fond je crois que j’ai besoin de parler de ça un peu. De parler de sa famille pour essayer de rattraper le temps que j’ai laissé filer… Mais bon il paraît qu’il n’est jamais trop tard hum…

La colère naît d'une peur qu'on veut faire changer de maître 
Pando
Sur Re: There is a child sleeping near his twin le Mar 14 Aoû - 16:20
avatar
» METIER : Chasseur

» AVATAR : Charlie Hunnam
» CAPSULES : 1330
» MESSAGES : 333
» JE SURVIS DEPUIS LE : 15/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Adminstrateur


Le frangin se met à exprimer un peu plus son dégoût de la gent féminine ce qui me fait marrer avant qu’il n’accuse mon couteau. Je sais bien qu’il se cherche une excuse. Ma lame n’y est pour rien, je la connais parfaitement. Je l’essuie et la range tout en lâchant un “ Pour dépecer un lapin, faut utiliser le tranchant, frangin. Pas le pommeau. Logique, na ? ” Une frappe sur l’épaule alors qu’il s’essuie le front, et j’attrape le morceau de viande lorsqu’il suggère qu’on le fasse cuire à la broche. “ Ah moins que tu aies pris le temps de cueillir des champignons, des oignons et que tu aies un pot de crème fraîche dans ton sac, on a pas vraiment le choix. ” et je commence déjà à positionner l’animal sur une tige métallique, en le fixant pour qu’il ne tombe pas au premier moulinet.

Je m’occupe de veiller à ce que la cuisson soit impeccable, et je récupère le repas pour le débiter en morceau à l’aide de ma lame. Je compose deux belles assiettes, laissant les os aux chiens. Il me donne un verre d’eau que je bois sans ronchonner. Je me rends compte à quel point j’avais soif, lorsqu’il se met à me parler de Colleen. “ Bah… Elle a su se débrouiller seule à Clancy avec ces crétins de militaires. Là, c’est une reine aux yeux de beaucoup. Il n’y a pas que Blake à qui je confierai la vie de ma famille. Je ne m’en fais pas. Puis Colleen a besoin de ventiler, elle aussi. Tu sais, parfois dans un couple, il est bon de s’éloigner l’un de l’autre pour mieux se retrouver. ”

Je le regarde en coin. Je suis touché qu’il s’inquiète de ce que pense Colleen. A moins qu’il ne fasse semblant ? Peu importe, il me laisse un champ d’action important pour m’exprimer à ce sujet. “ Et toi, alors? Tu as pris le temps de dire au revoir à Aidan? Si j’avais su je t’aurai laissé plus de temps, frangin… ” J’accepte de plus en plus cette idée que mon frère puisse sourire, même si ce n’est pas grâce à moi. L’essentiel, c’est qu’il se sente bien dans sa vie.

Sur Re: There is a child sleeping near his twin le
Contenu sponsorisé


There is a child sleeping near his twin
Devil inside you :: The world is our playground :: Lake Helena :: The ranch

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: